Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Table ronde : travaux récents sur...Présentation du livre de Lorenzo ...Réponse à Stéphane Marchand

Table ronde : travaux récents sur le scepticisme
Présentation du livre de Lorenzo Corti

Réponse à Stéphane Marchand

Lorenzo Corti
p. 217-227

Texte intégral

Je remercie Juliette Lemaire et Jean-Baptiste Gourinat, qui ont eu la gentillesse de corriger le français de ce texte.

1Je remercie Stéphane Marchand : ses objections me fournissent l’occasion d’éclaircir certains points capitaux de mon livre et de mon interprétation de Sextus Empiricus. Scepticisme et langage veut affronter la question de savoir si le sceptique pyrrhonien décrit par Sextus peut maîtriser une langue. Après avoir identifié le pyrrhonien à un sceptique radical, un individu dépourvu de croyances, je m’efforce de lui assurer la possibilité de parler en proposant plusieurs façons d’expliquer son comportement linguistique sans lui attribuer de croyances. Stéphane Marchand se demande si mon livre présente réellement une défense du scepticisme prôné par Sextus – si le pyrrhonien à la Sextus est vraiment un sceptique radical. Commençons donc par le héros de Sextus : qui est son sceptique pyrrhonien, et de quelles croyances s’abstient-il ? D’après la définition que Sextus en propose (PH I, 8‑11), le sceptique est un enquêteur qui possède et exerce la capacité de suspendre son jugement par rapport à son objet d’enquête. Il commence en posant une question (« Existe-t‑il un critère de vérité ? »), qui exige une réponse affirmative ou négative. Il accumule toutes les raisons en faveur d’une réponse affirmative et toutes les raisons en faveur d’une réponse négative et, après les avoir examinées, il n’est pas capable de préférer les unes aux autres. Ainsi, il se trouve dans l’incapacité de trancher la question qu’il s’est posée – de juger (et donc croire) vrai qu’il existe ou qu’il n’existe pas un critère de vérité. Cela cause un état de tranquillité.

2Tous les interprètes sont tombés d’accord pour soutenir que le sceptique suspend son jugement relativement aux δόγματα – les thèses scientifico-philosophiques qui concernent des items non évidents et qui sont objets des croyances des dogmatiques (« Il existe un critère de vérité », « La dialectique est une science »). Mais les interprètes ont des positions différentes concernant l’attitude du sceptique pyrrhonien lorsqu’il est confronté aux propositions qui sont l’objet de croyances ordinaires (« Il fait beau », « Le miel me semble doux »). Certains suggèrent que le sceptique décrit par Sextus suspend son jugement à propos de n’importe quelle question (position dite du sceptique rustique ou radical) ; d’autres suggèrent que sa suspension est restreinte aux thèses philosophico-scientifiques, et que le sceptique croit bien des choses auxquelles les gens donnent leur assentiment dans la vie quotidienne (position dite du sceptique urbain).

3La question est controversée pour deux raisons, qui dépendent des indices textuels directs et indirects en faveur des deux positions. Dans certains passages, Sextus attribue à son sceptique une suspension de jugement universelle (PH I, 31) ; dans d’autres, Sextus semble admettre que son sceptique possède des croyances. Parmi ces derniers, PH I, 13‑15, est celui qui a fait couler le plus d’encre – y compris celle de Stéphane Marchand, qui cite PH I, 14. Ici, Sextus précise que le sceptique ne possède pas de δόγματα, non pas au sens où il n’acquiesce à rien – car le sceptique donne son assentiment à ses affects –, mais au sens où il ne donne son assentiment à aucun objet non évident. Et même à partir du fait que le sceptique profère ses phrases par rapport aux thèses dogmatiques (« Pas plus ceci que cela ! »), on ne peut pas conclure que le sceptique possède des δόγματα, car celui qui les possède pose comme existant l’objet à propos duquel il les possède, tandis que le sceptique pose ses phrases comme n’étant pas absolument réelles.

