Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossier thématiquePartie 4 : Entretiens et expérime...Ma ville, mon patrimoine. Regards...

Dossier thématique
Partie 4 : Entretiens et expérimentations

Ma ville, mon patrimoine. Regards d’écoliers

Entretien avec Lydia Pagès, architecte-conseil du CAUE 37
My City, my heritage. Schoolchildren’s views. Interview with Lydia Pagès
Lydia Pagès

Notes de la rédaction

Entretien réalisé à distance en juillet 2023 par Christophe Meunier.

Texte intégral

1Q1 : À Loches, en 2019, le CAUE d’Indre-et-Loire est intervenu auprès des élèves de cycle 3 des écoles Vigny et Lamblardie pour imaginer avec eux des aménagements urbains. Pourriez-vous, dans un premier temps, expliquer en quoi ces interventions avec de jeunes élèves entrent dans les attributions du CAUE ?

2La sensibilisation du public est l’une des quatre missions fondatrices des CAUE (Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement). C’est dans ce cadre que le CAUE|ADAC 37 initie des projets pédagogiques s’adressant aux élèves du primaire. Le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement d’Indre-et-Loire est un outil public d’ingénierie chargé de promouvoir la qualité architecturale, urbaine, paysagère et environnementale. Opérationnel depuis le 1er octobre 2010, le CAUE 37 a été créé à l’initiative du Conseil départemental d’Indre-et-Loire en application de la loi sur l’architecture du 3 janvier 1977 qui en définit les missions. Celles-ci sont au nombre de quatre :

  • Conseiller les maîtres d’ouvrage publics, communes, communauté de communes pour leurs projets touchant à l’aménagement de leur territoire et quelle que soit son échelle ;

  • Conseiller les particuliers dans leurs démarches de construction et d’aménagement ;

  • Informer et sensibiliser tous les publics à la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et des paysages par le biais d’actions culturelles (visites, conférences, expositions, débats…) ;

  • Former les élus à la connaissance des territoires et de leur évolution, les professionnels et les acteurs du cadre de vie, ainsi que les enseignants qui souhaitent intégrer la connaissance de l’espace bâti et des paysages dans leur projet pédagogique.

3C’est dans le cadre de nos missions de sensibilisation et de formation que le CAUE|ADAC 37 est intervenu auprès de trois classes de CM1 et CM2 des écoles Alfred de Vigny et Lamblardie, de Loches.

4Ce projet pédagogique a été construit en partenariat avec la ville de Loches. Il s’inscrivait dans le dispositif de concertation de la population sur la procédure de révision du Plan de sauvegarde et mise en valeur (PSMV) du centre historique. Les Services de l’éducation, de l’urbanisme et du patrimoine de la ville de Loches, ainsi que le groupement missionné pour la révision du PSMV, l’UDAP (Unité départementale de l’architecture et du patrimoine) ont été associés à ce projet.

5Q2 : Quels étaient les ateliers proposés aux enfants ?

6Le programme des ateliers a été construit pour permettre aux élèves d’acquérir, pas à pas, quelques notions de base de l’aménagement du territoire s’inscrivant dans un cadre patrimonial.

7De septembre 2018 à mai 2019, 12 ateliers articulés en quatre sessions ont été animés par une équipe pluridisciplinaire (architectes, architectes du patrimoine, paysagistes, urbanistes, spécialiste des finances publiques et juristes) du CAUE|ADAC 37, le service Patrimoine de la ville de Loches et l’UDAP.

8Les trois premières sessions constituent un socle commun de connaissances de base sur les thèmes de la ville, du patrimoine, des déplacements et du handicap et du développement durable. La quatrième et dernière session avait pour objectif d’aboutir à une production commune permettant aux élèves, d’une part, de mettre en application leurs acquis et, d’autre part, d’exprimer leurs points de vue sur l’évolution de ce site patrimonial. Cette organisation en équipe-projet offrait l’opportunité aux élèves d’échanger et de confronter leurs visions.

9Plus précisément, les élèves ont abordé et/ou expérimenté :

  • Les acteurs de l’aménagement du territoire : les commanditaires de projet, ceux qui les conçoivent et ceux qui les réalisent

  • La ville : les éléments qui la composent : la topographie, la géographie, les bâtiments emblématiques, les jardins et les raisons de l’implantation de la ville dans le site.

10Sur le plan pédagogique, ces deux ateliers permettent aux élèves d’acquérir du vocabulaire, de s’initier à la lecture de cartes et de comprendre comment et pourquoi l’homme investit un site.

  • L’art dans le paysage : présentation de cinq œuvres exposées à Beaulieu-lès-Loches. Il s’agissait là d’aborder la relation de l’œuvre avec son environnement et le paysage.

  • Le patrimoine : qu’est-ce que le patrimoine, l’évolution urbaine du site de la forteresse, l’évolution urbaine de la ville de Loches, la création des Secteur sauvegardés et les métiers du patrimoine

  • Les déplacements dans la ville et le handicap, abordés par l’expérimentation à travers des parcours que les élèves ont pratiqués en fauteuil roulant, avec des béquilles, ou encore les yeux bandés.

  • Le développement durable ou comment recomposer une ville plus respectueuse de son environnement.

