Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9NéoplatonismeÀ propos du choix d’une variante ...

Néoplatonisme

À propos du choix d’une variante chez Plotin

Ennéades, V, 3 [49], 7, 31
Pierre Thillet
p. 71-79

Entrées d’index

Mots-clés :

édition critique

Auteurs anciens :

Plotin
Haut de page

Texte intégral

1Les éditeurs de textes grecs n’ont pas toujours raison de respecter à la lettre la formule recentiores deteriores. Ce n’est pas le lieu de rassembler des exemples où, d’évidence, la leçon d’un recentior, ainsi tel manuscrit du xve siècle, est préférable à celle qu’offrent des témoins plus anciens.

  • 1  Ἀπηρτημένας, traduit par « abgelöste », devient, dans la note (Harder, Beutler & Theiler 1960, Vb, (...)
  • 2  R. Harder donne cependant une note (Harder, Beutler & Theiler 1960, Vb, p. 378).

2Un passage de Plotin permet d’illustrer cette remarque. Il ne s’agit pas, certes, d’une proposition nouvelle : le choix d’une leçon empruntée à un recentior a déjà été fait par un savant lecteur des Ennéades1. Il manque cependant, à ce choix, une justification2 que la présente note, je l’espère, cherche à donner.

3Dans un passage d’apparence assez peu difficile d’Ennéade V, 3 [49], 7, 31, un participe fait problème. Les anciens éditeurs s’en sont accom­modés, encore que le sens puisse paraître peu satisfaisant. La phrase est la suivante :

Κατὰ θάτερα μὲν γὰρ ὡμοίωται ὅθεν ἥκει, κατὰ θάτερα δὲ καίτοι ἀνομοιωθεῖσα ὅμως ὡμοίωται καὶ ἐνταῦθα, εἴτε πράττοι, εἴτε ποιοῖ· καὶ γὰρ καὶ πράττουσα ὅμως θεωρεῖ καὶ ποιοῦσα εἴδη ποιεῖ, οἷον νοήσεις ἀπηρτισμένας, ὥστε πάντα εἶναι ἴχνη νοήσεως καὶ νοῦ κατὰ τὸ ἀρχέτυπον προϊόντων καὶ μιμουμένων τῶν μὲν ἐγγὺς μᾶλλον, τῶν δὲ ἐσχάτων ἀμυδρὰν ἀποσῳζόντων εἰκόνα.

  • 3  Bréhier 1931, ad loc.
  • 4  Armstrong 1984, ad loc.

4Bréhier traduit : « en produisant, elle (scil. l’intelligence) produit des formes, qui sont comme des pensées bien ajustées »3. Cette traduction paraît satisfaisante. Le verbe ποιεῖν, trois fois employé dans le contexte, rend cohérente l’idée d’un achèvement parfait exprimée par le verbe ἀπηρτισμένας. Et la validité de cette lecture est confirmée par le choix qu’en a fait A.H. Armstrong, qui traduit « and in its production it produces forms, which are like intellections carried out in practice »4. Or Armstrong con­naît le manuscrit recentior qu’ignorait Bréhier, et qui offre une autre leçon. Il est vrai que les éditeurs de Plotin, P. Henry et H.R. Schwyzer ont con­servé la leçon de la majorité des manuscrits des Ennéades, ἀπηρτισμένας.

  • 5  Ham 2000, « détachées », n. 81, p. 65, et commentaire, p. 161-162, traduit par « pensées détachées (...)
  • 6  Pour garder la traduction de Bréhier.

5Si Plotin se plaît ainsi à souligner que les « pensées »5, peut-être mieux les « intellections » (pour conserver dans la traduction quelque chose du rapport de ces « pensées » avec le νοῦς6), sont bien agencées, ce pourrait être dans l’intention d’en souligner la perfection. Mais qui pourrait pen­ser que ce qui vient du νοῦς puisse présenter quelque imperfection ?