4À partir de ce texte, il est tentant de penser que le sceptique ne donne pas son assentiment aux propositions qui concernent les objets non évidents, alors qu’il le donne aux propositions qui décrivent ses affects – il les juge et croit vraies. Mais si l’on considère le passage dans son contexte et à la lumière des loci paralleli, la tentation s’apaise. PH I, 13‑15, fait partie d’une section, PH I, 13‑20, où Sextus affronte des objections de ses adversaires dogmatiques, et il est judicieux de comprendre le discours de Sextus comme la réponse à une objection qu’il ne rapporte pas. Sextus caractérise son sceptique comme un individu qui ne possède pas de δόγματα (PH I, 12) et qui, en proférant ses phrases, exprime ses affects (PH I, 187‑208). Mais il est contradictoire de penser que le sceptique, en proférant ses phrases, exprime ses affects – car cela implique y acquiescer, donc posséder des δόγματα, en un sens faible de δόγμα. Et Sextus de répondre : s’il vous plaît d’utiliser δόγμα dans le sens (artificiel) d’« acquiescement », c’est-à-dire dans le sens de « ne pas opposer de résistance » à quelque chose, alors oui, le sceptique, qui exprime ses affects, possède des δόγματα – mais ceci ne rend pas ma caractérisation du sceptique incohérente. En effet, quand je dis que le sceptique ne possède pas de δόγματα, j’utilise δόγμα dans son sens standard – je veux dire que le sceptique ne juge vraie aucune proposition non évidente. Et il n’est pas contradictoire non plus de penser que le sceptique, dépourvu de δόγματα, profère des phrases par rapport aux thèses non évidentes des dogmatiques. En effet, ou bien ces phrases expriment des affects du sceptique, ou bien elles s’auto-réfutent. Dans les deux cas on ne peut pas inférer, à partir du fait que le sceptique les profère, qu’il possède un δόγμα – qu’il croit qu’il existe un objet non évident possédant certaines propriétés. PH I, 13‑15, ne suggère pas que le sceptique possède des croyances ordinaires – bien au contraire. Quand Sextus dit que le sceptique acquiesce à ses affects, « acquiescer » (εὐδοκεῖν) doit être compris dans le premier sens de« se laisser persuader » (πείθεσθαι) signalé dans le passage parallèle PH I, 229‑230 : le sceptique suit simplement (ἁπλῶς ἕπεσθαι) ses affects, y cède simplement (ἁπλῶς εἴκειν), leur obéit, se comporte conformément à eux sans les mettre en discussion (il boit quand il a soif sans se demander s’il a soif ou non ; sans juger qu’il a soif ni qu’il n’a pas soif).

  • 1 L’argument est de Barnes 1990, p. 2635-2637.

5Passons aux indices textuels indirects permettant de soutenir la thèse selon laquelle Sextus avait à l’esprit un sceptique rustique. Le pyrrhonien – tel qu’il est caractérisé par Sextus dans PH – suspend son jugement par rapport à tout principe philosophique ou religieux, et ne possède pas de δόγματα. Il suspend son jugement, en particulier, quant à l’existence d’un critère de vérité (PH II, 14‑79). Mais exécuter n’importe quel jugement (y compris les jugements concernant les propositions qui sont objets de nos croyances ordinaires) implique de ne pas avoir suspendu son jugement sur un δόγμα : le δόγμα selon lequel il existe un critère de vérité. Il s’ensuit que le pyrrhonien ne peut juger vrai aucun type de proposition1.

6Stéphane Marchand, en s’appuyant sur PH III, 281, remarque que des arguments de ce type, qui mettent en cause toute croyance, s’inscrivent dans une stratégie sceptique d’utilisation des arguments de force différente en fonction des interlocuteurs. Mais rien dans le passage mentionné n’est incompatible avec l’idée que le sceptique pyrrhonien suspend son jugement par rapport au critère de vérité et ne possède aucune croyance. Nous sommes à la fin des Esquisses (PH III, 280‑281), et Sextus nous présente le sceptique comme un médecin. Le dogmatique juge vraies certaines thèses philosophiques. Mais il juge trop vite : avant d’avoir eu le temps – et donc le droit – de le faire. Le sceptique veut guérir le dogmatique. Il lui administre donc des arguments en faveur des thèses opposées à celles qu’il avance, afin de provoquer sa suspension de jugement à leur égard. Or, nous dit Sextus, le sceptique offre aux dogmatiques des arguments qui sont parfois de poids et parfois faibles. Il le fait exprès, puisque parfois un argument faible lui suffit pour arriver à son but.

