Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Comptes rendusAlexandru Pelin, Modalités et str...

Comptes rendus

Alexandru Pelin, Modalités et structures causales dans la philosophie des principes de Damascius

Baden-Baden, Academia, 2021 (Symbolon), 305 p., ISBN : 978-3-89665-905-7
Raphaël Van Daele
Référence(s) :

Alexandru Pelin, Modalités et structures causales dans la philosophie des principes de Damascius, Baden-Baden, Academia, 2021 (Symbolon), 305 p., ISBN : 978-3-89665-905-7

Texte intégral

1Le présent livre est audacieux et marque, à n’en pas douter, une avancée pour les recherches sur la pensée de Damascius. Tiré de la thèse de doctorat de l’auteur, le livre interroge le concept de causalité comme procession dans le Traité des premiers principes (De principiis) de Damascius. Pelin entend se distancier de ce qu’il estime être une tendance dominante des études damascéennes (p. 32-33) : plutôt que de lire le De principiis dans une perspective épistémologique et d’y voir une enquête sur la nature de la pensée ainsi que sur la manière dont nous pensons les principes, Pelin adopte un point de vue qu’il qualifie de métaphysique (p. 32) et soutient que Damascius n’interroge pas en priorité notre pensée des principes, mais plutôt leur réalité (p. 49). Ce faisant, Pelin développe une lecture du De principiis que nous qualifierions de réaliste : il considère les relations entre les trois principes que sont chez Damascius l’un-tout (ἕν πάντα), le tout-un (πάντα ἕν) et l’un-être (ἕν ὄν) comme des relations réelles entre des entités qui, quoique se référant à l’un comme à un même « substrat », comme le dit Pelin, n’en sont pas moins trois modalisations distinctes du principe. Cette approche contraste avec celle de nombre d’études. Pelin ne s’appesantit ni sur l’aporétique radicale du début du traité, ni sur les méditations de Damascius quant à l’ineffable. Il s’intéresse plutôt à la doctrine des principes et aux articulations que Damascius esquisse entre eux. C’est donc une étude d’envergure de zones jusqu’ici peu étudiées du De principiis que propose Pelin.

2Le livre compte trois chapitres, divisés en nombre de sections et de sous-sections. Le cadre d’analyse et la méthode de l’étude sont définis dans l’Introduction. À ce sujet, la méthode de Pelin a de quoi surprendre : afin d’en souligner la cohérence et d’en aplanir les difficultés, il s’emploie à « faire sortir la philosophie de Damascius de sa propre terminologie » (p. 35) ; il entend « unifier » la pensée de Damascius « selon une terminologie précise et concise » (ibid.) empruntée au calcul des fonctions. Cette approche donne des résultats intéressants. Elle peut néanmoins être discutée. Dès lors que la force et l’originalité de la pensée de Damascius proviennent en partie de sa terminologie soigneusement élaborée et de la subtilité avec laquelle sont interrogés et infléchis les concepts de la métaphysique néoplatonicienne, on pourrait se demander si le fait d’extraire cette philosophie de son vocabulaire ne contribue pas à séparer plus qu’il ne convient la doctrine de l’effort par lequel elle s’élabore (nous verrons que cette question peut se poser aussi à propos du principe de lecture adopté par Pelin). En outre, cette méthode produit une impression d’étrangeté, laquelle est renforcée du fait que les analyses sont rarement appuyées par des citations verbatim des textes de Damascius. La voix de l’auteur paraît ainsi souvent prendre le pas sur celle du diadoque.

3Cela étant, il faut souligner la richesse de l’étude. Dans l’ensemble, celle-ci examine la manière dont Damascius pense la relation du principe à ses effets et le passage de l’un en tant que tout principiel au tout comme multiple et effet de l’un. Plutôt qu’en l’ineffable, c’est en l’un que Pelin voit le véritable premier principe de la métaphysique de Damascius. Ce principe est interprété comme une fonction, définie simultanément par une opération et par un domaine d’application. Comme tel, l’un intègre le tout et la distinction respectivement comme son domaine et comme son opération. Pelin interprète donc les différentes modalités du tout comme des manifestations du résultat du calcul de la fonction de l’un. Les principes que sont le tout-un et l’un-être sont vus comme étant chaque fois la réalisation d’une relation à l’un et la manifestation d’un mode toujours plus réalisé de la multiplicité. En se réalisant dans leur coordination à l’un, ils constituent leur fonction propre : le tout-un se fait « mécanisme en soi » (p. 176) de la procession, l’un-être fonction causale pleinement définie (p. 82 et 234). C’est donc une interprétation d’ensemble de la métaphysique damascéenne des principes que donne à lire cet ouvrage.

4Les analyses de Pelin quant à l’un-être, en particulier celles du Chapitre III, sont remarquables. Relativement peu d’études se sont intéressées au statut particulier de ce principe, que Damascius nomme aussi l’unifié (τὸ ἡνωμένον) et qu’il situe tant au troisième rang de la triade des principes hénologiques qu’au sommet de l’être. Pelin montre que l’unifié prend place au « carrefour de l’être et des principes absolus de l’être » (p. 274) et qu’il est le lieu où s’opère le passage du tout comme un au tout composé d’un et d’être. Pelin prolonge ainsi l’interprétation de J. Combès, qui décrivait l’unifié comme « l’instauration même de l’être » (« Hyparxis et hypostasis chez Damascius », dans Études néoplatoniciennes, Grenoble, Millon, 1996, p. 341) et faisait de ce principe le lieu d’émergence de la causalité ontologique. Si l’on pourrait regretter que certains points ne soient pas traités plus en détails (c’est par exemple le cas du caractère autoconstituant de l’unifié qui est souvent affirmé sans être suffisamment explicité à partir des textes de Damascius), il demeure que Pelin propose de l’unifié une étude aboutie et sans précédent dans la littérature secondaire.

