Navigation – Plan du site

AccueilNuméros270Inukshuk City, un modèle pour rep...

Inukshuk City, un modèle pour repenser la ville intelligente

Inukshuk City, a model for rethinking Smart City
Stéphane Roche
p. 79-89

Résumés

La ville intelligente est considérée par les territoires urbains comme la solution par excellence pour répondre aux enjeux démographiques, économiques, sociaux et environnementaux auxquels ils sont actuellement confrontés. Pourtant, entre l’optimisation technologique des infrastructures d’ingénierie urbaine, le développement d’une économie de start-up ou les sirènes de la gouvernance urbaine basée sur les données, il est bien difficile d’évaluer les effets sociaux de ces transformations numériques à moyen et long terme. Même si l’engagement des citoyens, la gouvernance ouverte ou le développement durable sont généralement associés au discours sur les villes intelligentes, les risques éthiques tels que le suivi individuel, le profilage socio-spatial, la justice spatiale ou l’inclusivité demeurent des enjeux importants. Cet article propose le modèle d’Inukshuk City, comme levier de développement d’une nouvelle forme d’intelligence urbaine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 25 février 2022 ; définitivement accepté le 10 juin 2023. Suivi éditorial : Antonin Margier

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

La société en réseau du xxie siècle : un siècle de villes
Le défi « Canadien » des villes intelligentes : socle empirique du modèle Inukshuk City
Données et analyse
Le modèle Inukshuk de la ville intelligente
L’intelligence
L’ouverture
L’apprentissage
L’inclusion
La résilience
De la ville intelligente à l’intelligence urbaine
Pour conclure : pensée spatiale et citoyenneté numérique

Aperçu du texte

La société en réseau du xxie siècle : un siècle de villes

« Le xixe fut un siècle d’Empire, le xxe un siècle d’États-Nations ; le xxie siècle sera le siècle des villes » (Wellington Webb, maire de Denver, 2009). Si l’on se fie aux projections des Nations-Unies, près de 80 % de la population mondiale vivra en zone urbaine d’ici 2050. Cette dynamique d’urbanisation globale – qui touche notamment les pays du Sud et d’Asie – s’opère en parallèle de deux autres tendances (Doueihi, 2011). La transition numérique, et notamment son effet réseau et l’importance du capital numérique (Eveno, 2020) ; et l’ère de la localisation mondiale, c’est-à-dire l’évolution vers une société au sein de laquelle la géolocalisation et la capacité accrue d’en gérer et d’en exploiter toutes les dimensions s’impose comme une composante majeure du capital individuel et collectif – ce que Jacques Lévy défini comme le capital spatial (Levy, 2003). Dans ce contexte, les villes font face à des défis démographiques, éc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Roche, « Inukshuk City, un modèle pour repenser la ville intelligente »Norois, 270 | 2024, 79-89.

Référence électronique

Stéphane Roche, « Inukshuk City, un modèle pour repenser la ville intelligente »Norois [En ligne], 270 | 2024, mis en ligne le 03 janvier 2027, consulté le 18 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/norois/14208 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/norois.14208

Haut de page

Auteur

Stéphane Roche

Centre de Recherche en Aménagement et Développement (CRAD), Université Laval, Pavillon Louis-Jacques-Casault, 1055 avenue du Séminaire, Local 2322, Québec G1V 0A6, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search