  • La concertation : les élèves ont élaboré un questionnaire sur l’évolution possible du secteur sauvegardé, ont débattu sur les sujets à aborder et la façon de les aborder, puis ont soumis ce questionnaire à leurs parents et, enfin, ont restitué le résultat de cette concertation.

  • Le projet : un périmètre d’étude a été défini avec le service de l’urbanisme de la ville de Loches.

11Ce périmètre a été décomposé en 11 sites d’étude ayant des enjeux forts sur le plan de la conservation ou du développement urbain. Chacun d’eux a été attribué à un groupe d’élèves. En phase projet, ces groupes d’étude ont fait des propositions sur le secteur qui leur a été affecté. D’abord individuellement, en définissant les grandes orientations du projet par le dessin sur une photographie, puis collectivement, après avoir débattu des idées à retenir pour le projet qu’ils souhaitaient proposer, en réalisant une maquette.

12Q4 : À quoi ont abouti ces différents ateliers ? Quelles ont été les retombées pour les enfants, les collectivités locales ?

13Nous avons tous, équipe du CAUE|ADAC 37, enseignants et ville de Loches, mesuré à l’issue du projet pédagogique l’étendue des connaissances que les enfants avaient acquises et à quel point ils s’étaient emparés des sujets. Tant sur le plan de la préservation du patrimoine bâti, paysager et naturel, que sur la construction d’une ville plus agréable à vivre pour tous. Ils sont devenus les ambassadeurs du projet de révision du PMSM à travers une exposition de leurs travaux à la Chancellerie que la population lochoise a pu découvrir durant six mois. Mais plus encore, ce que nous retenons, c’est la fierté des élèves d’hériter d’un tel patrimoine et leur pleine conscience que demain, il leur appartiendra de le préserver pour le transmettre à leur tour.

14Q5 : Le CAUE 37 réfléchit à un jeu de plateau qui permettrait aux enfants d’être sensibilisés aux différents acteurs de l’aménagement. Pouvez-vous nous présenter le jeu ?

15Ce jeu est l’un des nombreux supports que nous avons créés dans le cadre de nos animations pédagogiques. Le « Qui suis-je ? » de l’aménagement du territoire s’adresse aux enfants de 9 à 14 ans. Il leur permet de découvrir les acteurs de l’aménagement du territoire et d’appréhender les liens entre les trois catégories d’intervenants : les commanditaires de projets, les concepteurs et ceux qui les réalisent.

16Il se joue en équipes de cinq à dix joueurs et comporte deux manches. Pour remporter la première manche, les équipes doivent identifier un maximum d’acteurs ainsi que leur niveau d’intervention dans le processus d’aménagement du territoire en positionnant les cartes-acteur sur le plateau. Se dessinent ainsi, au fur et à mesure de l’avancement du jeu, les relations entre les différents acteurs. Pour remporter la seconde manche, les équipes doivent identifier le plus rapidement possible les acteurs impliqués dans la réalisation de projets. Cette seconde manche permet de conforter les acquis de la première manche.

17Le plateau de jeu est composé en cercles concentriques afin d’annihiler toute idée de hiérarchie entre les trois catégories d’intervenants. Le processus d’aménagement relève de la collaboration de tous. Sans les uns, les autres, aucun projet ne peut émerger. Il s’agit également de valoriser les métiers du bâtiment, où la main d’œuvre se fait rare, une préoccupation que nous partageons avec la DRAC.

18Toute création de jeu nécessite plusieurs phases de tests donnant lieu à des ajustements. L’un de ces tests a été réalisé par les élèves de l’INSPé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) sous la direction de Christophe Meunier.

19Q5 : Le CAUE 37 a-t-il programmé un prochain projet pédagogique ?

20Après avoir mené trois projets pédagogiques au long cours, auprès des écoles primaires de Saint-Pierre-des-Corps, Loches, dont nous venons de parler, et le regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de Seuilly-Marçay, le conseil d’administration du CAUE 37 a souhaité que notre offre pédagogique soit restructurée pour toucher un plus grand nombre d’élèves.

21La réponse à cette demande prend la forme d’un catalogue d’animations pédagogiques destinées aux CM1 et CM2, avec des interventions se déroulant sur une ou une demi-journée.

22Pour l’essentiel, ce catalogue présente le lexique illustré téléchargeable sur le site du CAUE 37, 11 ateliers à la carte, permettant aux enseignants de définir le programme qu’ils souhaitent proposer à leurs élèves en fonction de leurs acquis, trois programmes clé en main proposés par thématique et, bien évidemment, les informations utiles.

23Nous avons rencontré l’Éducation nationale et allons engager la co-construction d’un programme de formation destiné à 15 enseignants. D’un commun accord, le choix géographique de cette intervention se porte sur le secteur nord du département, sur lequel le CAUE 37 n’est pas encore intervenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydia Pagès, « Ma ville, mon patrimoine. Regards d’écoliers »Strenæ [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 février 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/strenae/10736 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/strenae.10736

Haut de page

Auteur

Lydia Pagès

Lydia Pagès est architecte-conseil au sein du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement d’Indre-et-Loire (CAUE 37). Elle accompagne des communes sur des projets d’aménagements et conduit plus particulièrement la réflexion d’enfants autour de projets scolaires et urbains.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search