Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Dossier Archives de l'archéologie...Les missions archéologiques franç...

Dossier Archives de l'archéologie française à l'étranger

Les missions archéologiques françaises à l’étranger dans les fonds des Archives nationales

Armelle Le Goff  et Emmanuelle Giry
p. 57-63

Texte intégral

1Le but de cet article est de donner une vue d’ensemble des documents qui peuvent contribuer à l’histoire des missions archéologiques françaises à l’étranger, conservés aux Archives nationales sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Rappelons qu’en 1798, Bonaparte entraîna dans le sillage de son expédition militaire en Égypte les savants de la Commission des sciences et des arts. Dès lors, l’Égypte devint une passion française et l’égyptologie commença à se constituer en champ d’études avec, en particulier, la création de la chaire d’Antiquité égyptienne au Collège de France en 1831 pour Jean-François Champollion (1790-1832), le déchiffreur des hiéroglyphes. L’intérêt des archéologues français pour les fouilles à l’étranger ne cessa ensuite de s’affirmer et de s’étendre à d’autres terrains d’études.

  • 1 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv.

2Pour faciliter le travail des chercheurs, il nous a semblé que le plus utile était d’effectuer, suivant un plan méthodique, un relevé des cotes des documents ayant trait aux fouilles archéologiques à l’étranger. La consultation des inventaires et les notices de producteurs mis progressivement en ligne sur le site des Archives nationales, via la salle des inventaires virtuelle1, permettra d’affiner leurs recherches.

3Dans la première partie, ce relevé portera sur les ressources offertes par la sous-série F/17 (Instruction publique) pour des études concernant le xixe siècle et les premières décennies du xxe siècle. Grâce à la mise en place d’institutions spécifiques et à leur financement, le ministère de l’Instruction publique a en effet joué un rôle moteur dans la création des missions archéologiques et culturelles en Orient et dans d’autres zones géographiques. Nous verrons dans la seconde partie qu’au xxe siècle, le relais a surtout été assuré par le ministère des Affaires étrangères mais que, pour autant, les archives du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, celles du ministère de la Coopération et d’institutions scientifiques comme le Cnrs permettent de compléter utilement les recherches. Conservées aux Archives nationales dans les versements en cotation continue, les archives évoquées dans cette seconde partie sont encore peu exploitées par les chercheurs.

Les ressources de la sous-série F/17 du début du xixe siècle à la seconde guerre mondiale

4La sous-série F/17 rassemble des documents ayant, depuis 1845, fait l’objet de versements par le ministère de l’Instruction publique, devenu ministère de l’Éducation nationale en 1932. À partir de la Monarchie de Juillet, une grande impulsion a été donnée aux recherches historiques et archéologiques avec la création, au sein de ce ministère, d’une division des Sciences et lettres. Cette division avait à gérer, entre autres, l’Institut, le Collège de France, le Muséum national d’histoire naturelle, les académies ainsi que les instituts et les grandes écoles. Un service des missions scientifiques et littéraires lui fut rattaché en 1842. Sous la Troisième République, cette division a disparu mais ses attributions, maintenues, ont relevé de la compétence de la direction de l’Enseignement supérieur. Le ministère avait la tutelle des missions scientifiques permanentes plus spécialement dédiées aux fouilles archéologiques (Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Institut français d’archéologie orientale du Caire, Délégation scientifique française en Perse, etc.). Il initia en outre des missions collectives, comme l’exploration du Mexique en 1864, ou l’exploration scientifique de la Tunisie de 1884 à 1894, dont il a conservé les archives. Ces missions scientifiques permanentes et ces missions collectives constituaient une des priorités du ministère mais de nombreuses subventions ont été aussi accordées à des érudits et à des savants pour des missions individuelles à l’étranger, qui avaient parfois des objectifs archéologiques. Les dossiers issus soit de la tutelle du ministère sur les différentes écoles et institutions, soit du travail de certaines commissions et missions scientifiques méritent donc une attention particulière pour qui s’intéresse à l’histoire de l’archéologie française à l’étranger. En effet, en dehors des documents de gestion administrative et financière, des plans, des planches de dessins et des photographies de fouilles archéologiques peuvent dans certains dossiers se trouver joints aux rapports envoyés.