7Les arguments administrés par le sceptique sont forts ou faibles « quant à leur persuasion » (πιθανότησιν), c’est-à-dire au sens où ils persuadent un nombre très ou peu élevé de personnes. Le sceptique administre à son patient dogmatique des arguments qui ne sont pas seulement bons, mais aussi persuasifs – capables de provoquer sa suspension de jugement. Et l’efficacité des arguments dépend des connaissances préalables du dogmatique : parfois un argument faible suffit, parfois un argument plus fort est nécessaire. (Je veux vous persuader que Sextus vécut au IIe siècle. Je vous administre un bon argument : Sextus est contemporain de Galien ; Galien vécut au IIe siècle ; donc Sextus vécut au II siècle. Est-ce que cet argument vous persuade ? Oui, si vous savez que les deux prémisses sont vraies. Mais supposons que vous ne sachiez pas que Galien vécut au IIe siècle. Afin de vous persuader, je dois ajouter à mon argument un argument en faveur de cette prémisse. Ce deuxième argument sera plus persuasif que le premier, au sens où il persuadera un nombre plus élevé de personnes.) Sextus, ici, indique que le sceptique ne veut pas seulement produire des arguments bons, mais persuasifs. Tout cela est remarquable, mais une chose est claire : il ne nous dit rien quant à l’objet de la suspension du jugement du sceptique. Ce dont il est question ici est l’efficacité psychologique, et non pas l’objet, de ses arguments.

8Un deuxième indice du fait que le pyrrhonien est un sceptique radical réside dans le fait que ses adversaires l’ont constamment compris ainsi. Prenons l’objection d’inactivité (M XI, 162‑167, cf. D.L. IX, 107). On ne peut pas expliquer l’acte de quelqu’un sans lui attribuer de croyances. Mais le sceptique par définition n’a pas de croyances. Donc, si un sceptique agissait, on ne pourrait pas expliquer ses actes. Mais tout acte est explicable. Ergo le sceptique n’agit pas – on ne peut pas penser, de façon cohérente, qu’un sceptique agisse. Cette objection présuppose que le sceptique pyrrhonien soit dépourvu de croyance. Stéphane Marchand objecte qu’il peut s’agir là d’une image caricaturale du scepticisme dont il faut se méfier. Mais si cela était vrai, on s’attendrait à ce que les avocats des pyrrhoniens – tels que Sextus – répondent en reconnaissant que le sceptique possède les croyances ordinaires qui lui permettent d’agir. Or il n’en est rien. En M XI, Sextus répond que le sceptique peut accomplir les choix et les refus qui lui permettent d’agir en suivant l’observation non philosophique. Et dans le passage où il explique ce que c’est que l’observation non philosophique et comment elle détermine les actes du sceptique (PH I, 21‑24), Sextus nous fournit les explanantia que nous sommes censés utiliser pour expliquer l’acte d’un sceptique de façon non épistémique, c’est-à-dire sans lui attribuer de croyances. Il s’agit de ses affects, de ses impressions non épistémiques, de ses habitudes fondées sur le respect des lois et des coutumes, de ses habiletés. En d’autres termes, Sextus nous indique comment expliquer le comportement d’un sceptique rustique.

9Par ailleurs, les dogmatiques grosso modo contemporains de Sextus reconnaissaient l’existence du pyrrhonisme rustique : Galien, par exemple, mentionne les ἀγροικοπυρρώνειοι, qui disent qu’ils ne connaissent pas leurs propres affects (Diff. Puls. VIII, 711 K. ; cf. Praenot. XIV, 628 K.). Sextus rassemble du matériel sceptique d’origine et inflexion différente, et je ne veux pas nier l’existence de passages urbains dans son corpus. Mais le sceptique pyrrhonien rustique n’est pas le fruit de l’imagination du Dr. Galien ou de M. Corti : il prospère dans un grand nombre de pages de Sextus.