  • 7  Auquel cas on traduirait par « non séparées », en conservant le sens donné au participe.
  • 8  Voir supra note 5.
  • 9  C’est la traduction française habituelle du mot νόησις, dans le fameux passage du livre Λ de la (...)
  • 10  Auquel cas on traduirait par « non séparées », en conservant le sens donné au participe.

6Cependant le cod. J – dont les particularités, signalées par le P. Henry, suscitent parfois la suspicion – offre une leçon qu’il est le seul de sa famille à présenter, avec un verbe à sens ambigu : ἀπηρτημένας. Richard Harder a choisi cette leçon7. C’est aussi la leçon qu’adopte Bertrand Ham en lui donnant un sens qu’il justifie longuement dans son commentaire8. Selon ce dernier, les idées produites par l’âme sont « séparées » de l’intel­ligence. N’y a-t-il pas de quoi s’étonner ? Il semblerait que les pensées9 doivent rester, en quelque façon, liées à l’intelligence. C’est du moins ce qu’on attendrait d’une doctrine où tout émane du principe unique. Suf­firait-il donc d’ajouter une négation devant le participe que l’on traduit par « séparées »10 ? Mais il convient de ne pas se laisser aller à la première impression.

  • 11  Écrit attribué à Farabi dans quelques manuscrits. Il provient d’une traduction-adaptation arabe de (...)

7Ce passage des Ennéades a été lu, et non pas « traduit », en arabe par l’auteur de l’Épître sur la science divine11. Malheureusement l’adaptation est en cet endroit si éloignée du texte grec qu’il n’est pas possible de savoir quels mots l’auteur de l’Épître avait sous les yeux.

  • 12  La traduction de νόησεις par ce mot, qui a l’inconvénient de ne pas suggérer sa relation avec l’In (...)
  • 13  Voir supra note 4. Le texte grec reproduit, presque exactement, celui de l’editio major de Henry e (...)

8Une question s’impose : le choix de la leçon ἀπηρτημένας, donnée par le seul ms. J, est-il justifié ? Bréhier, qui ne connaissait pas le ms. J, a édité ἀπηρτισμένας et traduit par « bien ajustées », s’agissant des νόησεις, auxquelles il donne le sens de « pensées »12. Armstrong ne men­tionne pas la leçon variante de J, qu’il connaît, et il adopte, pour νόησεις, le sens de « intellections »13. Mais si l’on fait choix de la leçon offerte par le ms. J, le sens à donner au verbe ἀπαρτᾶσθαι devient problématique. On peut comprendre en effet « être séparé », mais aussi « être suspendu » ou même « être rattaché » (auquel cas, faut-il penser, le verbe ne serait pas employé au sens absolu, mais demanderait une préposition).

9On voit combien le choix, proposé par Theiler, de la leçon offerte par le seul manuscrit J est loin d’apparaître comme une alternative satis­faisante à la leçon que présentent tous les autres manuscrits. L’apparat critique des éditions de Henry et Schwyzer, où figure la leçon variante du ms. J, marque bien le caractère solitaire de sa lecture en cet endroit : « 7, 32, ἀπηρτισμένας codd. (sauf J) : ἀπηρτημένας J. »

  • 14  Voir Henry 1948, p. 135-148. Du ms. J (Parisinus gr. 2082), P. Henry disait qu’il « est sans doute (...)
  • 15  S’agirait-il de suivre Aristote contre Platon ? Le Stagirite, en effet, condamne la « séparation » (...)
  • 16  Porphyre, dans les Sentences, ignore ἀπαρτίζειν et emploie deux fois ἀπαρτᾶν (40, 11 ; 43, 39).
  • 17  Il s’agit en ce passage de montrer l’exact ajustement de la forme à la matière.