Les missions scientifiques individuelles

5Une simple lecture du répertoire (Antoine & Olivier 1975 ; Antoine 1977, 1981) fait apparaître que, malgré les aléas budgétaires, les missions individuelles octroyées par le ministère ont été très nombreuses (environ 2 300) et très variées ; elles ont couvert toutes les disciplines et ont touché tous les continents, témoignant de l’emprise de l’Europe industrielle et de ses sciences sur toute la planète. Le répertoire recense en deux tranches chronologiques, par ordre alphabétique, les noms des missionnés, la date et l’objet de l’arrêté de leur mission. On relève, par exemple, pour la Grèce, le nom du diplomate archéologue Charles François Noël Champoiseau (1830-1909), pour la Perse, celui de l’ingénieur Jacques de Morgan (1857-1924), qui dirigea les fouilles de Suse de 1897 à 1912, pour le Caucase, celui de l’anthropologue préhistorien Ernest Chantre (1843-1924), pour l’Égypte, celui de Jean Clédat (1871-1943), ancien membre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, etc.

F/17/2933 à 3014. Dossiers individuels de missions. 1818-1914.

F/17/17265 à 17294. Dossiers individuels de missions. Fin du xixe siècle-début du xxe siècle.

Commission scientifique du Mexique

6La Commission scientifique du Mexique, officiellement instituée à Paris auprès du ministre de l’Instruction publique par décret impérial du 27 février 1864, avait pour objectif d’organiser une expédition scientifique au Mexique et d’en suivre les résultats. Les archives de cette commission permettent de suivre les activités sur le terrain des voyageurs français qu’elle y a envoyés, de comprendre le contexte de récolte et d’envois en France de collections mexicaines de tout genre (archéologique, botanique, minéralogique, etc.). Elles témoignent du climat dans lequel s’est organisée, pendant ces années-là, la redécouverte du passé mexicain par les Français.

F/17/2909 à 2914/3. Commission de l’exploration scientifique du Mexique (créée par décret du 27 février 1864) : travaux préparatoires, correspondance, publications. 1862-1878.

Institut français d’archéologie du Caire (Ifao)

7Désireux d’encourager la poursuite des travaux entrepris par l’égyptologue français Auguste Mariette (1821-1881), le ministère implanta en Égypte, en 1880, une mission scientifique permanente sous le nom d’École française du Caire. Devenue mission archéologique du Caire en 1886, puis constituée de manière définitive en 1898 sous le nom d’Institut français d’archéologie orientale du Caire (Ifao), elle avait pour vocation l’étude des antiquités égyptiennes, de l’histoire, de la philologie et des antiquités orientales. On trouve essentiellement, sous les cotes relevées, des documents concernant la tutelle administrative et financière du ministère sur cette institution. On peut y suivre notamment l’organisation des campagnes archéologiques dans la zone des temples de Tanis, concédée au début du siècle à l’Ifao. En 1929, Pierre Montet (1885-1966), chargé de cours en égyptologie à l’Université de Strasbourg, décida d’y rouvrir un chantier de fouilles. Les pièces comptables et les planches photographiques envoyées régulièrement au ministère pour justifier de l’appui financier apporté à cette mission dans cette partie orientale du delta du Nil permettent d’apprécier la progression des fouilles depuis les premières excavations dans la zone des temples jusqu’à la découverte d’une nécropole royale en 1939 et 1940.

F/17/1099 à 1108/2. Institut d’Égypte et publication de la Description de l’Égypte (un portefeuille joint à F/17/1100 concerne divers objets d’archéologie, principalement grecque et romaine), xviisiècle et an VI-1844.

F/17/2930 à 2932. Mission permanente ou École française du Caire : installation, correspondance, rapports et arrêtés. 1831-1891.

F/17/4148. Institut français d’archéologie du Caire : correspondance. 1891-1893.

F/17/13602 à 13605. Institut français d’archéologie du Caire : personnel scientifique, rapports sur les travaux des membres. 1893-1933.

F/17/17240. Service des Antiquités égyptiennes. 1881-1935.

F/17/17241 à 17242. Institut français d’archéologie du Caire (en particulier campagnes des fouilles de Tanis avec de nombreuses photographies de 1931 à 1939). 1884-1939.

École française d’Athènes (Efa)

8La fondation, à Athènes, d’une « école française de perfectionnement pour l’étude de la langue, de l’histoire et des antiquités grecques », remonte à l’ordonnance du 11 septembre 1846. Aux termes de l’arrêté de 1874, l’Efa fut placée sous l’autorité du ministre de l’Instruction publique, le patronage du ministre des Affaires étrangères et la direction scientifique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Là encore, ses archives consistent essentiellement en documents de gestion politique, administrative et financière.