5L’audace et la justesse des analyses sont toutefois ternies du fait que le livre est émaillé d’un nombre considérable de coquilles, tant typographiques que grammaticales et syntaxiques. Il ne s’agit pas toujours d’erreurs mineures. Par exemple, certaines notes de bas de page ressemblent à des notes de travail dont le développement ou la suppression aurait été omis (voir n. 389 et n. 399). Ailleurs, c’est un mot qui paraît s’être substitué à un autre, rendant malaisée la compréhension du propos (voir p. 258-259, où l’auteur discute le statut des propriétés chez Proclus et note ensuite que « toutefois nous observons l’inverse chez Proclus »). En outre, le lecteur pourrait déplorer que certaines idées soient souvent répétées sans être vraiment démontrées. Il est en effet difficile de se laisser convaincre par la seule répétition périodique d’une intuition qui, malgré sa pertinence, manque chaque fois de démonstration et d’explicitation.

6Il faut encore souligner que, si l’étude aborde de nombreuses questions qui opposèrent Damascius à ses devanciers (voir surtout les sections 2.1. à 2.3.), ce versant historique ne convainc pas toujours. En effet, la contextualisation et le commentaire des textes sont parfois superficiels. Par exemple, quant à l’In Parmenidem attribué à Porphyre par P. Hadot, à peu près rien n’est dit de la distinction entre l’être et l’étant. N’est-ce pas dès lors aller trop vite que d’estimer que ce texte place l’un, l’être et l’intelligible « sur un même niveau de réalité » (p. 122) ? De plus, la méthode manque parfois de prudence. On pourrait notamment regretter que l’usage des fragments de Jamblique ne soit que sommairement réfléchi (p. 120), ce qui rend peu probant certains rapprochements suggérés entre Jamblique et Damascius, puisque la plupart des fragments mobilisés sont transmis par Damascius lui-même.

7En guise de conclusion, nous voudrions indiquer une tension qui émerge de l’approche réaliste du De principiis que défend Pelin. S’il a raison d’insister sur le versant métaphysique du traité, Pelin ne crée-t-il pas cependant un déséquilibre inversement proportionnel à celui qu’il critique ? En effet, en affirmant que Damascius s’intéresse avant tout à la réalité des principes et qu’il ne questionne qu’ensuite les conditions de la pensée et du discours à leur sujet, Pelin ne semble pas prendre suffisamment la mesure de l’aporétisme du De principiis. Aussi, dès lors que le texte tel qu’il nous est parvenu s’ouvre en interrogeant « ce que l’on appelle (λεγομένη) le principe unique du tout », il paraît difficile d’affirmer qu’« au début de son traité, la préoccupation de Damascius n’est pas notre notion du principe absolu » (p. 49). Pelin ne semble d’ailleurs pas tenir compte de cette phrase, ses analyses commençant avec la dernière phrase de l’aporie initiale (De princ. I, 2.19-20). Si l’on ne peut certes pas réduire la métaphysique de Damascius à son aporétique de la notion de principe absolu, il n’est pas davantage certain que la réalité du premier principe soit « préalablement définie par Damascius » et que c’est donc « par suite » que sa démarche justifie « un éventuel apophatisme » et « une éventuelle méthode aporétique » (p. 50). À cela, on pourrait objecter que, s’il y a dans le De principiis une définition de ce qu’est le principe, c’est précisément le but du cheminement métaphysique et critique de cette œuvre que d’élaborer, d’évaluer et d’éprouver cette définition. Aussi ne faudrait-il pas plutôt considérer que la quête des principes se déploie chez Damascius simultanément et de manière équilibrée comme une critique de l’intelligence métaphysicienne à l’œuvre ? Certes, Pelin admet la complémentarité de la métaphysique et de la philosophie de la connaissance chez Damascius (ibid.) et indique parfois la portée épistémologique des thèses du diadoque (par exemple p. 164 et p. 177). Toutefois, il subordonne toujours le versant critique au versant métaphysique et distingue ceux-ci d’une manière qui ne paraît pas partout convenir à la spécificité de la pensée de Damascius. Aussi, en mettant l’accent sur la nature des principes et sur les relations qui existent entre eux, tout en faisant passer au second plan l’ancrage aporétique et l’ardeur critique qui en irrigue toute l’élaboration, ne risque-t-on pas d’appréhender la doctrine de Damascius sans saisir l’effort par lequel elle se constitue ?

8Cela étant, ce livre marque une avancée significative pour la recherche sur Damascius et apporte une contribution notable à l’étude de l’une des pensées les plus ardues que nous ait léguée l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Van Daele, « Alexandru Pelin, Modalités et structures causales dans la philosophie des principes de Damascius
 »
Philosophie antique [En ligne], 22 | 2022, mis en ligne le 08 septembre 2021, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/5004 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.5004

Haut de page

Auteur

Raphaël Van Daele

Centre de Recherche en Philosophie (PHI), Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search