10Ce sceptique – comme Sextus l’indique – peut accomplir certains actes, peut exercer certaines activités. Peut-il pour autant exercer une maîtrise linguistique ? Parler implique de faire plusieurs choses. Cela implique, avant tout, de comprendre la signification et de maîtriser la syntaxe des expressions de la langue que l’on parle. Mais dire quelque chose implique aussi d’accomplir un acte illocutoire : affirmer, poser une question, commander, etc. Il s’ensuit qu’aborder la question de savoir si le sceptique peut parler implique de répondre, entre autres, à deux questions : (i) Est-ce que le sceptique peut comprendre ? (ii) Quels sont les actes illocutoires qu’un sceptique peut effectuer ?

  • 2 Je suis là une suggestion de Barnes 1990, p. 2623-2626.

11Mon analyse de la description sextienne des phrases sceptiques (PH I, 187‑208 et loci paralleli) offre une réponse à la deuxième question. Bien que le sceptique profère des phrases avec une forme grammaticale déclarative (« x est F »), il les utilise pour signifier non pas un état de chose externe au locuteur (le fait que x est F), mais un état psychologique du locuteur (le fait que x lui apparaît F). Les phrases sceptiques manifestent des affects et des impressions que subit celui qui les profère, quand il les profère. Je suggère que ces remarques constituent une réponse à une objection dogmatique implicite selon laquelle le sceptique, en proférant des phrases de forme déclarative, en affirmerait le contenu, manifestant ainsi qu’il le croit vrai. Cette réponse consiste à préciser que les phrases sceptiques ne sont pas des affirmations (et donc des manifestations de croyances), mais des confessions, de pures manifestations d’affects semblables aux cris. Un enfant éprouve de la douleur et pleure. En pleurant, l’enfant n’affirme pas éprouver de la douleur. Toutefois, il exprime ou manifeste sa propre douleur. Semblablement, lorsqu’il profère ses phrases, le pyrrhonien n’est pas en train d’affirmer, mais plutôt de confesser, de manifester son affect2.

12Je montre ensuite que cette façon de comprendre les actes de parole du sceptique, bien que séduisante, présente des limites. Pour pouvoir interpréter l’acte linguistique d’un sceptique comme une confession, on doit pouvoir l’expliquer de façon non épistémique : c’est‑à‑dire que l’on doit penser qu’il s’agit d’une réaction directe et naturelle à des stimuli qui ne sont pas ses états épistémiques – tout comme le pleur de l’enfant est une réponse directe et naturelle au stimulus de douleur. Cependant, de cette façon, on ne peut expliquer que des performances linguistiques très simples. Si les actes linguistiques d’un sceptique doivent être interprétés comme des confessions, alors le sceptique ne peut pas dire grand-chose, parce que le nombre d’actes linguistiques que nous pouvons comprendre comme expressions d’affects est extrêmement limité. En particulier, l’usage des phrases de la langue grecque que Sextus fait dans son œuvre est tel que nous ne pouvons pas le comprendre comme une confession. Sextus n’est pas sceptique.

13Pace Stéphane Marchand, je n’affirme pas que Sextus ne puisse pas vivre le scepticisme qu’il prône. J’examine la stratégie déployée par Sextus pour assurer à son sceptique la possibilité de parler, et j’en montre les limites – qui ne sont pas évidentes (et ne l’étaient pas pour Sextus), mais nécessitent un argument. Je conclus que, dans l’hypothèse où il faut attribuer aux actes linguistiques sceptiques la force illocutoire que les remarques de Sextus suggèrent, c’est‑à‑dire une force expressive, Sextus n’est pas sceptique –puisque nous ne pouvons pas expliquer ses performances linguistiques en termes de confession. Mais j’ajoute que nous ne devons pas comprendre les actes linguistiques sceptiques ainsi. En effet, je rejette le présupposé de cette idée – la thèse selon laquelle affirmer implique juger. En suivant J. L. Austin, j’explore la possibilité de caractériser l’acte d’affirmation comme un acte conventionnel : ce qui détermine que le locuteur, en proférant la phrase Φ, affirme que p, ce ne sont pas ses croyances mais l’existence d’une convention selon laquelle dire une certaine phrase en certaines circonstances signifie en proposer le contenu comme vrai. Si cela est correct, nous pouvons penser que Sextus est un sceptique tout en comprenant les énoncés qui composent les Esquisses pyrrhoniennes comme des affirmations – pour autant que leur force illocutoire détermine cette question.

