Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16SynThèsesWalter Benjamin e il ‘wirklicher ...

SynThèses

Walter Benjamin e il ‘wirklicher Ausnahmezustand’

Thèse de doctorat en philosophie à l’Università di Firenze et Università di Pisa
Anna Migliorini

Texte intégral

1Cette thèse de philosophie analyse le concept d’état d’exception dans la pensée et l’œuvre du philosophe allemand, Walter Benjamin, mort en 1940. Elle est née de l’étude du dernier de ses écrits que constituent les thèses Über den Begriff der Geschichte (1940), dans lesquelles il est question d’un état d’exception particulier : un état d’exception « véritable » (wirklich). L’époque actuelle, marquée par de multiples manifestations ou perceptions d’états d’exception et d’urgence et par un climat de crise généralisé, fondait également et avec insistance mon intérêt pour un tel sujet.

2La thèse générale au cœur de cette recherche défend l’idée que l’état d’exception est un concept qui, parmi ceux étant considérés en quelque sorte comme périphériques dans l’œuvre benjaminienne, vaut au contraire la peine d’être reconsidéré et d’être doté d’une nouvelle pertinence majeure, d’une toute autre centralité par rapport à ce que la critique en a fait jusqu’à aujourd’hui. Ainsi cette thèse a cherché en premier lieu à repérer le concept d’état d’exception et les termes qui lui sont liés dans les textes écrits par Benjamin entre 1914 et 1940 : crise, urgence, etc.

3En lisant les textes benjaminiens à la lumière de ce syntagme, la thèse a confirmé que l’emploi spécifique de l’adjectif « wirklich » pour qualifier l’exception apparaissait pour la première et pour la dernière fois en 1940. Or, le concept d’état d’exception a des précédents dans les études antérieures aux derniers écrits de Benjamin. L’enjeu a été alors de comprendre en quoi l’adjectif wirklich indiquait une différence essentielle entre un certain état d’exception, qualifié tardivement par Benjamin, et d’autres exceptions décrites précédemment par le philosophe, cela tant vis-à-vis de l’histoire elle-même qu’au regard des différents domaines conceptuels dans lesquels Benjamin le nomme.

4En suivant les textes, le « wirklicher Ausnahmezustand » est alors mis en regard de thèmes liés à l’exception et qui correspondent aux trois parties de ma thèse de doctorat. La première partie enquête sur la souveraineté baroque, l’allégorie et la rédemption. La deuxième partie, axée sur l’époque de la « modernité », s’intéresse à l’idéologie moderne du progrès, à la crise (économique, politique, juridique, sociale et artistique) et à la lutte des classes. La troisième et dernière partie, celle qui souffre le plus de la fragmentation et de l’ambiguïté des éléments repérés dans les sources, s’est concentrée sur le « nouveau concept d’histoire », le sauvetage du passé opprimé, la tâche du sujet historico-politique, ainsi que sur la relation qu’entretient l’analyse benjaminienne avec la matrice messianique.

5Cette répartition permet de montrer un mouvement plus conceptuel que chronologique dans la théorie de l’état d’exception de Benjamin. On y rencontre d’abord des états d’exception sans spécificité moderne, c’est-à-dire des états génériques, existentiels et baroques, auxquels se consacrent la première partie de ma thèse. Dans la deuxième partie, il est question d’un état d'exception permanent, qui renvoie l’exception à la règle (Regel) et qui correspond à un fonctionnement typiquement moderne. D’où la relation marquante entre un état d’exception dont on peut déduire qu’il est faux, le progrès et le mode de vie économique moderne. La troisième partie de la thèse sonde le « wirklicher Ausnahmezustand », pour lequel on ne dispose que d’infimes indications directes, d’aucune description et de très peu de contenus.

6Le passage entre les trois parties renvoyant aux trois moments historiques, politiques et gnoséologiques, qui ne correspondent pas à des phases chronologiques de la production intellectuelle de Benjamin, décrit un mouvement dialectique qui procède « par sauts » et ne fonctionne pas comme un passage définitif, mais comme un passage progressif entre : (1) la polysémie des exceptions et l’ouverture sur la rédemption, (2) la normalisation de l’exception existante qui fait de l’exception une règle que l’on peut définir comme étant fausse, (3) la proposition d’une exception « véritable », dont la clé, exprimée comme tâche, est celle du sauvetage (du passé opprimé). Cette exception contraste avec la précédente sur plusieurs plans : sur le plan historique et contingent, vis-à-vis duquel il s’agit de changer le cours de l’histoire européenne ; sur le plan historique générique, car il faut racheter la longue « tradition des vaincus » ; enfin sur le plan gnoséologique, celui de la théorie et de la possibilité de la connaissance, au regard duquel il faut repenser toutes les exceptions ayant existé et existant et révéler en quoi elles sont fausses afin d’opérer un renversement en faveur de l’exception véritable – cela avant qu’il ne soit trop tard.

7La thèse s’achève sur le contenu du « wirklicher Ausnahmezustand » et en expose les éléments constitutifs en des termes bien particuliers : elle les considère à l’aune d’un sujet collectif, non individuel ; elle considère la tâche que renferme l’exception « véritable » comme une tâche historique et politique, non infinie, qui prend le point de vue des conditions de possibilité limites de la réalisation de cette tâche, de cet état.

8La théorie benjaminienne de l’état d’exception s’avère ainsi pouvoir être l’un des éléments capables de décrire, critiquer et comprendre l’époque moderne-contemporaine. En cela, son intérêt dépasse le contexte benjaminien et elle peut servir d’outil à l’interprétation et à la critique du présent, même le plus récent. L’ouverture théorique sur une exception « véritable » peut donc contenir des informations utiles pour répondre aux urgences de notre quotidien, et la recomposition du travail de Benjamin peut devenir un outil significatif pour l’interprétation des crises récentes : le paradigme qu’il met en avant, qui oppose exception vraie et exception fausse, donne des clefs pour penser des solutions efficaces et de véritables voies de sortie aux crises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Migliorini, « Walter Benjamin e il ‘wirklicher Ausnahmezustand’ »Trajectoires [En ligne], 16 | 2023, mis en ligne le 13 mars 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/trajectoires/9786 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/trajectoires.9786

Haut de page

Auteur

Anna Migliorini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search