Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Comptes rendusBrigitte Pérez-Jean et Frédéric F...

Comptes rendus

Brigitte Pérez-Jean et Frédéric Fauquier (éd.), Maxime de Tyr, Choix de conférences. Religion et philosophie

Andrei Timotin
p. 286-287
Référence(s) :

Maxime de Tyr, Choix de conférences. Religion et philosophie, introduction, traduction et notes par Brigitte Pérez-Jean et Frédéric Fauquier, Paris, Les Belles Lettres, 2014 (La Roue à livres), 162 p. ISBN 978-2-251-33974-0

Texte intégral

1La nécessité d’une traduction française nouvelle des écrits de Maxime de Tyr se faisait depuis longtemps ressentir. Plus de deux siècles se sont en effet écoulés depuis la traduction de Jean-Isaac Combes-Dounous (1758-1820) (2 tomes, Paris, 1802), magistrat et helléniste qui avait publié aussi un Essai historique sur Platon, et coup d’œil rapide sur l’histoire du platonisme depuis Platon jusqu’à nous (2 tomes, Paris, 1809), ouvrage aujourd’hui oublié mais qui avait fait parler de lui en son temps. Cette traduction avait remplacé à son tour celle que le père Nicolas Guillebert avait fait publier à Rouen en 1617. Depuis la traduction de Combes-Dou­nous, l’intérêt en France pour l’œuvre de Maxime de Tyr, sans être considérable, ne fut pourtant pas inexistant. En témoignent le travail méritoire de Guy Soury (Études sur la philosophie religieuse de Maxime de Tyr, Paris, 1942) et la thèse inédite de Jacques Puiggali (Études sur les Dialexeis de Maxime de Tyr, conférencier platonicien du iie siècle, Lille, 1983). Cependant, une traduction nouvelle de son œuvre manquait et, en attendant que ce desideratum soit complètement comblé un jour, Brigitte Pérez-Jean, spécialiste du scepticisme antique, et son collaborateur Frédéric Fauquier ont assumé la tâche de traduire et d’annoter un choix représentatif des conférences de Maxime.

2La traduction est précédée par une introduction (p. 13-28) qui fait le point sur ce que l’on sait de la vie et de l’œuvre du philosophe de Tyr. Sa biographie est quasiment inconnue et des maigres informations qu’on en possède, on retient une seule date fiable, sa visite à Rome sous Commode entre mai 180 et décembre 192. Son identification avec Cassius Maximus auquel Artémidore de Daldis, auteur des Oneirocritica, dédie une partie de son ouvrage, est possible, voire probable, mais loin d’être certaine. L’œuvre de Maxime réunit quarante-et-une dialexeis ou conférences transmises par une trentaine de manuscrits dont l’archétype est Parisin. gr. 1962, copié à Constantinople à la fin du ixe siècle, manuscrit sur lequel se fondent les trois éditions modernes de l’œuvre de Maxime : H. Hobein (Leipzig, 1910), M. Trapp (Leipzig, 1994) et G. L. Koniaris (Berlin-New York, 1995). On trouve également dans l’introduction des considérations sur l’ordre des conférences dans la tradition manuscrite et dans les trois éditions et des exposés brefs mais clairs sur la relation de Maxime avec la « seconde sophistique », sur sa paideia et sur son platonisme – un platonisme qui n’exclut pas l’appel fréquent à d’autres philosophes – et sur la place d’Homère dans les dialexeis. Plus nombreuses que celles à Platon, les références à Homère rendent manifeste la préoccupation de l’auteur de concilier la poésie et la philosophie à travers une allégorisation théologique des poèmes homériques qui témoigne du processus de sacralisation d’Homère en plein essor au iie siècle.

3Cet aspect ressort particulièrement bien des dialexeis choisies par les traducteurs. Les neuf conférences traduites traitent des thèmes qui relèvent de la philosophie et de la religion tant sur l’aspect pratique (rites et croyances) que sur l’aspect théologique (comment penser dieu et le mal) : 1 (Que le discours philosophique s’adaptera à tout sujet), 2 (Faut-il établir des effigies pour les dieux), 4 (Qui a eu la meilleure compréhension au sujet des dieux, les poètes ou les philosophes), 5 (S’il faut prier), 8 (Qu’est-ce que l’être démonique de Socrate), 9 (Encore au sujet de l’être démonique de Socrate), 11 (Qu’est-ce que le dieu selon Platon), 38 (Si l’on devient bon par dispensation divine), 41 (Si le dieu produit les biens, d’où viennent les maux). Le texte suivi est, sauf quelques exceptions ponctuelles, celui établi par Michael Trapp. Les notes ne sont pas copieuses, se limitant, en général, à l’identification des sources classiques et à des questions d’ordre philologique. Pour de plus amples informations, le lecteur intéressé pourra se servir de l’apparatum fontium de l’édition Trapp et des notes de sa traduction anglaise (Oxford, 1997). Les notes sont suivies d’une bibliographie qui réunit les principales éditions et traductions de l’œuvre de Maxime, ainsi que la littérature secondaire utilisée.

4La traduction est, en général, élégante et précise. On pourra peut-être, par endroits, opter pour une traduction différente. Par exemple, la formule ἐπίδειξις τῆς ἀρετῆς, qui sert à qualifier la prière du philosophe (5, 8), désigne plutôt une « preuve » qu’une « démonstration de vertu ». Dans la IXe dialexis, c’est plutôt en « éprouvant de la compassion » (οἱκτείρουσα), qu’en « gémissant » que l’âme devenue daimon après la mort prend soin de ses parentes qui « résident sur terre » (περὶ γῆν στρέφονται) (9, 6) ; la traduction « tournées du côté de la terre » peut prêter à des confusions.

5Brigitte Pérez-Jean et Frédéric Fauquier sont parvenus à ramener à l’attention des hellénistes francophones l’œuvre de Maxime de Tyr et à l’ouvrir également au grand public par l’intermédiaire d’une sélection dont on soulignera l’intérêt pour les recherches sur la philosophie et la religion grecques antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrei Timotin, « Brigitte Pérez-Jean et Frédéric Fauquier (éd.), Maxime de Tyr, Choix de conférences. Religion et philosophie »Philosophie antique, 15 | 2015, 286-287.

Référence électronique

Andrei Timotin, « Brigitte Pérez-Jean et Frédéric Fauquier (éd.), Maxime de Tyr, Choix de conférences. Religion et philosophie »Philosophie antique [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/475 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.475

Haut de page

Auteur

Andrei Timotin

IESEE – Académie Roumaine, Bucarest

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search