Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23VariaMatière et définition

Varia

Matière et définition

Entre Métaphysique, Z, 10-11 et H, 2
Ulysse Chaintreuil
p. 165-190

Résumés

La place qu’occupe la matière dans la définition de la substance sensible évolue au cours des livres Z et H de la Métaphysique : là où les chapitres 10 et 11 du livre Z affirment que la matière doit être exclue du definiens de la substance sensible, le chapitre 2 du livre H affirme, au contraire, qu’il se doit de l’inclure. Le présent article montrera que cette différence de doctrine est issue d’un approfondissement de la manière dont la priorité causale de la forme est exprimée dans la définition. Elle l’est d’abord, dans le livre Z, au moyen d’une réduction des termes du definiens aux seules « parties de la forme », réduction qui est d’emblée jugée superflue et insatisfaisante. Elle le sera ensuite, dans le livre H, par la position de prédicat de la matière qu’elle occupe et qui a précisément vocation à exprimer sa priorité. En ce sens, les deux ensembles de textes ne constituent pas une volte-face théorique de la part d’Aristote, mais l’approfondissement d’un seul et unique modèle de définition visant à exprimer la priorité de la forme.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs anciens :

Aristote
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2024.

Plan

1. Métaphysique, Z 10 et 11 : une définition excluant la matière
2. Métaphysique, H 2 : une définition incluant la matière
3. Les interprétations de la « volte-face » d’Aristote
4. La priorité de la forme, dénominateur commun des deux textes
5. La critique de Socrate le Jeune : une anticipation de Métaphysique, H 2
6. Conclusion

Aperçu du texte

Longtemps, le livre H de la Métaphysique a été considéré comme un simple appendice au livre Z, mais la littérature de ces dernières décennies a montré qu’il apporte un certain nombre d’éléments qui lui sont spécifiques et qui le distinguent de ce dernier. Deux éléments dégagés par cette littérature semblent prééminents pour établir la spécificité du livre H sur le livre Z : il s’agit a) de la requalification de la relation hylémorphique comme une relation entre une puissance matérielle et un acte formel et b) de la réévaluation du statut substantiel de la matière, qui devient « substance en puissance », alors qu’elle était exclue hors de la substantialité au livre Z, et en particulier au chapitre 3. Ainsi, certaines études ont, sur cette base, supposé une rupture théorique franche entre les doctrines des deux livres, allant jusqu’à nier leur continuité et à faire du livre H une enquête indépendante du reste de la Métaphysique. Sur ce point, la question de la place de la matière et d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ulysse Chaintreuil, « Matière et définition »Philosophie antique, 23 | 2023, 165-190.

Référence électronique

Ulysse Chaintreuil, « Matière et définition »Philosophie antique [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2024, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/7673 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.7673

Haut de page

Auteur

Ulysse Chaintreuil

Université Paris Nanterre, Institut de Recherches Philosophiques, UR 373

ulysse.chaintreuil@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search