F/17/4105 à 4112. Organisation, fouilles de Delphes. 1860-1898. – Photographies et estampages envoyés à l’Académie des inscriptions. 1894-1895. – Fouilles et publications des travaux des membres. 1847-1898.

F/17/13596 à 13599. Organisation, rapports du directeur. Musées, fouilles, missions. 1846-1933.

École française de Rome (Efr)

9Créée par l’article 9 du décret du 26 novembre 1874 réorganisant l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, érigée en établissement distinct par décret du 20 novembre 1875, fut alors installée dans le palais Farnèse, à côté de l’ambassade française.

F/17/4129 à 4130. Travaux des membres. Missions en Algérie et en Tunisie. 1874-1899.

F/17/13600 et 13601. Organisation, rapports du directeur, membres. 1872-1934.

Fouilles archéologiques au Proche et au Moyen Orient

10Les documents contenus dans ces dossiers reflètent surtout la tutelle administrative et financière du ministère. Il faut signaler l’intérêt de ceux concernant les fouilles archéologiques en Perse, où les archéologues français ont joui d’une situation privilégiée jusqu’en 1927 grâce aux conventions successives signées dès 1884 avec le gouvernement. Leurs fouilles dans la région de Suse, au sud-ouest de l’Iran, ont fait resurgir des sables où ils étaient ensevelis les vestiges de la très ancienne civilisation de l’Élam ainsi que ceux de la florissante cité du roi achéménide Darius Ier (vers 550 - 486 av. J.-C.). À l’issue de chaque campagne de fouilles, le directeur de la mission faisait parvenir au ministère de l’Instruction publique un rapport financier, technique et archéologique, accompagné de photographies et de plans que l’on retrouve dans les dossiers.

F/17/13052. Antiquités palmyréniennes. 1883-1884. – Estampage des bas-reliefs du temple Boro-Boedoer (Java). 1887. – Monument de Philoe. 1894-1898. Il s’agit là de documentation reçue.

F/17/17243. Fouilles en Asie mineure. 1894-1928. Ce carton comme le suivant contient de la correspondance, des rapports de fouilles, de la comptabilité et des projets de réglementations des fouilles et des conventions (Le Goff & Coustinas 2007).

F/17/17244. Fouilles en Asie mineure et en Asie occidentale. 1901-1945.

F/17/17245 à 17259. Fouilles en Perse (les dossiers de campagnes de fouilles de la Mission de Susiane sont accompagnés d’albums de photographies et de plans de 1921 à 1939). 1895-1939.

F/17/17260/1 et 2. Fouilles en Afghanistan. 1925-1944.

Fouilles archéologiques en Extrême-Orient

11Créée en 1898 à Saïgon à l’instigation du gouverneur général Paul Doumer (1857-1932), la mission archéologique d’Indo-chine fut organisée en École française d’Extrême-Orient et implantée à Hanoï en 1901. Elle était placée sous le contrôle scientifique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le seul carton conservé en F/17 et la concernant comprend essentiellement des documents imprimés, des actes de fondation et des coupures de presse.

F/17/17261. Mission archéologique permanente puis École française d’Extrême-Orient. 1898-1901.

Services des Antiquités en Afrique du Nord : Algérie et Tunisie

12Rappelons encore une fois qu’il ne s’agit pas là des archives de ces services mais de documents envoyés au ministère au titre de la tutelle qu’il exerçait. On y trouve notamment les procès-verbaux de la Commission des fouilles de Carthage et la comptabilité des fouilles de Douga et Carthage.

F/17/17235. Service des Antiquités de l’Algérie. 1891-1934.

F/17/17236 à 17238. Service des Antiquités de la Régence. Fouilles de Douga et de Carthage. 1896-1939.

Mission archéologique française en Albanie

  • 2 Les ruines de cette cité romaine d’Illyrie, fondée au Ier siècle au confluent de la Zeta et de la M (...)

13Cette mission fut créée à la suite de conventions passées avec le gouvernement albanais en 1923, accordant à la France le privilège exclusif des fouilles pour une période de trente ans. Ces archives de tutelle comprennent des rapports sur les fouilles de Diocléa2, en 1896 par Armand Dayot et en 1901 par René Cagnat (1852-1937).