  • 3 Cf. Philodème de Gadara, Sur la musique, IV, 38, 1-6.

14Il est vrai que la caractérisation sextienne des actes linguistiques sceptiques compte d’autres éléments. Sextus, en particulier, indique que le sceptique annonce ce qu’il dit « en historien » (PH I, 4 : ἱστορικῶς). Il y a plusieurs façons de comprendre cet adverbe, qui est un hapax chez Sextus. On pourrait y voir une référence à l’ἱστορία empirique – mais il faudrait rendre compte du fait que dans le texte de Sextus il est question de rapporter son affect, tandis que l’ἱστορία empirique est le récit de l’expérience d’autrui. Dans quelques textes de l’Antiquité, on trouve le contraste entre dire quelque chose ἀποδεικτικῶς et dire quelque chose ἱστορικῶς καὶ ἐξηγητικῶς – entre un discours démonstratif et un discours descriptif3, et on pourrait se demander si le même contraste est en jeu chez Sextus. Mais les indices textuels sur lesquels appuyer ces deux possibilités interprétatives me semblent plutôt faibles. En tout cas, cet adverbe n’offre aucune contribution à la question qui fait l’objet de mon enquête, celle de savoir quelle est la force illocutoire des actes linguistiques du sceptique.

15Comme Stéphane Marchand le remarque, dans mon livre j’adopte plusieurs modèles qui montrent qu’il est possible d’expliquer certaines performances sans faire appel aux croyances. Ainsi, lorsque je considère la question générale de savoir si un sceptique peut agir, je trouve utile de considérer les insectes. Une fourmi ou une abeille exercent des activités et participent à des formes de vie sociale assez bien organisées. Nous n’expliquons pas le comportement de ces animaux en leur attribuant, de façon sérieuse, croyances ou intentions. Et si on peut le faire avec une fourmi ou une abeille, pourquoi ne pourrait-on pas le faire avec un sceptique ?

16Il en va de même pour la troisième partie du livre, où j’aborde la question de savoir si un sceptique peut comprendre le sens et la syntaxe des expressions d’une langue. Dans un premier temps, j’examine l’hypothèse selon laquelle le sceptique serait une sorte de perroquet chanceux : un individu qui ne maîtrise pas les expressions qui font partie de son répertoire, mais qui les profère toujours dans des circonstances telles que son acte linguistique est correct et pertinent eu égard à ce que ses interlocuteurs disent et font. À l’aide de A. M. Turing, je montre que cette pensée est incohérente et je rejette ce modèle. J’examine ensuite le point de vue de Sextus par rapport à la question posée. D’après Sextus, le sceptique a la capacité de comprendre les phrases que lui et ses interlocuteurs profèrent (PH II, 1‑10) grâce au fait qu’il suit l’usage commun (M I, 176 sq.). J’explore donc le sens et la plausibilité de cette position. D’abord, j’examine la possibilité que la capacité de comprendre une langue s’identifie à la capacité d’utiliser certains bruits dans certaines circonstances selon des règles de comportement, ce qui n’implique pas de posséder des croyances. Je conclus que ce modèle, illustré par le cas d’un enfant qui est train d’apprendre une langue, explique seulement une maîtrise linguistique minimale du locuteur : une maîtrise linguistique raffinée doit se fonder sur un savoir. Je propose donc un argument qui, en utilisant une analyse du concept de know how proposé par T. Williamson et J. Stanley ainsi que quelques idées chomskyennes, conclut que le savoir qui fonde une maîtrise linguistique raffinée peut être compris comme un know how qui n’implique pas la possession de croyances. Un know how non linguistique du même type est illustré par le cas d’un chat qui, tout en sachant comment il peut sortir de la maison en utilisant une chatière, n’a pas de croyance à ce sujet.

