Skip to navigation – Site map

HomeAbout the journalInstructions aux auteur·e·s

Instructions aux auteur·e·s

Recommandations pour les articles du dossier thématique

La taille du texte sera de 30 000 signes (espaces compris).

Selon leur langue originale, les textes du dossier seront traduits en allemand ou en français par nos soins. Nous remercions les auteur·e·s de faire figurer dans les notes infrapaginales les références bibliographiques des citations traduites dans le corps du texte – avec pagination de la référence lorsque la traduction n'est pas de l'auteur – ainsi que la référence et la citation en version originale. Ceci, afin de faciliter la traduction de leur texte en allemand ou en français et d’éviter des recherches sur le texte source.

Exemple :

Certes, l’accumulation des formes sur les dômes (śikhara) des temples de la période post-Gupta (viie siècle) et sur les constructions entourant leur enceinte (gopuram), devenues gigantesques à partir du xiie siècle, relève bien d’une « horror vacui, une peur effroyable du vide »1 où « l’espace, l’inconnaissable, l’informe, la réalité indéterminée, sont chassés par la forme circonscrite, par les figures qui se pressent pour repousser l’informe »2.

1 Stella Kramrisch, Grundzüge der indische Kunst, Hellerau b. Dresden: Avalun Verlag, 1924, p. 58: « Ein horror vacui, entsetzliche Furcht vor dem Leeren. »
2 Ibid. « Raum, ungekannte, formlos unbestimmte Wirklichkeit ist fort getrieben von geschlossener Form, von Gestalten, die sich drängen, um das Formlose abzuwehren. »

Recommandations pour les recensions

La taille du texte sera de 7000 signes (espaces compris) dans le cas de la recension d’un seul ouvrage, de 10 000 signes (espaces compris) dans le cas de plusieurs ouvrages.

Merci de préciser les indications bibliographiques du livre recensé (et de les placer en en-tête, au-dessus du texte, à la place du titre).

L’auteur.e doit faire ressortir l’impression globale et synthétique du ou des ouvrages recensés (il ne s’agit pas de présenter le sommaire de l’ouvrage). Nous recommandons de suivre l’ordre suivant : Quelle est la problématique à laquelle répond le livre ? Quel est son objet ? Résumé global de l’ouvrage. L’auteur·e répond-il à la question qu’il formule en introduction ? Quelles sont, d’un point de vue critique, les réflexions, les arguments et les thèses qui émergent et sont-ils convaincants ou pas ? Quelles sont les questions et les thèmes qui résultent de cet ouvrage à titre d’enjeu pour des développements ultérieurs ?

Pour la recension d’un recueil, il n’est pas nécessaire que tous les textes soient explicitement mentionnés. En particulier si le recueil est volumineux, ce sont les thèmes centraux qui doivent être évalués d’un point de vue critique. À cette fin, une sélection de 3 à 5 articles peut être faite.

Les renvois aux citations ou aux développements du livre recensé doivent être présentés entre parenthèses dans le corps du texte sous la forme d’un numéro de page. Le renvoi à d’autres ouvrages se fera en notes en bas de page.

Critères généraux relatifs à la mise en forme

  • Rendre votre manuscrit sous la forme d’un simple document Word. Les caractères en gras, les mots écrits en lettres capitales ou mots soulignés seront à proscrire, au profit des caractères en italiques.

  • Police de caractère Times New Roman taille 12 (interligne 1,5), avec espacement normal, c’est-à-dire non condensé pour l’ensemble du texte. Les notes infrapaginales doivent être en Times New Roman taille 10 (interligne 1).

  • Laisser une marge suffisante tout autour du texte (2,5 à gauche et à droite).

  • L’alinéa systématique au début de chaque paragraphe est facilité par l’utilisation du tabulateur (de préférence, ne pas utiliser à cette fin la barre d’espacement). Les premiers paragraphes doivent débuter en début de ligne (sans alinéa).

  • Ne faire aucune coupure de mot.

  • Mettre les accents, les trémas et les cédilles même aux majuscules.

  • Ne pas confondre le chiffre 0 et la lettre O, le chiffre 1 et la lettre l.

  • Mettre un seul espace après toute ponctuation.

  • Utiliser les guillemets français (« et ») avec des espaces insécables.

  • À l’intérieur d’une citation entre guillemets français, on utilisera des guillemets anglais “ ”.

  • Mettre un espace insécable avant toute ponctuation ( : ; ? !) sauf avant le point (.) et la virgule (,).