F/17/17262. Mission archéologique française en Albanie. 1923-1937.

Papiers de commissions ayant été rattachées au Comité des travaux historiques : Tunisie et Indochine

14Le Comité des travaux historiques a longtemps été le principal organisme d’incitation à la recherche en France. Deux commissions lui ont été rattachées, l’une pour le protectorat tunisien en 1884, l’autre pour la colonie indochinoise en 1908.

F/17/2919 à 2920. Commission de publication des documents archéologiques d’Afrique du Nord : communications, dessins, plans, estampages, photos (par ordre alphabétique des correspondants). 1882-1897.

F/17/13055 à 13060. Exploration scientifique de la Tunisie, devenue Mission de Tunisie puis Mission du Nord de l’Afrique. 1882-1898. – Publications. 1882-1887.

F/17/17155 à 17156. Commission d’Afrique du Nord. Commission des fouilles archéologiques de Tunisie, puis de publication des documents de Tunisie et d’Algérie (décembre 1884), puis de l’Afrique du Nord (1890), puis Commission d’Afrique du Nord (1892) : procès-verbaux, préparation de la Description de l’Afrique du Nord (1895), plan de Carthage. 1894-1924.

F/17/17157 à 17158. Commission archéologique de l’Indochine : correspondance archéologique. – Publications (en particulier Dossier des Bas-reliefs du Bayon d’Angkor-Thom par H. Dufour). 1900-1939.

Musée d’ethnographie et Musée Guimet

15Pour la tutelle du ministère sur les musées et l’histoire de leurs collections, on se reportera à la sous-série F/21 (Beaux-Arts) et aux versements en cotation continue de la direction des Musées. Alors que les collections d’archéologie préhistorique et les antiquités gallo-romaines provenant des missions entreprises en France étaient destinées au musée de Saint-Germain, celles provenant des missions entreprises en Italie, en Grèce, en Égypte et en Orient, relatives à l’art ou à l’histoire de ces contrées, étaient attribuées au musée de Louvre. Le cas du musée Guimet, fondé en 1879 à Lyon pour ses propres collections par Émile Guimet (1836-1918), lui-même passionné par le Japon, est particulier. En 1882, il décida de le transférer à Paris pour le rapprocher des principales institutions savantes et s’engagea, dans un projet de loi déposé en 1885, « à céder et transporter à l’État la propriété pleine et entière de ses collections ; à faire construire à Paris, à ses frais, risques et périls, sur un terrain cédé à cet effet par la ville de Paris, un immeuble plus important que celui de Lyon ». Le nouveau musée fut inauguré en 1889 et des objets orientaux provenant des missions octroyées par le ministère de l’Instruction publique y trouvèrent place. Signalons dans la sous-série F/17 les cartons suivants :

F/17/3846-F/17/3848. Musée d’Ethnographie et musée Guimet. 1888-1898.

Autres ressources dans la sous-série F/17

16Dans la sous-série F/17 sont conservés, en outre, les dossiers de carrière des fonctionnaires de l’enseignement secondaire et supérieur ou rattachés aux grands établissements scientifiques et littéraires. Il est possible de préciser le parcours des universitaires nommés par le ministère qui ont joué un rôle dans l’histoire de l’archéologie en consultant leur dossier.

F/17/20001 à 30349. Dossiers individuels du personnel allant du xixe siècle à 1971 : fonctionnaires de l’administration centrale, des enseignements primaire (directeurs d’écoles normales, inspecteurs, enseignement primaire supérieur), secondaire, technique, supérieur et des grands établissements scientifiques et littéraires.

Les expéditions archéologiques en Orient dans la sous-série F/21 (fig. 1)

17La sous-série F/21 rassemble les archives produites par les administrations en charge des Beaux-Arts du début du xixe siècle à 1959, année de la création du ministère des Affaires culturelles. Elle contient aussi un certain nombre de dossiers concernant des expéditions archéologiques en Orient, qui étaient considérées comme des missions à caractère artistique : Égypte (1819-1840), Morée (1828-1847), Troie (1874-1875), Athènes (1823-1880), Ninive (1851-1860), Mésopotamie (1851-1869) et Suse (1883-1891). Les dossiers très riches de ces missions renseignent sur leur organisation, leur déroulement et leurs résultats (correspondance, devis, rapports, documents figurés, etc.).