17Stéphane Marchand me demande si le recours à ces modèles ne présuppose pas une représentation de la nature problématique pour le scepticisme. Je demande à mon tour : pour le scepticisme de qui ? Peut‑être ce recours est-il problématique pour (c’est‑à‑dire incompatible avec) mon scepticisme, mais non pas assurément pour le scepticisme du pyrrhonien dont je veux expliquer le comportement. En d’autres termes, je crois qu’il y a là une confusion qu’il est important de dissiper. Sextus décrit son sceptique comme un individu qui s’abstient de tout jugement/de toute croyance. Je me pose la question de savoir si un tel sceptique peut agir  – et donc, la question de savoir si je peux expliquer ce qu’il fait sans lui attribuer de croyances. En posant cette question, j’assume une posture – pour ainsi dire – anthropologique. J’ai un individu face à moi ; je suppose qu’il s’agit d’un sceptique ; j’observe son comportement, et je m’efforce de l’expliquer sans lui attribuer des croyances, en faisant parfois référence à des modèles. Afin de fournir cette explication, est-il possible que je doive croire quelque chose par rapport à mes modèles – que l’on ne puisse pas rendre raison de ma performance d’expliquer les actes du sceptique sans m’attribuer des croyances ? Mais cela n’implique pas l’attribution de croyances au sceptique. La question en jeu, à ce niveau, n’est pas celle de savoir si le sceptique peut expliquer son comportement, étant donné qu’il n’a pas de croyances, mais si je peux le faire sans lui attribuer des croyances. On peut ensuite poser la question de savoir si le sceptique lui-même peut expliquer ses actes – avant tout, s’il peut parler de ce qu’il fait. Mais il s’agit là – voici le point crucial – d’une question différente de celle de savoir si les actes du sceptique sont explicables.

18Dans l’article « Parrots, Pyrrhonists and Native Speakers », David Glidden se demande si le comportement linguistique sceptique, tel qu’on peut le caractériser à partir de M VIII, 270 sq., peut être assimilé à celui du perroquet, et dans quelle mesure cela constitue une défense de la possibilité pour le sceptique de parler – des questions que Stéphane Marchand me pose à son tour. Je crois quant à moi que rien dans le passage mentionné ne suggère que Sextus adopte le perroquet comme modèle explicatif du comportement linguistique du sceptique. Pour ce qui est de la question de la maîtrise linguistique du pyrrhonien, je trouve très pertinents deux passages qui ne retiennent pourtant pas l’attention de Glidden, PH II, 1‑11, et M I, 176 sq. En PH II, 1‑11, Sextus caractérise son sceptique comme quelqu’un qui est capable de comprendre et d’enquêter sur les phrases que lui et ses interlocuteurs produisent : en particulier, sur les thèses philosophiques des dogmatiques. La question est de savoir si le sceptique peut comprendre le sens et la syntaxe des expressions d’une langue, étant donné qu’il ne possède pas de croyances à leur égard ; et si oui, comment. En M I, 176‑179, Sextus considère une idée qui constitue un début de réponse à cette question. Il adopte la position selon laquelle un locuteur peut comprendre la signification des expressions d’une langue en suivant l’usage commun, c’est‑à‑dire en se conformant à la façon dont ses interlocuteurs directs utilisent ces expressions, ce qui n’implique pas de posséder des croyances.

19Je ne suggère pas non plus que le perroquet chanceux soit un modèle explicatif des performances linguistiques sceptiques. Mais, en abordant la question de savoir comment rendre compte du comportement linguistique du pyrrhonien tel qu’il est caractérisé par Sextus, il m’a paru très important de montrer qu’on ne peut pas le faire avec ce modèle – c’est-à-dire sans accorder au sceptique la capacité de comprendre la sémantique et la syntaxe de sa langue. Selon Sextus, le sceptique utilise les expressions qui constituent son lexique d’une façon aussi complexe, correcte et cohérente que celle de n’importe quel autre locuteur : le sceptique ne fait jamais d’erreurs dont le type et la fréquence ne soient normaux. Pour cette raison, nous ne pouvons pas expliquer son comportement en l’assimilant à celui d’un perroquet chanceux – d’un « proférant » qui ne comprend pas le sens et la syntaxe des expressions qu’il profère, mais se comporte comme s’il les comprenait. En effet, pour pouvoir dire que le sceptique ne comprend pas, mais se conduit comme s’il comprenait, nous devons avoir quelques raisons de douter qu’il sache quelle est la signification des expressions qu’il produit. Et ceci est justement exclu ex hypothesi dans notre scénario. Le sceptique doit posséder la capacité de comprendre le sens et la syntaxe des expressions qu’il profère, étant donné l’usage extrêmement raffiné qu’il en fait. Sextus est un philosophe assez bon pour lui accorder ces capacités.

