Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome CXXVII n°2Joan Larzac (Roqueta), poèta, bib...Ouverture : quatre poèmes inédits...

Joan Larzac (Roqueta), poèta, biblista e escrivan. Una vida d’engatjament

Ouverture : quatre poèmes inédits de Jean Larzac

Jean Larzac

Texte intégral

1Jean Larzac nous a fait l’honneur de nous confier, en ouverture du dossier de la Revue des langues romanes consacré à son œuvre, quatre poèmes inédits en occitan, accompagnés de leur traduction française. Ces poèmes et leurs traductions sont fidèlement reproduits ci-dessous, dans l’ordre, la mise en page, la typographie et la graphie voulus par l’auteur, sans aucune intervention de notre part.

2M. R.

***

METTRE LE CONTACT

À force de dire au soleil chaque soir de revenir
tu te fatigues et as envie de laisser tomber tes bras
et de laisser aller

Depuis longtemps tu ne dis plus à l’eau de couler
Les sècheresses, les déluges
ne peuvent te tromper sur l’éternel retour

Il y aura bien pourtant un jour
un jour pour qui il n’y aura plus de jour

Mais le ciel le plus sombre
n’enraie jamais l’espoir du jour

J’hésite. Si je plonge entier dans la prière
est-ce que le matin me répondra ?

Qui sait ? … je n’ai rien dit…
Serait-ce le silence
qui a parlé ?
— Jean Larzac

*

METRE LO CONTACT

A fòrça de dire « Tòrna » al solelh cada vèspre
siás las e as enveja de tombar los braces,
de quitar tot anar

Fa temps que dises pas pus de rajar a las aigas
Las secadas e los deluvis
an pas poder de t’enganar sus l’etèrne retorn

e çaquelà i aurà ben quauque jorn
un jorn que d’autre jorn n’ i aurà pas pus

Mas lo cèl lo pus sorn
destrantalha jamai l’espèr del jorn

Trastègi. Es que se cabussi tot dins la pregària
Respondrà, lo matin ?

Veire… Ai pas res dich
Seriá donc lo silenci
qu’auriá parlat ?
— Joan Larzac

***

UN SIGNE

Un signe… Est-ce que c’est un signe ?
Est-ce que c’est pour moi cette brèche dans le grand tout ?
ou le grand rien du tout…
ou est-ce moi qui me déchire ?

Et pourtant mon pays bascule et j’y retrouve
quelque chose de moi, de vous peut-être
ce que nous sommes ensemble
et qui se dit en d’autres mots
d’autres morceaux de moi
et de vous et de Dieu ?

— Redis après moi…
— « J’ai… »
— Non… « je t’ai »…
— Est-ce que tu m’aimes ?

Message. Il y a trop de messages
qui démêlera le fil ?
Je m’étouffe dans ma toile d’araignée
Quelle vrille m’échappe
fil de la vierge, fil d’Ariane
mais dans quelle maison ? dans quel chemin
— Jean Larzac

*

UN SIGNE

Un signe. Es qu’es un signe ?
Es qu’es per ieu aquela òsca dins lo grand tot
o lo grand ren de tot...
O es qu’aquò’s ieu que m’estripi ?

Mon païs çaquelà caplèva onte retròbi
quicòm de ieu, benlèu de vos
Çò qu’ensems siam
e que se ditz amb d’autres mots
d’autres bocins de ieu
e de vos e de Dieu ?

— Tòrna dire aprèp ieu…
— « Ai… »
— Non : « T’ai.. »
— Es que tu m’aimas ?

Messatge. Tròpes i a de messatges
Qual desembolharà lo fial ?
m’estofi dins mon estarganha
quinta vedilha que m’escana
fial de la verge fial d’ariana
en quinte ostal ? quinte camin ?
— Joan Larzac

***

  • 1 « Pr’amor », en occitan : « parce que, à cause de ».

PRAMOUR1

Nous ne connaissons pas d’autre causalité
que l’amour
et c’est pour ça qu’on est de langue d’oc :
il n’est rien qui se puisse attendre de rien
— l’état d’après l’état d’avant —
sans qu’il y ait quelque part l’amour
Ou alors on n’est plus occitans

Cela n’empêche pas le monde de tourner
Et même de tourner sans amour
Et même de tourner sans nous
— Jean Larzac

*

PR’AMOR

Coneissèm pas d’autra causalitat
que l’amor
e siam de lenga d’òc pramor d’aquò :
Res que se pòsca esperar de res
l’estat d’aprèp l’estat d’abans
sens que i aja endacòm l’amor

O alara siam pas pus occitans

Empacha pas lo monde de virar
E mai de virar sens amor
E mai de virar sens nosautres
— Joan Larzac

***

NOUS-AUTRES

Et parce que nous ne nous ressemblons pas entre nous
Nous sommes images de Dieu
Qui est autre, tout simplement

En cela aussi nous nous ressemblons entre nous :
Nous ne sommes comme personne

Et entre tous qui sait nous nous ressemblons bien un peu
Et pourtant tu es autre encore
Car moi tout seul et nous ensemble
Je suis autre et nous sommes autres en face de Toi
Nous ne pourrons jamais, Toi, moi ou nous
Dire nous — en face de qui ?
Dieu et nous sommes-nous des êtres ?
Non. Ou l’être T’appartient. Pas à nous.
Ou Tu n’es pas être
Car l’être n’est qu’un outil de langage
et jamais nous ne Te prendrons à ce miroir
— Jean Larzac

*

NOS-AUTRES

E perqué nos semblam pas entre nautres
siam images de Dieu
qu’es tot simplament autre

En aquò nos semblam tanben entre nautres
que siam totes coma pas degús

Entre totes benlèu Te semblam ben un pauc,
e çaquelà Siás autre encara
que ieu tot sol o nosautres ensemble.
Siái e siam autres fàcia a Tu
e poirem pas jamai Tu, ieu, o nautres
dire nosautres — fàcia a qual ?
Dieu e nosautres siam dequé ? d’èstres ?
Non. O l’èstre es Tieu. Pas nòstre,
O siás pas èstre
que l’èstre es pas qu’un otís de lengatge
e te prendrem jamai a aqueste miralh.
— Joan Larzac

Haut de page

Notes

1 « Pr’amor », en occitan : « parce que, à cause de ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Larzac, « Ouverture : quatre poèmes inédits de Jean Larzac »Revue des langues romanes [En ligne], Tome CXXVII n°2 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 14 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/rlr/5628 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/rlr.5628

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search