  • Utiliser l’apostrophe typographique ’ et non pas verticale ‘.

  • Les intertitres et les sous-titres doivent être saisis en majuscules et en minuscules et non pas en majuscules seulement ; ils ne comportent pas de point final.

  • Seuls les titres d’ouvrages, d’œuvres ou de livres, ou encore les termes techniques ou en langue étrangère, doivent être mis en italique.

  • Les titres correspondant à des articles doivent figurer entre guillemets français.

  • Si l’auteur·e mentionne un mot ou une expression de l’ouvrage source sans le traduire en français, il doit le mettre en italique et le faire suivre d’un astérisque, par exemple : Lyrik*.

  • Pour isoler un membre de la phrase, utiliser le tiret demi-cadratin (–) avec un espace avant et après ; ne pas utiliser le trait d’union.

  • Générer les points de suspension à la place de trois petits points … et non pas ...

  • Numéroter les notes du début à la fin du manuscrit.

  • Dans le corps du texte, indiquer les appels de notes par un exposant placé avant toute ponctuation.

  • La note débute avec une majuscule et se termine par un point.

  • Les abréviations sont à éviter dans le corps du texte. En notes, les abréviations suivantes sont possibles : id. pour le même auteur·e, ibid. pour le même ouvrage, t. pour tome, p. pour page, col. pour colonne, éd. pour éditeur, éd. par pour édité par, op. cit. pour œuvre citée, Art. cit. pour article cité.

  • Un renvoi bibliographique sera introduit par « Voir », sauf en cas de citation.

  • Écrire les nombres en lettres jusqu’à vingt, en chiffres au-delà. Marquer les numéros de pages sans espace p. 34-35, et ne pas mettre d’espace entre deux années délimitant une période : 1945-1960.

  • Les siècles s’écrivent en chiffres romains comme suit : XVIIIe siècle.

  • Les noms des villes étrangères sont « traduites » en français : Londres, et non pas London.

  • Les titres d’ouvrages en anglais comportent des majuscules pour la première lettre des substantifs, des verbes (Is, Be, ...), des adjectifs, des adverbes (tout sauf préposition a, an, the, but, as, if, and, or, nor, ...)

  • Les expressions vis-à-vis desquelles l’auteur·e souhaite prendre des distances et qui ne sont pas des citations doivent être placées entre guillemets.

  • Le choix d’une écriture inclusive est à l’appréciation des auteur·e·s. Si vous le souhaitez, nous vous suggérons l’orthographe suivante : : auteur·e·s

Citation d’un texte source en allemand

  • Toutes les citations en langue étrangère doivent être traduites et placées entre guillemets français en caractères romains et non en italique.

  • Toutes les citations étrangères, pour lesquelles il n’existe pas de traduction déjà publiée par ailleurs, doivent être traduites par l’auteur·e. Il doit alors être mentionné en fin de note de bas de page entre parenthèses (« Traduction de » suivi du prénom et du nom de l’auteur.e), puis (« Trad. de P. N. »).

  • Les traductions des textes déjà publiées par ailleurs doivent être référencées en note, avec mention de la pagination et la version originale de la citation. Ceci, afin d’éviter la multiplication des traductions publiées d’un même texte. Si l’auteur·e souhaite modifier une citation déjà publiée, il doit l’indiquer en fin de note infrapaginale entre parenthèses : (modifié par Prénom + Nom).

  • Les citations doivent être fidèles au texte original, jusqu’à la ponctuation.

  • Citations courtes (2 ou 3 lignes) : toujours les indiquer en les plaçant entre guillemets dans le corps du texte.

  • Citations plus longues : les placer comme un paragraphe distinct, interligne 1, en retrait de la marge de gauche, entre guillemets.

  • Les éléments coupés au sein d’une citation seront indiqués par le symbole [...].

  • Pour les citations, les appels de notes sont placés après le guillemet fermant et avant la ponctuation dans le cas où la citation se trouve dans le corps du texte (Je recommande de « placer ainsi l'appel de note lorsque la citation s’inscrit dans la continuité de mon texte »1.) ; avant le guillemet fermant et le point dans le cas d’une citation qui forme une phrase complète après un double point ou un paragraphe distinct de plus de trois lignes (J’affirme : « Il faut placer ainsi l'appel de note d'une citation autonome. »1)

Présentation de la bibliographie

  • Pour un livre : Prénom Nom, Titre de l’ouvrage (en italiques avec majuscule après l’article défini), ville : éditeur, année de parution.