Fig. 1 – Mission archéologique en Perse, pièces tirées des rapports des campagnes de fouilles à Suse de 1922, 1923 et 1925. Papier, documents dactylographiés, croquis au crayon et photographies au gélatino-bromure d’argent collées sur carton, Paris, Archives nationales, F/17/ 17255 (cliché Atelier photographique des Archives nationales).

F/21/543 Missions artistiques. Généralités (1853-1860). Missions en Égypte (1817-1840).

F/21/544 et 545. Missions artistiques. Morée. 1828-1847.

F/21/546 et 547 Missions artistiques. Ninive. 1851-1860.

F/21/548 Missions artistiques. Mésopotamie. 1851-1869.

F/21/2284 à 2289 Missions artistiques et littéraires : classement alphabétique des responsables de missions. xixe siècle.

F/21/4041/A à 4050 Missions artistiques : généralités ; dossiers individuels (deux séries alphabétiques). 1840-1937.

F/21/4435/A à 4437. Missions artistiques et littéraires, dossiers des responsables de mission (classement alphabétique). xixe siècle.

Des ressources renouvelées

18La réorganisation administrative du financement des fouilles archéologiques françaises à l’étranger après la seconde guerre mondiale n’a pas été sans conséquences sur la géographie de la conservation des sources des fouilles archéologiques françaises menées après 1945.

19Les années 1940 ont vu le renouveau de l’encadrement juridique et réglementaire relatif à l’archéologie (loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques, complétée par la loi de 1945, etc.). Ce renouvellement du cadre juridique s’est accompagné de réformes administratives et de réorganisation.

20Ainsi, en 1945, la Commission des fouilles et missions archéologiques fut créée au sein de la direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques du ministère des Affaires étrangères, à la suite de la refondation, à l’automne 1944, du Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) par Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) et de la définition renouvelée de son périmètre. L’instauration de cette commission se -voulait une réponse aux débats ouverts depuis septembre 1944, au sein des comités directeurs des sciences humaines au Cnrs, sur la place de l’archéologie (Gran-Aymerich 2007).

  • 3 Archives nationales, archives émanant du Centre national de la recherche scientifique, versements 1 (...)

21On consultera avec profit les procès-verbaux du comité directeur des sciences humaines et des comités spécialisés précédents (notamment les sous-commissions en charge des fouilles archéologiques) pour retrouver les échanges qui ont prévalu à cette organisation ou qui en ont découlé3.

19800284/205 : procès-verbaux de la commission puis du comité directeur des sciences humaines (1944-1945). 19800284/218 : procès-verbaux de la sous-commission fouilles.

19780305/11 : archives de Lejeune, directeur-adjoint du Cnrs : procès-verbaux de la commission des fouilles (1950-1960).

22Les archives émanant du Cnrs donnent donc à voir la mise en place de la répartition administrative en matière d’archéologie au sortir de la seconde guerre mondiale, répartition organisée selon la distinction archéologie métropolitaine versus archéologie à l’étranger. Pour autant, l’organisation découlant de ce principe de distinction métropole-étranger/colonies n’était pas spécifique à la discipline archéologique et se donne à voir dans d’autres champs, comme celui de l’ethnologie.

23Les archives du Cnrs conservent également des dossiers de suivi d’équipes de recherches et de laboratoires, organisés par code d’identification des unités considérées.

20060367/85-20060367/86. Dossiers de laboratoires gérés par le département des Sciences de l’homme et de la société du Cnrs. Dossiers de suivi de l’activité de l’École française de Rome et de l’École française d’Athènes.

  • 4 On évoquera comme exemples, afin de suggérer la richesse de ces dossiers d’aide à l’édition scienti (...)

24De la même manière, les publications liées aux fouilles françaises à l’étranger ont pu faire l’objet d’une aide à l’édition scientifique de la part du Cnrs qui a entraîné la constitution de dossiers, consultables au sein du versement 20140310. Celui-ci s’articule en demandes de subventions de particuliers, de revues ou d’organismes ; la recherche par noms propres peut ainsi, par le biais du financement de l’édition, donner à voir les calendriers, les logiques et les réseaux des publications de fouilles4.

