Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Actualité internationaleNotes de lectureJean-Marie Barbier, Étienne Bourg...

Actualité internationale
Notes de lecture

Jean-Marie Barbier, Étienne Bourgeois, Gaëtane Chapelle et Jean-Claude Ruano-Borbalan (dir.), Encyclopédie de la formation / Jean-Marie Barbier, Vocabulaire d’analyse des activités / Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali et Martine Dutoit (dir.), La création comme expérience

Paris, Presses universitaires de France, 2009, 1236 p. / Paris, Presses universitaires de France, 2011, 1re éd. ; 2017, 2e éd. revue et augmentée, 216 p. / Paris, L’Harmattan, 2020, 224 p.
Jean-Marie De Ketele
p. 44-46
Référence(s) :

Jean-Marie Barbier, Étienne Bourgeois, Gaëtane Chapelle et Jean-Claude Ruano-Borbalan (dir.), Encyclopédie de la formation, Paris, Presses universitaires de France, 2009, 1236 p.

Jean-Marie Barbier, Vocabulaire d’analyse des activités, Paris, Presses universitaires de France, 2011, 1re éd. ; 2017, 2e éd. revue et augmentée, 216 p.

Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali et Martine Dutoit (dir.), La création comme expérience, Paris, L’Harmattan, 2020, 224 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

éducation, formation

Keywords:

education, training

Palabras claves:

educación, formación
Haut de page

Texte intégral

1Ces trois ouvrages méritent d’être étroitement associés, non seulement parce que Jean-Marie Barbier, titulaire d’une chaire Unesco « Formation et pratiques professionnelles », en est au départ l’initiateur, mais aussi parce qu’il a réussi à mobiliser les meilleurs experts (cinquante-neuf pour l’encyclopédie, huit pour celui sur la création) pour y contribuer.

2Comme le dit Bertrand Schwartz en ouverture de l’encyclopédie, cet ouvrage ambitieux s’inscrit « dans un […] croisement de production de savoir et d’action, tant au niveau des objets, des positions épistémologiques, des méthodes que des modes d’écriture et de communication ». Le lecteur ne doit donc pas s’attendre à un ouvrage dont les points d’entrées sont les concepts de la formation organisés selon un ordre alphabétique. Il se tournera alors vers le Vocabulaire d’analyse des activités de Jean-Marie Barbier, qui explicite successivement 293 concepts, autant de « propositions pour penser » l’activité, qu’elle soit dans le champ de la formation ou, de « façon transverse », dans d’autres champs.

3L’encyclopédie est organisée en neuf parties (outre l’introduction) comprenant trente-quatre chapitres, dont le dernier est une bibliographie commentée (ouvrages pour la formation, revues de référence, thèses et habilitations à diriger des recherches sur la formation d’adultes), objet d’un travail important de deux documentalistes expérimentées. De façon originale, certains chapitres insèrent soit un (parfois plusieurs) « portrait », soit un « j’ai lu ». On y voit deux types de portraits : conceptuels, avec trois concepts fondamentaux (éducation permanente ; savoirs ; travail et apprentissage) ; biographiques, avec un bel hommage rendu à douze figures importantes du champ de la formation (Claude Dubar, Raymond Vatier, Jacques Delors, Pierre Caspar, Daniel Hameline, Jacky Beillerot, Evelyne Sullerot, Marcel David, Bertand Schwartz, Paulo Freire, Joffre Dumazedier et Gaston Pineau). À cela s’ajoutent six « j’ai lu » : « enseigner à des adultes : travail et pédagogie », « l’ingénierie et l’évaluation des compétences », « le manager la formation », « travail pédagogique et formation d’adultes. Éléments d’analyse », « l’introuvable relation formation/emploi », « la transmission des savoirs ». Des travaux essentiels dans le monde de la formation.

4Mais pourquoi associer à ces deux ouvrages (l’encyclopédie, le vocabulaire) un troisième ouvrage au titre apparemment éloigné du champ de la formation tel que La Création comme expérience ? Tout simplement, comme le dit la quatrième de couverture, parce que

[l]’acte de création, très valorisé et méconnu, concerne tous les domaines de la vie professionnelle et sociale. Il prend en partie la place du concept d’innovation et apparaît comme un nouvel impératif social relevant de l’injonction de subjectivité.