10Unique témoin de cette leçon, le manuscrit J présente aussi le défaut d’être un recentior. Malgré la singularité de J, Parisinus gr. 2082, qui date du xve siècle, et dont les variantes seraient souvent, selon Paul Henry, des conjectures du copiste14, on serait d’abord tenté de choisir sa leçon, comme l’a fait Theiler, mais en la faisant précéder de la négation οὐκ. Les « formes » produites par l’activité de l’âme intellective, sont peut-être des « pensées bien ajustées » (Bréhier), selon la leçon de la majorité des manuscrits, qui nous place dans une perspective, non pas sans doute cré­ationniste, mais du moins démiurgique – pourquoi pas ? le verbe ποιεῖν est utilisé deux fois dans la même ligne15 – mais il est bien plus probable qu’elles sont « non séparées ». Plotin, en conformité avec sa doctrine, ne peut qu’insister sur la continuité de l’intelligible avec ce qui est au des­sous de lui, et qui provient de lui. Il récuse la « séparation » radicale entre le bas et le haut principiel16. Le chapitre 8 qui suit contribue à renforcer cette interprétation. L’âme « produit », mais ce qu’elle produit n’est en fait qu’une « image », une « trace » de l’intelligence en elle. Le ποιεῖν de Plotin n’est pas « création ». On ne saurait se représenter le producteur comme l’artisan qui, une fois son travail mené à bien, se sépare de son œuvre dont l’existence est dès lors tout à fait indépendante. La présence du verbe ἀπαρτίζειν en VI, 3 [44], 4, 32, ne saurait contraindre à choisir ici la leçon des manuscrits autres que J17.

  • 18  Il est à noter qu’en ce lieu Plotin évoque la réalisation des substances par les qualités. L’impli (...)
  • 19  Hypothèse aventurée. Les copistes, semble-t-il, étaient le plus souvent spécialisés, les uns copia (...)

11Dans cette perspective, il convient de s’interroger sur la présence du participe ἀπηρτισμένας, qui se serait substitué par erreur à la leçon ἀπηρτημένας conservée par le ms. J. Plotin n’ignore pas le verbe ἀπαρτίζειν, et il emploie même le participe ἀπηρτισμένην en VI, 3 [44], 8, 2318. Il est notoire que ce même participe est très abondant chez des au­teurs chrétiens, comme saint Jean Chrysostome, et dans les chaînes exé­gétiques. On pourrait voir ici le principe d’une faute : familier avec la gra­phie ἀπηρτισμένας, un copiste19 aurait pu la substituer à ce qu’il aurait dû copier, à savoir ἀπηρτημένας. Le mot pouvait par ailleurs être mal lisible sur le modèle.

  • 20  Voir la Consolation à Apollonios, 105 E, § 8, dans Defradas, Hani et Klaerr 1985, p. 50.

12Il convient de revenir sur cette difficulté. En effet, une conjecture permettrait de sauver une lecture controversée, en ajoutant une négation. On lirait <οὐκ> ἀπηρτισμένας, si l’on veut donner au verbe ἀπαρτίζειν le sens de « séparer », qui semble avoir été son sens le plus fréquent. Mais il convient de remarquer que ce verbe a aussi un autre sens, qui est même opposé, « suspendre », « s’attacher à ». L’évidence saute aux yeux du lecteur de la Consolation à Apollonios, de Plutarque (Moralia, 105 E), où ἀπηρτημένος a le sens de « en connexion avec ». Mais le passage est douteux et les derniers éditeurs, à la suite de Herten, corrigent le texte20.

13Or il semble possible de savoir en quel sens Plotin emploie le verbe ἀπαρτᾶν. Et de façon plus heureuse, on constate que Plotin, en dehors de ce passage controversé, offre trois autres emplois du participe ἀπηρτημένος, avec, chaque fois, le sens de « séparer ». On trouve ces exem­ples en IV, 3 [27], 12, 20 ; VI, 6 [34], 1, 17 ; VI, 8 [39], 18, 25. Il est à remarquer cependant que, chronologiquement, ces traités sont assez éloignés de notre traité [49].

