Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Notes bibliographiquesLes Jeux du monde. Géopolitique d...

Notes bibliographiques

Les Jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique

Jean-Paul Charrié
p. 144-146
Référence(s) :

J.-P. Augustin et P. Gillon, Les Jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique, Armand Colin, Paris, 2021, 220 p.

Texte intégral

1En cette année 2021, alors que se déroulent les Jeux olympiques à Tokyo avec une année de décalage en raison de la pandémie qui affecte la planète, Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon nous livrent l’ouvrage intitulé Les Jeux du monde et en sous-titre Géopolitique de la flamme olympique. La couverture de l’ouvrage symbolise l’objectif en représentant le planisphère sortant du porte-flamme.

2Cet ouvrage préfacé par Thierry Terret, historien du sport, comprend cinq grands chapitres. Dans le premier chapitre intitulé « Un théâtre géopolitique en recomposition », les deux auteurs considèrent que l’olympisme s’inscrit dans une géopolitique en rapport avec les forces qui transforment nos sociétés. C’est l’occasion de rappeler le rôle majeur joué par les États européens dans le développement des Jeux olympiques et cette influence perdure malgré les évolutions récentes. Les deux auteurs insistent également sur la nécessité pour les institutions qui gèrent les Jeux olympiques d’évoluer en fonction des transformations économique et sociale mondiale. Le tournant majeur se situe sous la présidence du catalan Juan Antonio Samaranch qui fait passer l’olympisme du statut de sport amateur à celui de sport professionnel et introduit des liens de plus en plus étroits entre les Jeux olympiques, les médias et les multinationales qui souhaitent accompagner et profiter de cet événement. Pour autant, bien que puissant du fait de ses ressources financières, le Comité international olympique (CIO) doit constamment défendre son existence face à des États qui peuvent influencer le déroulement des compétitions et s’opposer à ses choix.

3À la suite de cette frise chronologique, les deux auteurs étudient dans le chapitre « Une gouvernance mondiale sous tension » le système olympique et proposent un schéma qui illustre la complexité de cette organisation. Jean-Pierre Augustin et Pascal Guillon décortiquent les composantes du Comité international olympique (CIO) regroupées en quatre grands ensembles. En premier lieu, les partenaires institutionnels exercent leur contrôle sur le système olympique. Outre le Comité international olympique, on y trouve les fédérations internationales (FI) avec lesquelles les relations sont de plus en plus complexes et parfois tendues en fonction de l’importance prise par quelques-unes de ces fédérations, telle l’athlétisme. S’y ajoutent, les Comités nationaux olympiques (CNO) et le Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) qui reçoivent des financements du CIO. Avec ce dernier apparaissent les autres partenaires institutionnels que sont les États et la ville organisatrice des Jeux. Les partenaires commerciaux financent les Jeux : parmi eux les sponsors et les médias, lesquels posent de plus en plus leurs exigences dans la diffusion des images de la compétition. Les auteurs estiment les montants versés à plus de 4 milliards de dollars pour les diffuseurs et à un peu plus d’1 milliard en ce qui concerne les sponsors. Un intéressant tableau montre l’implication de quelques multinationales depuis 1985 et la domination de celles installées aux États-Unis. Viennent enfin les organismes mis en place pour lutter contre la fraude (Agence mondiale antidopage) ou pour trancher juridiquement en cas de litige (Tribunal arbitral du sport).

4En conclusion de ce chapitre, les auteurs écrivent « Ainsi les acteurs du mouvement olympique s’inscrivent dans une géopolitique interne complexe. Ceux du premier cercle, le CIO, les CNO, les COJO et les FI sont engagés dans des rapports de force et sont soumis aux influences du second cercle qui comprend les financeurs et les États. »

  • 1 On regrettera à ce sujet que malgré le travail réalisé pour rendre ces documents exploitables en no (...)

5Le troisième chapitre traite de « La capture de la performance olympique » car, s’il y a de plus en plus de nations participantes, de plus en plus de sportifs à tenter d’obtenir une médaille, si on observe également une nette féminisation dans les compétitions, il n’en reste pas moins que les Jeux olympiques demeurent inégalitaires. Quelques nations s’accaparent le plus grand nombre de médailles. Certes, il y a des changements et la domination de l’Europe et des États-Unis est moins forte depuis la participation des pays du bloc communiste, l’entrée de la Chine et également l’ouverture des Jeux olympiques à la presque totalité des pays qui ont obtenu leur indépendance, y compris ceux qui parfois réclament leur indépendance en tentant d’obtenir la reconnaissance du CIO pour accélérer le processus. Mais au final, les pays qui disposent des ressources financières, de programmes sportifs favorisant l’élite sportive, dominent dans le classement des médailles. Toute une série de documents – tableaux, schémas, cartes 1 – illustre ce constat et cela permet de vérifier que l’Afrique, par exemple, est le parent pauvre de ces Jeux olympiques. D’autant que de nombreux athlètes originaires des pays africains cherchent à intégrer des équipes nationales en Europe, aux États-Unis et même dans quelques États pétroliers qui tentent de prendre place dans cette compétition universelle.