25Enfin, les échanges de scientifiques à l’étranger ont suscité la constitution de dossiers au sein des services en charge des relations internationales au Cnrs et de la préparation des missions ; ces dossiers, classés par pays et non par discipline, s’intéressent aussi bien à des chercheurs dont la présence peut potentiellement avoir des répercussions patrimoniales qu’à des chercheurs en sciences expérimentales. Leur dépouillement nécessaire par pays rend alors compte de l’inscription générale de l’archéologie dans les échanges et collaborations scientifiques avec l’étranger. Les rapports de missions qu’ils contiennent peuvent s’avérer particulièrement précieux, comme l’indiquent les documents conservés sous les cotes 20020168.

26Si, administrativement, l’organisation de fouilles archéologiques à l’étranger est rattachée au ministère des Affaires étrangères à partir de 1945, des liens nécessaires subsistent néanmoins avec des instances rattachées à l’administration de l’Éducation nationale (puis de la Culture), de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Nous n’évoquerons pas ici les archives des services successifs du ministère de la Culture en charge de l’archéologie conservées aux Archives nationales, leurs missions étant centrées sur le patrimoine archéologique métropolitain. Leurs versements sont pourtant particulièrement riches et bien organisés : on consultera à cet égard avec profit l’inventaire du versement 19970547.

27Le suivi administratif des écoles françaises à l’étranger est assuré par la direction de la recherche et de l’enseignement supérieur puis les organismes qui lui ont succédé. Les dossiers qui s’y rapportent et dont l’articulation est scandée au rythme des versements de la direction (voir inventaires détaillés des versements 19771368, 19870178, 19910685 et 19950105) renseignent tant sur les financements dont bénéficient les établissements que sur les rapports d’activité qu’ils établissent, leurs installations, le renouvellement de leurs équipements et de leurs équipes, etc.

28De la même manière, les dossiers des services en charge des relations internationales ou de la coopération au ministère de l’Éducation nationale peuvent également apporter de nombreuses informations sur l’inscription des missions archéologiques dans le paysage plus général de la collaboration intellectuelle entre deux pays. À la différence de ceux établis par le Cnrs, ils sont généralement moins axés sur les personnes que sur les rapports d’institution à institution. Parmi les versements de ces services, on consultera les versements 19910830 et 20130400, dont les inventaires détaillés sont disponibles sur le site internet des Archives nationales.

29Le développement des actions de recherches programmées et leur financement par les administrations spécifiquement en charge de la recherche a créé ainsi, à partir des années 1970, des ensembles archivistiques consacrés au montage des projets et à leur suivi. Leur dépouillement peut ainsi faire remonter des suivis de financement de fouilles à l’étranger.

20060244/1-20060244/2. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Direction de la recherche. Dossiers d’aide à la recherche concernant l’Association des anciens et amis de l’école biblique et archéologique française de Jérusalem.

30Par ailleurs, hors du territoire métropolitain, le périmètre de la Commission du ministère des Affaires étrangères s’arrêtait là où commençait celui du ministère des Colonies et de son bras scientifique, l’Office de la recherche scientifique et technique en Outre-Mer (Orstom), créé en 1943 et devenu Institut de recherche pour le développement (Ird) en 1998. On consultera avec profit les dossiers de la direction du Développement (service Enseignement, culture et recherche) du ministère de la Coopération.

19930402/106-19930402/116 : recherches en archéologie.

31Outre les dossiers généraux, les versements 19930402/109 à 19930402/116 contiennent des dossiers récapitulatifs par pays : Cameroun, Congo, Côte-d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad.

32Ce triptyque institutionnel Affaires étrangères-Culture-Outre-Mer, concernant la répartition des missions archéologiques, est pondéré par l’existence d’équipes de recherche associant aussi bien des personnels de ces services que d’autres rattachés à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. La réforme du Cnrs en 1966 a ainsi permis la création de laboratoires associés, ancêtres des unités mixtes de recherches, ouvrant la voie à de fructueuses collaborations.

33Par ailleurs, à côté des archives institutionnelles, les personnes, passant de missions de fouilles à l’étranger à d’autres institutions de type patrimonial par exemple, peuvent avoir constitué des dossiers intéressant la question des sources archivistiques de fouilles françaises à l’étranger. Il convient donc de considérer les fonds personnels identifiés – par exemple le fonds Christiane Desroches-Noblecourt (1913-2011), en cours de traitement archivistique – ou les fonds individuels compris dans des fonds institutionnels – ainsi du fonds d’archives de Maxime Collignon (1849-1917), entré aux Archives nationales par le biais du service d’archives de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, sous le numéro de versement 20130334.