14En IV, 3 [27], 12, 20, la négation accompagne immédiatement le participe. Plotin évoque le statut des âmes individuelles, qui ne sont pas détachées du tout. Bréhier traduit : « elles n’agissent pas isolément » ; Beutler : « nicht von ihm abgetrennt sind » ; Armstrong : « they are not cut off from ». L’accord des traducteurs permet déjà de fixer le sens que le verbe a pour Plotin.

15Dans le Traité sur les nombres, VI, 6 [34], 1, 17, où le participe ἀπηρτημένον est employé sans négation, l’équipe dirigée par Jean Pépin traduit : « si l’objet est divisé ». Bréhier avait déjà traduit par « se divise » ; Armstrong : « by separation » ; Beutler : « auseinandergerissen ».

16Enfin, en VI, 8 [39], 18, 25, Sur la liberté et la volonté de l’Un, dans une comparaison célèbre, où l’un est comme le centre, et ce qui en vient comme les rayons d’un cercle, les rayons ne se détachent nullement du centre (οὐ πάντη ἀπηρτημένα αὑτοῦ), Bréhier traduit : « ils ne se sépa­rent pas de lui » ; Armstrong : « not at all cut off from it » ; Beutler : « nicht von ihm getrennt sind ».

17Il reste toutefois que le sens du verbe est ambigu. Si nous examinons les emplois du participe avant Plotin (Platon n’en donne aucun exemple) nous remarquons que chez Aristote le participe ἀπηρτημένος est loin de signifier toujours la « séparation ». Il a même, assez souvent, le sens de « suspendu », « attaché ». Dans le traité Du ciel, II 8, 290b5, ἀπηρτημένον est traduit par Paul Moraux « appendices », et par Tricot « membre attaché ». Si, en Parties des animaux, I, 11, 657a13, Pierre Louis traduit par « détaché », et en IV, 13, 695b17 par « distincts », en revanche, en IV, 2, 676b17, il traduit par « en rapport avec » (construit, il est vrai, avec ἐπί), et en IV, 12, 693a26, « attaché ».

  • 21  Eusèbe de Césarée, Praep. ev. VI, 6, 22, 6 (Des Places 1980, p. 139).

18Ce sens de « attaché » paraît bien confirmé dans un texte plus tardif. Eusèbe de Césarée, en effet, l’emploie dans sa Préparation évangélique, en un lieu où le P. des Places a traduit par « dépendant de »21.

  • 22  Aristote, GA I, 2, 716b29-30 ; I, 13, 720a24 ; HA III, 1, 509b14-15, « pendants » traduisent Louis (...)
  • 23  Aristote, HA II, 45, 506b19.
  • 24  Id. II, 17, 508a33. Décrivant l’anatomie du serpent, Aristote dit de son poumon qu’il est « largem (...)
  • 25  C’est par ce mot que P. Louis traduit ἀπηρτημένος (HA VI, 22, 576b19 ; « déta­chée » Tricot 1957, (...)
  • 26  PA III, 11, 657a13. Dans ce même traité, en IV, 2, 676b17, ἀπηρτημένην est traduit par P. Louis 19 (...)
  • 27  Id. IV, 12, 693a26 ; le participe est construit avec ἀπό, et certains mss. ont ἀντί.
  • 28  Id. IV 13, 695b17.