6Jean-Pierre Augustin et Pascal Guillon évoquent le débat qui a eu lieu au moment de la création des Jeux olympiques, le roi de Grèce soutenant l’idée que les jeux devaient se dérouler en un seul lieu en Grèce, alors que Pierre de Coubertin défendait l’organisation des Jeux dans des villes différentes. C’est cette dernière position qui l’emporte et qui est évoquée dans le chapitre intitulé « La vitrine compétitive des villes olympiques ». Il en découle une géographie des villes candidates et des villes organisatrices, certaines ayant obtenu parfois à plusieurs reprises l’organisation des Jeux olympiques. Il en résulte également une géographie des espaces urbains en raison de l’impact considérable des Jeux dans ces différentes villes. D’autant que le nombre d’épreuves augmente considérablement, de même que le nombre d’athlètes et aussi de journalistes qui couvrent cet événement. Les deux auteurs montrent, à partir de l’exemple des villes récemment retenues pour organiser les Jeux, que les choix stratégiques et les conséquences géographiques varient d’une métropole à une autre. Les études réalisées sur les villes qui ont accueilli récemment les Jeux olympiques sont contradictoires en ce qui concerne les effets positifs ou négatifs en matière d’aménagements urbains. Seule certitude, aucune de ces villes n’a respecté le budget initial et cela permet peut-être de comprendre pourquoi le nombre de villes candidates se restreint. C’est ainsi que pour les prochains Jeux, Paris, Los Angeles et récemment Canberra n’avaient pas réellement de villes concurrentes.

7Dans un dernier chapitre assez bref, Jean-Pierre Augustin et Pascal Guillon éprouvent le besoin de mettre en avant « Les défis de l’olympisme ». C’est l’occasion de revenir sur les rapports de force entre le CIO et ses différents partenaires, en particulier les États et les différentes multinationales qui financent les Jeux olympiques. Sur ce point, il est dommage que le schéma du système olympique n’ait pas proposé une hiérarchisation entre les différents partenaires et une meilleure approche des interactions entre les différentes composantes. Se pose aussi la question de la diversification des jeux. De nouvelles épreuves ont été introduites en particulier pour attirer les populations les plus jeunes et élargir ainsi l’audience des Jeux Olympiques. Enfin le CIO est confronté à différents problèmes qui traversent la société, notamment il lui convient par exemple d’apporter des réponses sur la question du sexe, du genre, du rapport à l’islam, afin de permettre à des femmes issues de pays qui pratiquent cette religion de pouvoir participer aux compétitions.

8Quelques grands thèmes ressortent au fil des pages dans la plupart des chapitres démontrant que les Jeux olympiques s’inscrivent bien dans l’évolution de l’économie, de la société et de la gouvernance mondiale. Théâtre, scènes de théâtre, dramaturgie, spectacle, illusion, constituent quelques éléments du vocabulaire utilisé par les deux chercheurs dans l’analyse géopolitique des Jeux, ce qui les conduit à écrire en conclusion : « Les Jeux olympiques sont un théâtre mondialisé où se joue une double scène… » Dans cette même conclusion, ils estiment que les Jeux s’imposent « comme un nouvel universel proposant une cérémonie planétaire ». De fait l’ouvrage souligne à l’évidence que l’universalisme porté par les membres fondateurs s’est moulé dans la mondialisation offrant aux multinationales une vitrine auprès de la population mondiale. À ce titre, malgré son statut d’association basée en Suisse, le CIO n’est-il pas une sorte de multinationale du spectacle sportif ? De même il est fondamental de noter que les villes ne sont plus désignées, mais mises en compétition dans le cadre de cette mondialisation au sein de laquelle les métropoles jouent un rôle de plus en plus actif. Et quand la mondialisation est affectée par les crises, les pandémies, quand les villes ne veulent plus ou ne peuvent plus dépenser sans compter, le système olympique est affecté et doit se repenser. La page de couverture choisie par Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon peut se lire de deux manières dans une perception interactive. Le porte-flamme de l’olympisme aspire-t-il l’espace monde pour construire une nouvelle gouvernance mondiale dans laquelle le sport rapproche les nations et les hommes ? Ou bien les Nations sortent-elles du carcan de la gouvernance que veut imposer le CIO pour continuer de peser sur l’organisation et la gestion des Jeux comme elle tente de le faire à l’échelle du monde ? Au fil des différents chapitres, malgré la volonté du CIO d’être une voix qui influence, malgré le point de vue des deux auteurs qui estiment que le CIO a des marges de manœuvre dans la gouvernance mondiale, il nous semble que l’ouvrage met plutôt en évidence le rôle des États.

9Une chose est certaine, ce livre de Jean-Pierre Augustin et Pascal Gillon, Les Jeux du monde, est d’une réelle richesse par les informations qu’il apporte, les clés de compréhension qu’il propose, les pistes de réflexion qu’il offre aux lecteurs.

Haut de page

Notes

1 On regrettera à ce sujet que malgré le travail réalisé pour rendre ces documents exploitables en noir et blanc, l’éditeur n’ait pas introduit la couleur pour plus d’efficacité dans la démonstration

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Charrié, « Les Jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique »Sud-Ouest européen, 51 | 2021, 144-146.

Référence électronique

Jean-Paul Charrié, « Les Jeux du monde. Géopolitique de la flamme olympique »Sud-Ouest européen [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 11 février 2022, consulté le 18 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/soe/7846 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/soe.7846

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Charrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search