Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Comptes rendusMauro Bonazzi, Il platonismo

Comptes rendus

Mauro Bonazzi, Il platonismo

Alexandra Michalewski
p. 218-221
Référence(s) :

Mauro Bonazzi, Il platonismo, Turin, Giulio Einaudi editore, 2015 (Piccola Biblioteca Einaudi, 56), 239p., ISBN : 978-88-06-21689-4.

Texte intégral

1Le terme platonisme est ambigu : il peut désigner soit le contenu de la philosophie de Platon, soit l’histoire de sa réception et de ses interprétations. C’est en suivant les méandres de cette seconde acception que Mauro Bonazzi (MB) propose une étude du platonisme dans un parcours allant de Speusippe jusqu’aux derniers diadoques de l’école d’Alexandrie. L’ouvrage, qui entre rapidement dans son objet, comporte quatre chapitres bien équilibrés : 1. « L’Académie antique » (p. 3-37) ; 2. « Platonisme et scepticisme ? L’Académie à l’époque hellénistique » (p. 38-72) ; 3. « Vers le système : le platonisme de la première époque impériale » (p. 73-109) ; 4. « Le triomphe du système : le néoplatonisme » (p. 110-160). Suivent deux appendices : (1) « Le platonisme et la politique » (p. 163-179) qui a pour but de contrebalancer la vision d’un platonisme uniquement contemplatif et de réévaluer non seulement le rôle que les différents scholarques jouèrent sur la scène publique, mais encore la teneur du message politique des platoniciens anciens ; (2) « Le platonisme et le christianisme » (p. 180-194) qui propose un aperçu très bien documenté de l’évolution des rapports entre christianisme et néoplatonisme de Porphyre jusqu’à saint Augustin ; une bibliographie complète et actualisée ; un index nominum.

2Sous l’apparente linéarité de l’exposition, l’ouvrage relève un défi de taille : ôter les lunettes dogmatiques qui font voir une essence pérenne du platonisme et déduisent par après ce qui n’en constitue que des dérives accidentelles. En d’autres termes, il s’agit de montrer qu’il n’y a pas d’option préférentielle sur ce que devrait être le platonisme. Dès la première page, l’auteur souligne que mettre la pensée de Platon en système est le fruit d’une reconstruction qui prend forme à l’époque impériale. Le platonisme ne peut se dire qu’au pluriel. Le livre de MB examine la façon dont, sur près d’un millénaire, les exégètes ont tenté de reconstruire ce qui était censé être la doctrine véritable de Platon en indiquant que le caractère protéiforme des figures qu’il a prises au cours des siècles découle de difficultés internes aux dialogues eux-mêmes. La lecture intégrative de MB fait surgir quelques paradoxes, comme celui consistant à défendre que, tout autant que le dogmatisme impérial, le scepticisme académicien est à inclure dans l’héritage platonicien.

3L’auteur procède méthodiquement en rappelant que dans l’Ancienne Académie ne régnait aucune orthodoxie, mais que s’y exprimait une pluralité de courants interprétatifs. Tous ont pour point de départ la philosophie de Platon qui non seulement a ouvert la voie à des directions multiples au sein de la tradition platonicienne, mais aussi a fait naître des philosophies dissidentes, l’aristotélisme, puis le stoïcisme. C’est à cette époque que sont posés pour la première fois des problèmes platoniciens qui occuperont le centre des débats jusque dans l’Antiquité tardive : la discussion sur la nature et la causalité des Formes, sur le caractère engendré ou non du monde à partir de l’exégèse du Timée. Accordant une place seulement secondaire aux mathématiques, MB consacre en revanche une étude attentive au traitement de l’éthique. Celle-ci, reléguée au second plan par les premiers scholarques, devient un objet central avec Polémon, disciple de Xénocrate, qui développe avec plus de rigueur les thèmes de son maître. MB indique comment sont avec lui posés les premiers jalons des débats hellénistiques – plus particulièrement stoïciens – sur le sens à donner à la formule « vivre en accord avec la nature ».