19On en pourrait donc inférer que le verbe ἀπαρτᾶν n’a pas vraiment le sens de « séparer », mais qu’il signifie que le sujet auquel il s’applique se détache, et reste suspendu, rattaché à ce dont il s’écarte. À cet égard sont signifiants les emplois du participe dans certains traités biologiques d’Aristote. Le Stagirite en fait usage chaque fois qu’il s’agit de noter qu’un organe « se sépare » du corps, ou d’un autre organe, auquel il reste « rattaché ». Un pédoncule rattache ainsi les testicules au bas-ventre22, ou la vésicule biliaire au foie23. Dans d’autres descriptions anatomiques, on retrouve le même participe. Ainsi à propos du rapport entre cœur et pou­mon chez les serpents24. Dans sa description de la relation entre la den­ture et l’âge du cheval, un emploi du participe par Aristote mérite d’être signalé. La canine du cheval qu’on ne monte pas est grande, mais « déchaussée »25. Les oreilles des quadrupèdes sont « détachées » et au-dessus des yeux26. En revanche, les ailes des oiseaux sont « attachées aux bras »27. Ce qui caractérise les poissons, c’est qu’il n’ont pas de membres « distincts »28.

  • 29  Top. II, 5, 112a10 : ἀπηρτημένος, que Brunschwig 1967 et Tricot 1965 traduisent respectivement par (...)

20Cependant, chez Aristote encore, le participe apparaît précisément pour signifier l’idée d’un éloignement qui implique une coupure. C’est le cas dans les Topiques, où un adverbe précise la signification29.

  • 30  Un exemple notable dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée, VI, 6, 22.

21Cette revue tendrait à montrer la diversité des sens du verbe, sens qui semblent parfois contraires30. En fait, il convient de remarquer que, dans tous les cas, l’idée de séparation n’est que relative ; elle n’exclut aucune­ment la possibilité d’un lien. La notion de distance signifiée par le préfixe n’efface pas l’idée de rattachement notée par la racine verbale.

22Pour limité qu’il soit, l’inventaire auquel il a été procédé permet de donner tout son sens à la leçon du ms. J des Ennéades. Il devient tout à fait possible, dans notre passage de Plotin, de lire, avec le ms. J, malgré sa singularité, et en suivant le choix de Theiler, ἀπηρτημένας. Ces « intel­lections », qui sont « produites », ne sont pas sans rapport avec les arché­types de l’intelligence, elles leur restent attachées, et n’en sont pas totale­ment indépendantes. La continuité entre l’intelligence et l’âme intellective paraît bien nettement maintenue.

23Mais comme le contexte, dans le traité des Ennéades, n’est en rien aristotélicien, comme les trois emplois avérés du participe permettent de connaître en quel sens il semble avoir été compris par Plotin, rien ne nous autorise à penser qu’on puisse lui donner ici, en V, 3 [49], un sens différent. Faut-il alors supposer que le participe ait été accompagné d’une négation très tôt omise par un copiste, lors de la transmission du texte ? On ferait alors l’hypothèse que c’est l’absence de négation qui aurait pu être l’occasion, pour un lecteur, de remplacer ἀπηρτημένας par ἀπηρτισμένας. Mais ce sont là des hypothèses assez vaines.

24Ce qui pourrait confirmer ainsi l’emploi d’un terme emprunté, c’est que Plotin le fait précéder de οἷον ; on peut interpréter cela comme le signe que le mot doit être pris dans un sens qui n’est plus celui du con­cret auquel il est emprunté.

  • 31  L’âme humaine est comme suspendue (οἷον ἐκκρεμαμένην) à l’intelligence. Le texte souligne l’attach (...)

25On peut voir une autre confirmation du sens à donner à ce passage, en y admettant la leçon du ms. J, en VI, 7 [38], 5, 29. L’âme de l’homme qui perçoit n’est pas en dehors de l’intelligible, car elle lui reste « attachée, comme suspendue à lui »31.

  • 32  Plotin n’emploie jamais le terme χωρισμός (qu’on lit cependant en I, 1[53], 12, 18 ; II, 9 [33], 6 (...)
  • 33  Ennéades, VI, 5 [23], 8, 16 : ὡς χωρὶς ὄντος τόπῳ τοῦ εἰδούς.
  • 34  Id., ligne 20 : οὐδένος μεταξὺ ὄντος ; formule qu’on retrouve en V, 8 [31], 7, 13, où Plotin évoqu (...)
  • 35  Enn. IV, 3 [27], 12, 30-32 : νοῦς δὲ πᾶς ἀεὶ ἄνω καὶ οὐ μή ποτε ἔξω τῶν αὐτοῦ γένοιτο, ἀλλ᾿ ἱδρυμέ (...)