34Enfin, les fouilles archéologiques françaises à l’étranger peuvent avoir eu des conséquences patrimoniales : on consultera alors avec profit les fonds dits « Archives des musées nationaux », transférées en 2015 aux Archives nationales (Poizat & Rey-Freudenreich 2011 ; Prevet & Rey-Freudenreich 2011). Ainsi, sous la cote 20140044, les documents rassemblés sous les cotes 20140044/6 à 20140044/10 portent sur les origines des collections conservées au département des Antiquités grecques et romaines du musée du Louvre et sont donc en lien avec les fouilles d’extraction des items. Des fonds d’origine personnelle viennent compléter ce panorama : dans le fonds Christiane Desroches-Noblecourt, l’ensemble conservé sous la cote 20150308 porte sur la gestion, sous sa direction, du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre ; il met en lumière les liens entre la France et l’Égypte, notamment en matière de fouilles archéologiques : on y trouve des documents relatifs aux chantiers menés à Deir el-Médineh dans la vallée des Rois, à Tôd dans la vallée des Reines, ainsi qu’à Tanis.

35La consultation de documents aux Archives nationales peut donc s’avérer très précieuse pour toute recherche ou relecture de documents concernant des fouilles archéologiques françaises à l’étranger ; de surcroît, dans une perspective plus large, la confrontation avec les archives relatives aux politiques d’archéologie française en métropole ou dans les territoires d’outre-mer permet d’autant mieux de faire ressortir les caractéristiques de ces fouilles françaises à l’étranger, et leurs spécificités.

Haut de page

Bibliographie

Antoine M.-É. 1977. « La division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique », Comité des travaux historiques, bulletin de la section d’histoire moderne et contemporaine, fasc. 10.

Daugeron B. et Le Goff A. (dir.). 2014. Penser/Classer/Administrer. Pour une histoire croisée des collections, Paris, Éditions du Cths / Mnhn (Comité des travaux historiques et scientifiques / Museum national d’histoire naturelle).

Gran-Aymerich È. 2001. « L’archéologie française à l’étranger », La Revue pour l’histoire du Cnrs [En ligne], 5 , mis en ligne le 20 juin 2007 : http://histoire-cnrs.revues.org/3402.

Le Goff A. 2010. « Érudits de terrain et chercheurs d’aventures : les dossiers individuels des voyageurs dans les archives du ministère de l’Instruction publique (xixe siècle et début du xxe siècle) », in : Charmasson T. (dir.), Voyages et voyageurs. Sources pour l’histoire des voyages, Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques) : 51-68.

Le Goff A. 2010. « Images et fantômes d’images dans les dossiers individuels des missions scientifiques aux Archives nationales » in : Demeulenaere-Douyère C., Plouvier M. & Souchon C. (dir.), Des images et des mots. Les Documents figurés dans les archives , Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques) : 167-182.

Le Goff A. & Coutsinas N. 2007. « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie. L’exemple de la fouille d’Aphrodisias en 1905 », Les Nouvelles de l’archéologie, 110 : 40-47.

Le Goff A. & Prevost Urkidi N. 2011. Hommes de guerre, hommes de science. Le colonel Doutrelaine, édition critique de sa correspondance, Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques).

Plouvier M. (dir.). 2012. Guide des sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales et aux Archives de Paris, Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques).

Poizat G. & Rey-Freudenreich É. 2011. Les Archives des musées nationaux : guide de recherche, Paris, Archives nationales, Sbadg (Service de la bibliothèque, des archives et de la documentation générale).

Prevet A., Rey-Freudenreich É. & Vaillant S. 2011. État général des fonds des archives des musées nationaux, Paris, Archives nationales, Sbadg (Service de la bibliothèque, des archives et de la documentation générale).

Haut de page

Annexe

Annexe : Instruments de recherche principaux

• F/17/1532 à 1562, 2754 à 4273, 6881 à 6887, 13052 à 13065, 13268 à 13317, 13396 à 13618, 17130 à 17498. Inventaire des papiers de la division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique et des services qui en sont issus (sous-série F 17) 2 t., par M.-E. Antoine et S. Olivier, Paris, Arch. nat., 1975, et 1981, p.1-374 et p. 382-971.