4Le second chapitre est consacré à l’étude de la phase dite sceptique de l’Académie, et suit les évolutions fines qui se font jour d’Arcésilas à Philon de Larissa, pour qui la suspension du jugement, loin d’être une attitude passive, constitue un assentiment actif à ce qui est vraisemblable, fondé sur la conviction qu’il est impossible de saisir la réalité dans son objectivité. De manière générale, ce qu’il est convenu d’appeler la Nouvelle Académie a été, depuis Antiochus et jusqu’à une époque récente, considéré comme une sorte de parenthèse déviante n’ayant que peu (ou même rien) à voir avec le platonisme. Contre cette tendance et contre la thèse de Görler qui situe les racines du doute académicien dans le pyrrhonisme, MB souligne que, loin de renvoyer à une supposée indétermination fondamentale du réel, l’epoche académicienne vise à souligner les limites de la connaissance humaine.

  • 1 M. Bonazzi, À la recherche des Idées : platonisme et philosophie hellénistique d’Antiochus à Plotin(...)

5L’époque impériale constitue un tournant : c’est à ce moment que le platonisme s’infléchit pleinement vers une théologisation, porté par la conviction qu’existent des réalités transcendantes, causes de l’organisation du monde et principes vers lesquels l’âme doit se tourner pour vivre bien. La reconnaissance des réalités intelligibles assure l’existence d’un critère de vérité qui permet de dépasser la position sceptique, mais aussi de justifier la distinction fondamentale entre doxa et episteme. C’est parce qu’il y a des Formes transcendantes qu’il est possible de tenir un discours vrai sur les choses et de construire une éthique. Or, comme le met très justement en lumière MB, annonçant un thème qui fait l’objet principal de son autre étude récente1, cette conception de la transcendance absolue du divin pose problème : les réalités intelligibles, qui sont divines, ne sont pas accessibles à la connaissance humaine en cette vie, en raison du brouillage opéré par l’incarnation. Dans la mesure où l’esprit humain ne peut connaître directement les réalités divines telles qu’en elles-mêmes, le platonisme de l’époque impériale aboutit paradoxalement à une sorte de scepticisme de la transcendance. Le second intérêt de ce chapitre est de montrer comment c’est à cette époque également que commence à se déployer ce qui n’était encore qu’en germe dans l’Ancienne Académie : une systématisation de la pensée platonicienne à partir d’une activité de commentarisme, centrée alors sur l’exégèse du Timée. Contre une certaine tentation liée à la catégorisation historiographique, qui pourrait faire croire qu’il existe de profondes différences entre ce qu’il est convenu d’appeler le « médio- » et le « néo- » platonisme, MB indique l’existence d’une trame continue entre l’époque impériale et le néoplatonisme, où se perpétue la vision unifiée et systématique de la pensée de Platon.

6Le dernier chapitre est consacré au néoplatonisme et à ses grandes figures : Ammonius, le maître de Plotin – qui le premier fait de la conciliation de Platon et d’Aristote la préoccupation centrale de son activité exégétique, donnant par là une direction essentielle au platonisme tardo-antique –, Porphyre, Jamblique, puis les diadoques de l’école d’Athènes et enfin ceux de l’école d’Alexandrie. MB met en avant deux points principaux. (1) Le néoplatonisme poursuit et achève ce qu’avait commencé le platonisme impérial : le traitement de problèmes théologiques dans un contexte scolastique. (2) Il serait caricatural d’opposer le médioplatonisme, caractérisé par la pluralité de ses représentants, et le néoplatonisme, qui serait une sorte de bloc doctrinal monolithique. Dans la suite des travaux inaugurés par le P. Saffrey, MB souligne que le néoplatonisme après Plotin a pris différentes inflexions.