26Il est notable que Plotin, à la différence de Platon, et peut-être comme en héritage de l’aristotélisme, n’admet pas ce qu’Aristote a expli­citement condamné chez son maître (selon l’interprétation qu’il en fait), à savoir la « séparation » (χωρισμός) des Idées32. Pour Plotin, les Idées ne sont pas même séparées totalement de la matière33, et cela sans qu’on puisse évoquer un intermédiaire34. C’est l’intelligence qui reste en haut (ἄνω) en agissant en bas (εἰς τὰ τῇδε), mais cette fois par l’intermédiaire de l’âme35. Il ne faut pas voir là une contradiction. L’intelligence con­serve son statut primordial, et ne saurait « descendre ». Ce sont les Idées qui confèrent au multiple la variété des formes.

27Ces remarques contribuent à justifier le choix fait par Theiler de la leçon du Parisinus gr. 2082, manuscrit du xve siècle. Ce ne serait pas là une conjecture de copiste, mais, vraisemblablement, une leçon ancienne, peut-être originelle.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, A.H. 1984 : Plotinus in seven volumes. 5, Enneads V. 1-9, with an English Translation by —, Cambridge, Mass., 1984 (The Loeb classical library, 444).

Badawi, A. 1977 : Aflutin ‘inda ’l-‘Arab Plotinus apud Arabes. Theologia Aristotelis et frag­menta quae supersunt. Collegit, edidit et prolegomenis instruxit —, Le Caire, 1955 (Islamica, 20), Kuwait, 31977.

Bréhier, É. 1931 : Plotin, Ennéades. 5, texte établi et traduit par —, Paris, 1931 (Collec­tion des Universités de France).

Brunschwig, J. 1967 : Aristote, Topiques. 1, Livres I-IV, texte établi et traduit par —, Paris, 1967 (Collection des Universités de France).

Defradas, J., J. Hani & R. Klaerr 1985 : Plutarque, Œuvres morales. 2, Consolation à Apollonios ; Préceptes de santé ; Préceptes de mariage ; Le banquet des sept sages ; De la superstition, texte établi et traduit par —, Paris, 1985 (Collection des Universités de France).

Des Places, É. 1980 : Eusèbe de Césarée, La Préparation évangélique. Livres V, 18-36 –VI ; introduction, texte grec, traduction et annotation par —, Paris, 1980 (Sources chrétiennes, 266).

Ham, B. 2000 : Plotin, Traité 49 : V, 3, introduction, traduction, commentaire et notes, Paris, 2000 (Les Écrits de Plotin).

Harder, R ., R. Beutler & W. Theiler 1960 : Plotins Schriften. 5, Die Schriften 46-54 der chronologischen Reihenfolge : a, Text und Übersetzung ; b, Anmerkungen, übersetzt von R. Harder ; Neuarbeitung mit griechischen Lesetext fortgeführt von R. Beutler und W. Theiler, Hambourg, 1960 (Philosophische Bibliothek, 215 a-b).

Henry, P. 1948 : Études plotiniennes. II, Les manuscrits des Ennéades, Paris-Bruxelles, 21948 (Museum Lessianum. Section philosophique, 21).

Henry, P. & H.-R. Schwyzer, Plotini Opera, t. 2 : Enneades IV-V, ediderunt —, Oxford, 1977, 1982 (Scriptorum classicorum bibliotheca oxoniensis).

Louis, P. 1956 : Aristote, Les Parties des animaux, texte établi et traduit par —, Paris, 1956 (Collection des Universités de France).