Haut de page

Bibliographie

Austin, J.L. 1970 : Quand dire, c'est faire, Paris, 1970 (L’ordre philosophique) [introduction, traduction et commentaire, par G. Lane, de : How To Do Things With Words, Cambridge, Mass., 1962].

Barnes, J. 1988 : « La possibilità di una vita scettica », Atti e Relazioni dell’Accademia Pugliese delle Scienze, 45 (1988), p. 1-30.

Barnes, J. 1990 : « Pyrrhonism, Belief and Causation : Observations on the Scepticism of Sextus Empiricus », dans : W. Haase & H. Temporini (éd.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 36.4, Berlin, 1990, p. 2608-2695.

Barnes, J. 1997: « The Beliefs of a Pyrrhonist », dans M. Burnyeat & M. Frede 1997, p. 58-91.

Burnyeat, M. 1997: « The Sceptic in his Place and Time », dans M. Burnyeat & M. Frede 1997, p. 92-126.

Burnyeat, M. & M. Frede (éd.), The Original Sceptics: a Controversy, Indianapolis, Ind., 1997.

Cassin, B. 1990 : « L’histoire chez Sextus Empiricus », dans : A.-J. Voelke (éd.), Le scepticisme antique : perspectives historiques et systématiques. Actes du Colloque international sur le scepticisme antique, Université de Lausanne, 1-3 juin 1988, Genève-Lausanne-Neuchâtel, 1990 (Cahiers de la revue de théologie et de philosophie, 15), p. 123-138.

Desbordes, F. 1982 : « Le langage sceptique : notes sur le Contre les grammairiens de Sextus Empiricus », Langages, 65 (1982), p. 47-74.

Floridi, L. 1997: « Scepticism and Animal Rationality: the Fortune of Chrysippus’ Dog in the History of Western Thought », Archiv für Geschichte der Philosophie, 79 (1997), p. 27-57.

Glidden, D.K. 1994: « Parrots, Pyrrhonists and Native Speakers », dans: S. Everson (éd.), Language, Cambridge-New York, 1994 (Companions to Ancient Thought, 3), p. 129-148.

Goulet-Caze, M.-O. et alii 1999 : Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, traduction française sous la dir. de Goulet-Caze, M.-O., Paris, 1999 (Le Livre de poche. La Pochothèque. Classiques modernes).

Leroy, A.-L. 1983 : David Hume, Enquête sur l’entendement humain, chronologie, présentation et bibliographie par M. Beyssade, [traduit par] Leroy, A.-L., Paris, 1983 (GF, 343) [1re éd., Paris, 1947 (Bibliothèque philosophique).]

Pellegrin, P. 1997 : Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes, introduction, traduction et commentaires, Paris, 1997 ( Points. Essais, 352).

Spinelli, E. 1991 : « Sceptics and Language : Phōnaí and Lógoi in Sextus Empiricus », Histoire, épistémologie, langage, 13.2 (1991), p. 57-70.

Spinelli, E. 2008 : « Sextus Empiricus, l’expérience sceptique et l’horizon de l’éthique », Cahiers Philosophiques, 115 (2008), p. 29-45.

Sluiter I. 2000: « The Rhetoric of Scepticism: Sextus Against the Language Specialists », dans: J. Sihvola (éd.), Ancient Scepticism and the Sceptical Tradition, Helsinki, 2000 (Acta Philosophica Fennica, 66), p. 93-123.

Haut de page

Notes

1 L’argument est de Barnes 1990, p. 2635-2637.

2 Je suis là une suggestion de Barnes 1990, p. 2623-2626.

3 Cf. Philodème de Gadara, Sur la musique, IV, 38, 1-6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lorenzo Corti, « Réponse à Stéphane Marchand »Philosophie antique, 11 | 2011, 217-227.

Référence électronique

Lorenzo Corti, « Réponse à Stéphane Marchand »Philosophie antique [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 12 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/philosant/1152 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/philosant.1152

Haut de page

Auteur

Lorenzo Corti

ENS Paris, Département des sciences de l’antiquité UMR 8546

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search