• « F/17/2909 à 2914/3 Ministère de l’Instruction publique. Commission de l’exploration scientifique du Mexique (1862-1893) ». Rép. méthodique et semi-analytique, par A. Le Goff et N. Prevost Urkidi, 2009, 106 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/17/2925 à 3014, 17225 à 17294. Service des missions. Index nominatif des voyageurs et index géographique des destinations de leurs missions », par A. Le Goff, 2005, 136 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/17/2930 à 2932, 4148, 13602 à 13604, 17242/1 à 17242/2. Institut français d’archéologie orientale du Caire (1880-1946) ». Inventaire par M-E. Antoine et S. Olivier, revu et complété par Lina Sbeih, sous la dir. d’A. Le Goff, 2009, 12 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/17/2933 à 3014 et 17265 à 17294. Ministère de l’Instruction publique, service des missions. Missions... en Afrique : dossiers individuels (1828-1937) ». Inventaire-index, par Sonia Lévin, sous la dir. d’A. Le Goff, 2009, 41 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/17/2933 à 3014 et 17265 à 17294. Ministère de l’Instruction publique, service des missions. Missions... en Russie : dossiers individuels (1846-1937) ». Inventaire-index, par N. Klimentchenko, A. Lavrionova, K. Semenova, sous la dir. d’A. Le Goff, 2009, 25 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/17/2925-3014, 17243, 17265-17294. Ministère de l’Instruction publique, service des missions. Missions scientifiques et littéraires en Grèce et en Asie Mineure (1846-1937) ». Inventaire thématique établi par N. Coutsinas, sous la dir. d’A. Le Goff, 2009, 19 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• « F/172933/1 à 3014/B, F/17/17265 à 17294. Ministère de l’Instruction publique, service des missions. Missions archéologiques au Proche-Orient. Dossiers individuels (1849-1938) ». Inventaire - index, par Nadia Coutsinas, sous la direction d’A. Le Goff, 15 p. ; en ligne sur le site Internet des AN

• « F/17/2959/A à 2959/C2. Mission Dutreuil de Rhins en Haute-Asie (1881-1906) ». Rép. num. détaillé, par M.-A. Domergue, sous la dir. d’A. Le Goff, 2007, 8 p. ; en ligne sur le site Internet des AN.

• Les Archives des musées nationaux : guide de recherche, par Gilles Poizat et Élisabeth Rey-Freudenreich, dernière mise à jour en 2011.

• État général des fonds des archives des musées nationaux, par Alain Prevet, Élisabeth Rey-Freudenreich et Séverine Vaillant, dernière mise à jour en 2011.

Haut de page

Notes

1 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv.

2 Les ruines de cette cité romaine d’Illyrie, fondée au Ier siècle au confluent de la Zeta et de la Moratcha, sont proches de Pogdorica, capitale du Montenegro.

3 Archives nationales, archives émanant du Centre national de la recherche scientifique, versements 19780305 et 19800284.

4 On évoquera comme exemples, afin de suggérer la richesse de ces dossiers d’aide à l’édition scientifique, celui dressé au nom d’André Parrot (1901-1980), disponible sous la cote 20140310/46, ou celui de Maurice Dunand (1898-1987), conservé sous la cote 20140310/27.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mission archéologique en Perse, pièces tirées des rapports des campagnes de fouilles à Suse de 1922, 1923 et 1925. Papier, documents dactylographiés, croquis au crayon et photographies au gélatino-bromure d’argent collées sur carton, Paris, Archives nationales, F/17/ 17255 (cliché Atelier photographique des Archives nationales).
URL http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/nda/docannexe/image/3809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Le Goff  et Emmanuelle Giry, « Les missions archéologiques françaises à l’étranger dans les fonds des Archives nationales »Les nouvelles de l'archéologie, 145 | 2016, 57-63.

Référence électronique

Armelle Le Goff  et Emmanuelle Giry, « Les missions archéologiques françaises à l’étranger dans les fonds des Archives nationales »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 145 | 2016, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/nda/3809 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/nda.3809

Haut de page

Auteurs

Armelle Le Goff 

Conservateur général honoraire du patrimoine, Archives nationales, Comité des travaux historiques et scientifiques, section Histoire contemporaine et du temps présent.
le-goff.ext@culture.gouv.fr

Emmanuelle Giry

Conservateur du patrimoine, Archives nationales, département éducation, culture et affaires sociales.
emmanuelle.giry@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search