Louis, P. 1964 : Aristote, Histoire des animaux, 1, Livres I-IV, texte établi et traduit par —, Paris, 1964 (Collection des Universités de France).

Louis, P. 1968 : Aristote, Histoire des animaux, 2, Livres V-VII, texte établi et traduit par —, Paris, 1968 (Collection des Universités de France).

Tricot, J. 1957 : Aristote, Histoire des animaux, nouvelle traduction avec introduction, notes et index, 2 vol., Paris, 1957 (Bibliothèque des textes philo­sophiques).

Tricot, J. 1965 : Aristote, Organon. 5, Les Topiques, traduction nouvelle et notes, nouvelle édition, Paris, 1965 (Bibliothèque des textes philosophiques).

Haut de page

Notes

1  Ἀπηρτημένας, traduit par « abgelöste », devient, dans la note (Harder, Beutler & Theiler 1960, Vb, p. 378) « abgetrennt ». Un tel choix paraît fort audacieux pour qui admet comme principe la formule recentiores deteriores, puisque J est visiblement un codex du xve siècle.

2  R. Harder donne cependant une note (Harder, Beutler & Theiler 1960, Vb, p. 378).

3  Bréhier 1931, ad loc.

4  Armstrong 1984, ad loc.

5  Ham 2000, « détachées », n. 81, p. 65, et commentaire, p. 161-162, traduit par « pensées détachées » et il justifie cette traduction p. 161-162.

6  Pour garder la traduction de Bréhier.

7  Auquel cas on traduirait par « non séparées », en conservant le sens donné au participe.

8  Voir supra note 5.

9  C’est la traduction française habituelle du mot νόησις, dans le fameux passage du livre Λ de la Métaphysique d’Aristote, cité infra note 12.

10  Auquel cas on traduirait par « non séparées », en conservant le sens donné au participe.

11  Écrit attribué à Farabi dans quelques manuscrits. Il provient d’une traduction-adaptation arabe des Ennéades. On en trouve une édition dans Badawi 1955, p. 165-183.

12  La traduction de νόησεις par ce mot, qui a l’inconvénient de ne pas suggérer sa relation avec l’Intelligence (νοῦς), est justifiée par B. Ham (voir note 5), et elle est couramment utilisée. C’est, je crois, la traduction habituelle du passage de la Métaphysique d’Aristote, où, de l’Intelligence divine, la pensée est pensée de pensée (ἐστιν ἡ νόησις νοήσεως νόησις, Metaph. Λ, 9, 1074b34).

13  Voir supra note 4. Le texte grec reproduit, presque exactement, celui de l’editio major de Henry et Schwyzer 1977. La traduction « like intellections carried out in practice » ne semble pas plus satisfaisante, dans le contexte, que la traduction de Bréhier.

14  Voir Henry 1948, p. 135-148. Du ms. J (Parisinus gr. 2082), P. Henry disait qu’il « est sans doute le plus mal connu et le plus singulier » de tous les mss. de Plotin. (Henry 1948, p. 115), à quoi il ajoutait que « faire peu de cas de ces leçons aberrantes… c’est chercher à voir clair en se mettant un bandeau sur les yeux » (id. p. 116). J offre, certes, des « leçons solitaires », mais on ne saurait les condamner toutes comme purement conjecturales. P. Henry lui-même, en effet, signale justement, en III, 7, 9, 2, une leçon propre à J, qui se trouve confirmée par Simplicius (id. p. 146).

15  S’agirait-il de suivre Aristote contre Platon ? Le Stagirite, en effet, condamne la « séparation » (χωρισμός) introduite par Platon entre les Idées et la réalité sensible. Mais le choix du verbe ἀπαρτᾶν par Plotin pourrait signifier son souci de ne pas suivre Aristote.

16  Porphyre, dans les Sentences, ignore ἀπαρτίζειν et emploie deux fois ἀπαρτᾶν (40, 11 ; 43, 39).

17  Il s’agit en ce passage de montrer l’exact ajustement de la forme à la matière.

18  Il est à noter qu’en ce lieu Plotin évoque la réalisation des substances par les qualités. L’implication noétique est donc fort lointaine.