7Concernant Plotin, qui est le premier platonicien à avoir une confrontation serrée et polémique avec les écrits d’Aristote, l’auteur rappelle comment sa nouvelle organisation de la théorie principielle, qui s’inspire des hypothèses de la seconde partie du Parménide, a définitivement donné une nouvelle orientation au platonisme. On pourrait peut-être regretter que l’auteur ne précise pas davantage le caractère d’exception du style exégétique plotinien, tout comme les différentes formes qu’a prises le commentaire depuis le début de l’époque impériale jusqu’à la fin du néoplatonisme. Les traités de Plotin, qui manifestent la manière zététique dont les questions étaient abordées dans ses cours, n’ont pas la forme du Spezialkommentar médioplatonicien. Ils n’ont pas non plus la forme du commentaire lemmatique que les néoplatoniciens ultérieurs utiliseront, en s’inspirant de la méthode d’Alexandre d’Aphrodise. Si Porphyre est bien, comme le rappelle MB, celui qui s’est chargé d’intégrer le commentaire d’Aristote dans le cursus platonicien comme propédeutique à Platon, les pages consacrées à Jamblique montrent comment celui-ci peut être considéré comme une sorte de « second fondateur du néoplatonisme » (p. 118), pour reprendre une expression de K. Praechter. Le néoplatonisme tardif lui doit en effet deux apports fondamentaux : le premier, scolastique, concerne la fixation du canon de lecture des dialogues platoniciens ; le second, philosophique, concerne la place faite au pythagorisme, dont l’influence, déjà très importante à l’époque impériale et chez Porphyre, devient avec Jamblique la colonne vertébrale du platonisme. Ce que souligne MB, c’est que l’élément de nouveauté n’est pas l’intégration du pythagorisme ni même des traditions et religions antérieures qu’il subordonne à la pensée de Platon, mais l’usage qui en est fait : le projet n’est plus seulement de construire une philosophie grecque unifiée, mais de bâtir un rempart contre le christianisme. L’appendice consacré aux relations entre platonisme et christianisme approfondit l’étude de ce contexte religieux qui modifia profondément, à partir du iiie siècle, les paramètres de l’exégèse platonicienne.

8Si MB consacre des analyses très détaillées à la complexité de l’architecture néoplatonicienne des principes et à la question délicate de l’âme non descendue dans son lien avec l’éthique et la cosmologie au sein du néoplatonisme athénien héritier de Jamblique, il n’aborde pas explicitement un autre aspect pourtant décisif de l’exégèse néoplatonicienne tardive, à savoir l’intégration du modèle mathématique euclidien. La dernière partie du chapitre prend position dans le débat qui oppose Ilsetraut Hadot à Karl Praechter à propos des différences entre l’école d’Athènes et celle d’Alexandrie. MB suggère une voie moyenne : avec la première, il rappelle l’existence d’une continuité de méthode d’enseignement entre les deux écoles, mais avec le second, il insiste sur la différence des centres d’intérêt, l’école d’Alexandrie étant plus sensible aux questions logiques et physiques et moins centrée sur l’anti-christianisme. La remarque concernant l’accent donné aux problèmes logico-physiques appelle néanmoins peut-être quelques nuances dans la mesure où une partie du corpus des commentaires alexandrins a été perdue.

9Avec la limpidité d’une expression toujours claire et d’une érudition maîtrisée, l’ouvrage synthétique de MB dresse une remarquable cartographie du platonisme antique qui a le mérite de montrer comment se déploient des lignes de force, de continuité, ponctuées de bifurcations et de changements d’orientation. Cet essai, qui intègre le scepticisme académicien de plein droit dans l’héritage platonicien et qui souligne les passerelles entre l’époque impériale et le néoplatonisme, fait bouger les lignes d’opposition traditionnelles des commentateurs.

Haut de page

Notes

1 M. Bonazzi, À la recherche des Idées : platonisme et philosophie hellénistique d’Antiochus à Plotin, Paris, 2015. Voir infra le compte rendu p. 228-230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Michalewski, « Mauro Bonazzi, Il platonismo »Philosophie antique, 16 | 2016, 218-221.

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « Mauro Bonazzi, Il platonismo »Philosophie antique [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 23 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/696 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.696

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

CNRS, Centre Léon Robin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search