Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Les Observatoires Hommes-Milieux

Texte intégral

1À l’heure où l’anticipation et la maitrise de l’information constituent des préalables indispensables à la prise de décision, les « observatoires » sont devenus légion ; à tel point que le concept même d’observatoire semble désormais s’étendre à une infinité d’objets, pour peu que ces derniers soient dynamiques, sujets d’incertitudes et puissent être observés. Territoires, économie, numérique, religions, inégalités sociales… aucun sujet ne semble pouvoir y échapper et a fortiori celui de l’environnement qui, compte tenu des préoccupations qu’il génère et des enjeux qu’il recouvre, fut à l’origine même de ces dispositifs. L’observation, l’analyse et la prospective – qu’elle soit simulée ou non – sont désormais les maîtres-mots d’un ternaire propre aux observatoires environnementaux mis en œuvre pour quantifier, spatialiser, modéliser et in fine anticiper les effets de l’accélération des changements globaux qui affectent, à différentes échelles de temps et d’espace, notre planète et les sociétés humaines qui y vivent.

2C’est dans ce contexte, qu’ont été initiés en 2007 les Observatoires Hommes-Milieux (OHM) de l’Institut Écologie et Environnement du CNRS auxquels est consacré ce volume de Sud-Ouest Européen, qui se déclinent aussi à l’international (OHM-I) et dont les principes et le fonctionnement sont présentés par Robert Chenorkian en introduction de ce numéro. Proches des « Zones-Ateliers » (ZA) ou des « Observatoires de recherche en environnement » (ORE) ainsi que des systèmes existants outre-atlantique (LTER (Long Term Ecological Research Network) et HERO (Human-Environment Regional Observatory)) par leurs vocations d’observations et leurs logiques interdisciplinaires, ils s’en distinguent toutefois en positionnant au cœur de la recherche l’étude des dynamiques
socio-écologiques et des interactions hommes-milieux et surtout en organisant une recherche intégrée et spatialement circonscrite autour d’un évènement majeur, responsable d’une transformation ou d’une mutation du système.

3Actuellement au nombre de huit, ces OHM se situent en Provence, dans les Pyrénées, au Portugal, en Guyane, au Sénégal, dans la vallée du Rhône, sur le littoral méditerranéen et enfin au Nunavik pour le plus récent, créé durant l’automne 2012. Seuls les trois premiers nourrissent les articles qui composent ce volume : il s’agit de l’OHM Bassin minier de Provence qui est situé autour de la commune de Gardanne, entre Marseille et Aix-en-Provence sur un ancien territoire minier actuellement en proie à de fortes dynamiques périurbaines et industrielles ; de L’OHM-I Estarreja qui est situé au nord du Portugal, dans le district d’Aveiro, sur un territoire dont la caractéristique est d’être fortement impacté depuis le début des années 1950 par la présence du deuxième plus important complexe chimique du pays ; et enfin de l’OHM Haut-Vicdessos qui, situé au sud de Foix dans une vallée de haute-Ariège, est symptomatique des processus rapides qui affectent un espace montagnard anciennement et intensément anthropisé et actuellement soumis aux doubles effets d’un abandon des activités agro-pastorales et d’un arrêt des activités industrielles.

4Au travers de ces trois terrains d’observation, les travaux présentés dans les pages qui suivent offrent un éventail à la fois représentatif de la diversité et de l’interdisciplinarité caractérisant les recherches conduites au sein des OHM et du rôle que ces observatoires peuvent jouer dans le développement de nouvelles approches situées à l’interface entre recherches fondamentale et appliquée. C’est tout particulièrement le cas concernant le développement de systèmes d’informations géographiques, la conception de bases de données géoréférencées et l’identification de nouveaux indicateurs dont l’exploitation et le transfert peuvent profondément modifier à la fois la connaissance et la perception que les gestionnaires ou les acteurs territoriaux peuvent avoir de l’occupation du sol et des aménagements futurs. On en trouvera l’illustration dans la proposition d’une nouvelle méthodologie destinée à la prise en compte des sols dans les documents d’urbanismes présentée par Catherine Keller et alii, ainsi que dans les deux articles de S. Robert et J. Autran et de Thomas Houet et alii qui, en exploitant tous deux les mêmes sources documentaires (photo-interprétations), présentent pour le premier, les résultats d’une réflexion fondée sur la confrontation entre deux méthodes de validation des analyses spatiales à grande échelle sur le territoire de Gardanne et, pour le second, l’intérêt d’une approche sectorielle à hautes résolutions temporelle et spatiale pour quantifier et qualifier les changements d’occupation du sol et tout particulièrement les processus de recolonisation forestière en cours dans la vallée du Vicdessos. Ces exemples répondent à un des objectifs assumés par les OHM : celui de développer une capacité de réponse aux demandes sociétales et d’aide à la décision politique en matières d’aménagement, de gestions territoriale ou environnementale. Dans ce cadre, les travaux de Bernard Davasse et de l’équipe du CEPAGE élargissent le débat et mettent l’accent sur les enjeux et la complexité des relations, parfois décalées, qui s’établissent entre processus environnementaux, représentations culturelles et pratiques sociales dans le domaine de l’action et militent à partir de l’exemple du Haut-Vicdessos, pour une utilisation du paysage comme outil de médiation et comme support au partage des connaissances nécessaires à la mise en place d’une politique territoriale orientée vers la durabilité.

5Les articles présentés à la suite par Anne-Marie Guihard-Costa et alii sur les effets de la contamination industrielle sur la santé des populations de la région d’Estarreja et celui de Yves Noack et de son équipe sur l’évaluation de la pollution particulaire en contexte périurbain à Gardanne sont exemplaires des recherches interdisciplinaires initiées au sein des OHM. Ces travaux situés à la croisée de la géochimie, de la toxicologie, de l’anthropologie sociale et biologique et de la géographie de la santé dans des contextes industriels confrontés à des problèmes de santé publique ouvrent de nombreuses pistes méthodologiques. Ils évoquent également l’importance d’une prise en compte des héritages qui suppose une rétro-observation nécessaire à la « …bonne compréhension des dynamiques » comme le souligne Robert Chenorkian, mais également à la prospective et à la modélisation.

6Ces démarches de rétro-observation impliquant des approches historiques, géohistoriques et paléoenvironnementales restent encore différemment développées selon les Observatoires Hommes-Milieux, mais elles occupent une place déjà importante dans celui du Haut-Vicdessos : en témoignent les travaux présentés par Jean-Marc Antoine qui couplent rétro-observation et monitoring hydroclimatique, afin de suivre l’évolution des ressources en eau dans un contexte de changement climatique et la contribution d’Anaëlle Simonneau et de son équipe qui proposent une brillante démonstration des potentialités offertes par l’analyse multi-proxy des archives lacustres pour reconstituer à la fois l’histoire climatique des Pyrénées ariègeoises, ainsi que l’impact d’un barrage hydroéléctrique sur l’écosystème lacustre. Dans cet observatoire et ainsi que le démontre la contribution de Morgane Gibert et alii qui vient clôturer ce volume, ce ne sont pas seulement les dynamiques environnementales qui sont rétro-observées, mais également les dynamiques historiques d’une population humaine dans le cadre d’une approche associant anthropologie et géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Galop, « Les Observatoires Hommes-Milieux »Sud-Ouest européen, 33 | 2012, 1-2.

Référence électronique

Didier Galop, « Les Observatoires Hommes-Milieux »Sud-Ouest européen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 décembre 2013, consulté le 20 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/soe/157 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/soe.157

Haut de page

Auteur

Didier Galop

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search