19  Hypothèse aventurée. Les copistes, semble-t-il, étaient le plus souvent spécialisés, les uns copiant les Évangiles ou les textes des Pères de l’Église, les autres les textes venus des anciens païens.

20  Voir la Consolation à Apollonios, 105 E, § 8, dans Defradas, Hani et Klaerr 1985, p. 50.

21  Eusèbe de Césarée, Praep. ev. VI, 6, 22, 6 (Des Places 1980, p. 139).

22  Aristote, GA I, 2, 716b29-30 ; I, 13, 720a24 ; HA III, 1, 509b14-15, « pendants » traduisent Louis 1964, p. 70 et Tricot 1957, p. 158.

23  Aristote, HA II, 45, 506b19.

24  Id. II, 17, 508a33. Décrivant l’anatomie du serpent, Aristote dit de son poumon qu’il est « largement détaché du cœur » (Louis 1964, p. 66), « complètement détaché » (Tricot 1957, vol. 1, p. 151).

25  C’est par ce mot que P. Louis traduit ἀπηρτημένος (HA VI, 22, 576b19 ; « déta­chée » Tricot 1957, vol. 2, p. 437). Il faut comprendre que la partie de la dent couverte d’émail est comme suspendue par la racine, alors visible, comme une sorte de tige. Le cheval que l’on monte a les dents usées par le mors, elles ne présentent pas cette parti­cularité.

26  PA III, 11, 657a13. Dans ce même traité, en IV, 2, 676b17, ἀπηρτημένην est traduit par P. Louis 1956 « en rapport avec », façon d’éluder la traduction du participe.

27  Id. IV, 12, 693a26 ; le participe est construit avec ἀπό, et certains mss. ont ἀντί.

28  Id. IV 13, 695b17.

29  Top. II, 5, 112a10 : ἀπηρτημένος, que Brunschwig 1967 et Tricot 1965 traduisent respectivement par « éloigné » et par « en dehors de ».

30  Un exemple notable dans la Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée, VI, 6, 22.

31  L’âme humaine est comme suspendue (οἷον ἐκκρεμαμένην) à l’intelligence. Le texte souligne l’attachement à l’intelligible.

32  Plotin n’emploie jamais le terme χωρισμός (qu’on lit cependant en I, 1[53], 12, 18 ; II, 9 [33], 6, 40 ; III, 6 [26], 5, 21 ; IV, 7 [2], 8, 20) pour signifier cette séparation des Idées. Il se borne à affirmer que l’intelligence n’est jamais totalement absente du sensible, voire de la matière. C’est bien là une exigence de la doctrine de l’émanation.

33  Ennéades, VI, 5 [23], 8, 16 : ὡς χωρὶς ὄντος τόπῳ τοῦ εἰδούς.

34  Id., ligne 20 : οὐδένος μεταξὺ ὄντος ; formule qu’on retrouve en V, 8 [31], 7, 13, où Plotin évoque une image spatiale : « par voisinage » (πρὸς γειτονίᾳ).

35  Enn. IV, 3 [27], 12, 30-32 : νοῦς δὲ πᾶς ἀεὶ ἄνω καὶ οὐ μή ποτε ἔξω τῶν αὐτοῦ γένοιτο, ἀλλ᾿ ἱδρυμένος πᾶς ἄνω πέμπει εἰς τὰ τῇδε διὰ ψυχῆς.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Thillet, « À propos du choix d’une variante chez Plotin »Philosophie antique, 9 | 2009, 71-79.

Référence électronique

Pierre Thillet, « À propos du choix d’une variante chez Plotin »Philosophie antique [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 25 juillet 2019, consulté le 22 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/2605 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.2605

Haut de page

Auteur

Pierre Thillet

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search