5En effet, introduire ou créer du neuf pour se (nous) développer sur les plans personnel et professionnel (les deux étant étroitement liés) est au cœur de la formation comme activité et processus à poursuivre tout au long de la vie. La formation est une activité de création qui s’inscrit dans une rencontre entre une expérience personnelle et d’autres expériences personnelles (non seulement celles des formateurs, mais aussi celles des pairs, chaque acteur profitant des opportunités offertes par son environnement). Il s’agit d’une activité de transformation : « le projet individuel est transformé dans le travail collectif » ; « l’intention est formalisée en termes d’expression “faire pour soi” », « les apprenants sont invités à adopter une posture de singularisation », « faire advenir de nouvelles façons de voir », « construire ensemble des dispositifs », « dans tous les dispositifs, il est fait appel, explicitement ou implicitement, à la préexistence d’un potentiel de créativité des apprenants », « certains apprenants se vivent déjà comme créateurs, leur projet de vie et leur projet professionnel sont fortement impactés par ce sentiment », « le travail collectif permet de changer de place, de “s’essayer” et de se remettre en jeu en affrontant le regard des autres », « les dispositifs permettent aussi d’adopter dans le groupe de multiples points de vue, permettant de s’enrichir soi-même », « pour les apprenants, l’acte de création est donc un moment de développement de soi ».

6Ces ouvrages forment une trilogie, même si chacun d’eux trace son propre chemin et intéressera plus particulièrement certains profils de lecteurs. L’Encyclopédie séduira celui qui veut voir dans sa bibliothèque une « somme » rassemblant les analyses des plus grands chercheurs et penseurs dans le domaine de la formation (il serait trop long ici de les citer), ouvrage qui ne prendra pas la poussière tant il est susceptible d’être consulté et dans lequel tous ceux qui ont la charge de former iront puiser des outils à soumettre à la réflexion. Une véritable mine d’or, sur les plans de la mémoire et des ressources.

7Le Vocabulaire intéressera plus particulièrement le formateur, le chercheur, l’étudiant, c’est-à-dire ceux qui ont compris qu’une utilisation rigoureuse des concepts est essentielle pour construire une pensée. Or la plupart d’entre eux émanent du langage courant. Le danger est de les croire connus, alors qu’ils n’ont pas fait (ou ont cessé de faire) l’objet d’une réflexion approfondie. L’intérêt (mais aussi la limite) du présent vocabulaire est d’avoir été pensé et rédigé par une même personne. Jean-Marie Barbier livre ses propres définitions (« travail personnel, il n’engage que son auteur », cité dans l’avertissement). Il ne s’embarrasse pas de renvois aux experts, de peur de perdre « la cohérence globale ». La volonté affichée est « de provoquer à propos de concepts ordinaires des déplacements de pensée ». Il s’agit d’un ouvrage dans lequel l’utilisateur se voit bien griffonner en marge les fruits de sa réflexion.

8En se référant à La Création comme expérience, le troisième ouvrage est destiné à ceux qui, ayant déjà une expérience et une réflexion approfondie dans le domaine de la formation ou dans les champs transverses, ont besoin de « penser à côté » (le propre de la création) pour renouveler et renouveler encore le cadre conceptuel qui supporte un agir mieux fondé sur les plans épistémologique (la validation des connaissances pour l’activité), praxéologique (l’orientation de l’activité) et éthique (les valeurs que l’activité porte). Nul doute que pour ces lecteurs, les trois ouvrages forment une trilogie servant à se former tout au long de la vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie De Ketele, « Jean-Marie Barbier, Étienne Bourgeois, Gaëtane Chapelle et Jean-Claude Ruano-Borbalan (dir.), Encyclopédie de la formation / Jean-Marie Barbier, Vocabulaire d’analyse des activités / Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali et Martine Dutoit (dir.), La création comme expérience »Revue internationale d’éducation de Sèvres, 95 | 2024, 44-46.

Référence électronique

Jean-Marie De Ketele, « Jean-Marie Barbier, Étienne Bourgeois, Gaëtane Chapelle et Jean-Claude Ruano-Borbalan (dir.), Encyclopédie de la formation / Jean-Marie Barbier, Vocabulaire d’analyse des activités / Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali et Martine Dutoit (dir.), La création comme expérience »Revue internationale d’éducation de Sèvres [En ligne], 95 | avril 2024, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/ries/15047 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/11o91

Haut de page

Auteur

Jean-Marie De Ketele

Jean-Marie De Ketele est professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (Belgique) et de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, où il a créé la chaire Unesco en sciences de l’éducation (1994). Docteur honoris causa de plusieurs universités, il a présidé l’Association internationale de pédagogie universitaire ainsi que l’Association pour le développement des méthodologies de l’évaluation en éducation (ADMEE-Europe). Ses travaux portent principalement sur la pédagogie universitaire, sur l’évaluation des apprentissages et des systèmes éducatifs ainsi que sur l’engagement professionnel des acteurs de l’éducation et de la formation. Courriel : jean-marie.deketele[at]uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search