Un·e seul·e auteur·e :

Erwin Panofsky, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident [1960], Trad. de l’anglais par Laure Verron, Paris : Flammarion, 1976. Trad. allemande de l’anglais par : Horst Günther, Die Renaissancen der europäischen Kunst, Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp, 1990.

Plusieurs auteur·e·s :

Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, Zurückgeben. Über die Restitution afrikanischer Kulturgüter, Berlin : Matthes & Seitz, 2019.

  • Pour un article ou un chapitre paru dans un ouvrage collectif : Prénom Nom, « Titre de l’article ou du chapitre » (entre guillemets), dans prénom et nom du ou des directeurs de la publication (dir.), Titre de l’ouvrage (en italiques), ville : éditeur, année de parution, pagination.

Ulrich Pfisterer, « Anti-Idea: Relative Schönheit in der älteren Kunsttheorie », in : Sabine Frommel et Ulrich Pfisterer (éd.). La forme idéale à la Renaissance / Forma ideale durante il Rinascimento, Rome : Campisano Editore, 2023, p. 243-257.

  • Pour un article de revue : Prénom Nom, Titre de l’article (entre guillemets), Titre du périodique (en italique), vol. , no., année de parution, pages de début et fin de l’article, ici « page de la citation ».

Susanne Leeb, « Weltkunstgeschichte und Universalismusbegriffe: 1900/2010 », kritische berichte. Zeitschrift für Kunst- und Kulturwissenschaften, vol. 40, no. 2, 2012, p. 13‑25, ici p. 16.

  • Pour un catalogue d’exposition : En général, on ne mentionne que le premier lieu de l’exposition, avec la date de l’année d’ouverture : Titre de l’exposition (en italique), cat. exp., ville, musée, ville : éditeur, date.

Pajou. Sculpteur du Roi, 1730-1809, cat. exp., Paris, Musée du Louvre, Paris : Réunion des musées nationaux, 1996.

  • Pour une référence d’ouvrage publié en ligne :

Gerhard Lutz, recension de Denis Verret et Delphine Steyaert (éditeurs), La couleur et la pierre. Polychromie des portails gothiques, Paris, 2002, Sehepunkte 4, Nr. 5, URL :http//www.sehepunkte.de/2004/05/4750.html [consulté le 29.01.2009].

  • Première référence à l’ouvrage :

Erwin Panofsky, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident [1960], Trad. de l’anglais par Laure Verron, Paris : Flammarion, 1976, p. 89. Trad. allemand de l’anglais par : Horst Günther, Die Renaissancen der europäischen Kunst, Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp, 1990, pagination dans l’édition française.

Irene Albers, « Wie Afrika zur Weltliteratur kam : Über Raymond Queneaus Histoire des littératures (1955-1958) und die Beiträge von Michel Leiris und Georges Balandier », dans Schamma Schahadat et Annette Werberger (éds.), Weltliteratur in der longue durée, Paderborn : Verlag Wilhelm Fink, 2021, p. 251-290.

  • Références suivantes de l’ouvrage :

  • Si elle suit immédiatement la première référence : Ibid., p. 102.

  • Si elle est séparée de la première référence par d’autres :

Erwin Panofsky, Die Renaissancen der europäischen Kunst, op. cit., p. 89.

Irene Albers, « Wie Afrika zur Weltliteratur kam », dans Schamma Schahadat et Annette Werberger (éds.), Weltliteratur in der longue durée, op. cit., p. 272.

Notes sur les illustrations

  • Les images doivent être disponibles avec une résolution de 300 dpi pour être reproductibles à la même taille que l’original.

  • Une résolution plus élevée entraîne une plus grande quantité de données, mais permet également d’agrandir l’image. Cela permet une plus grande souplesse dans la mise en page du magazine.

  • Chaque appareil photo numérique et chaque scanner permet de régler 300 dpi (généralement même beaucoup plus).

  • Le format TIF est meilleur que le JPG, si vous pouvez choisir la façon dont l’image est enregistrée.

  • Les images avec une bonne résolution atteignent rapidement plusieurs mégaoctets de données et il est alors préférable de les envoyer par WeTransfer plutôt qu’en pièce jointe à un e-mail.

  • Pour les images provenant de supports imprimés, un scan est toujours préférable à une photo (risques de distorsion), car l’original est à plat dans le scanner.

  • La découpe de l’image doit être généreuse, avec de la « chair » autour du motif souhaité. Ne recadrez donc pas l’image au seul motif qui sera publié. Cela permet aux graphiques d’utiliser le motif de la meilleure façon possible.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search