Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Pierre Bourdieu, Interventions. 1...

Pierre Bourdieu, Interventions. 1961-2001

Igor Martinache
Interventions, 1961-2001
Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Marseille, Agone, coll. « Contre-feux », 2022, 487 p., 1ère éd. 2002, introd. Franck Poupeau & Thierry Discepolo, ISBN : 2-910846-62-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi lesquels on peut relever notamment la parution du dernier volume de ses cours au Collège de F (...)
  • 2 Sur cette imposition fallacieuse d’une interprétation comme nécessité d’un « non-engagement » du ou (...)

1Dans le florilège éditorial qui accompagne la commémoration du vingtième anniversaire de la disparition de Pierre Bourdieu1, on peut noter la réédition « revue, complétée et actualisée » par les éditions Agone du recueil de différents textes d’« interventions » qui s’étalent sur près de cinq décennies. Vingt ans après la première édition, ces textes sonnent toujours autant, si ce n’est plus encore, en phase avec l’actualité et montrent la clairvoyance du sociologue. Mais ils viennent aussi et surtout interroger le lien entre le savant et le politique, et battre en brèche les injonctions à la « neutralité axiologique » que mettent en avant des lectures trop pressées – ou malhonnêtes ? – de Max Weber2.

  • 3 Sur les affrontements autour de Pierre Bourdieu dans l’arène intellectuelle, voir Duval Julien et a (...)

2Le recueil a été rassemblé par le sociologue Franck Poupeau (l’un des principaux continuateurs du travail de Pierre Bourdieu) et par Thierry Discepolo (le directeur des éditions Agone). Ils rappellent ainsi dans leur introduction générale la réception très contrastée dont ce dernier a fait l’objet depuis sa disparition, et même dès son engagement aux côtés des grévistes du mouvement de l’hiver 1995 contre le plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale3. Paradoxalement, les interventions de Pierre Bourdieu dans le débat public sont bien antérieures et en réalité aussi anciennes que son entrée en sociologie ; elles font de ce fait partie intégrante de sa conception du métier de sociologue. Cette position assumant la nécessité de prendre parti est cependant moins tournée contre les professionnels de la politique que contre ceux de l’analyse politique, ces « doxosophes », demi-savants autorisés par les règles du champ médiatique à commenter l’actualité politique, et dont les propos scientifiquement mal fondés ou infondés colportent et entretiennent de nombreux lieux communs mystificateurs. À l’inverse, par ses interventions, Pierre Bourdieu prônait la nécessité de « politiser les choses en les scientificisant » (p. 12) et ainsi de « penser la politique sans penser politiquement » (Ibid.) – une ligne de crête sur laquelle il semble être parvenu à cheminer jusqu’au bout si l’on en juge la lecture de ses tribunes et autres discours, signés seul ou dans le cadre de différents « intellectuels collectifs » qu’il s’est employé à créer.

  • 4 Sans oublier d’autres conflits moins médiatisés au Yémen, en Palestine et dans certains pays africa (...)

3Même s’il n’est pas exhaustif, ce recueil ne saurait être recensé dans son intégralité, compte tenu de sa densité. Il comporte au total 12 parties, qui suivent un ordre à la fois chronologique et thématique. À l’heure où l’on commémore le cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie et où un autre conflit bat son plein en Ukraine4, la première partie résonne avec cette actualité de manière particulièrement troublante. Ainsi ce texte paru dans la revue Esprit en 1961 à propos de la « révolution dans la révolution », où Pierre Bourdieu écrit que « la guerre et ses séquelles ne font que précipiter le mouvement de désagrégation culturelle que le contact des civilisations et la politique coloniale avaient déclenché » (p. 32). La deuxième partie porte quant à elle sur l’éducation et les formes de domination dont elle est le lieu et l’instrument. Y sont reproduits notamment le texte d’un appel à la tenue d’états généraux de l’enseignement et de la recherche qui n’a rien perdu de son urgence, ainsi qu’un retour sur la réception des Héritiers de de la Reproduction, vingt-cinq ans après la publication du premier. La partie suivante revient sur les sorties de Pierre Bourdieu contre les « doxosophes », à commencer par ceux qui gravitaient autour de la revue Esprit justement, et qui le lui ont bien rendu. Viennent ensuite des textes qui portent sur l’autonomie scientifique, dont la nécessité a justifié la création de la revue Actes de la recherche en sciences sociales et son projet original, ici rappelé, ainsi que la reproduction du fameux article co-écrit avec Luc Boltanski en 1976 sur la « production de l’idéologie dominante ». Suivent des écrits sur la clôture du champ politique où Pierre Bourdieu défend notamment la fausse candidature de Coluche en 1981 contre les accusations mal placées de « populisme » dont ce dernier a alors fait l’objet. Cette partie présente également des notes sur la manière dont le sociologue a été instrumentalisé par la CFDT et quelques-uns de ses intellectuels organiques au moment où il s’agissait de soutenir le syndicat Solidarnosc contre la répression du régime polonais en 1981.

  • 5 Il écrit à cette occasion dans Liber que « les questions de mots sont souvent des questions de vie (...)

4La sixième partie revient sur l’éducation et l’investissement de Pierre Bourdieu dans la rédaction de deux rapports pour le gouvernement socialiste, dont il se méfiait pourtant déjà fortement. L’ouvrage s’arrête également plus loin sur l’investissement du sociologue dans la construction d’un intellectuel collectif à l’échelle européenne, à travers notamment la création de la revue Liber, visant à décloisonner les champs littéraires, artistiques et intellectuels, mais aussi les espaces nationaux européens, soit rien de moins que de créer une « internationale des intellectuels », ainsi que s’intitulait l’une de ses conférences donnée à Turin en 1989. La responsabilité qu’il incombe selon lui à ces derniers l’a alors amené à prendre position publiquement à propos de la guerre en (ex-)Yougoslavie au début des années 19905, ou de la xénophobie d’État imposée au même moment par Charles Pasqua depuis la place Beauvau, tout particulièrement à l’égard des Algérien.ne.s, vis-à-vis desquels le « refoulé » – dans tous les sens du terme – est particulièrement vivace.

5Les trois dernières parties reviennent enfin sur son engagement aux côtés des mouvements sociaux contre le « néolibéralisme » qui triomphe à la fin de sa vie, véritable « restauration » ou « révolution conservatrice » à ses yeux. Les médias jouent un rôle crucial dans la domination symbolique qui sous-tend le déploiement de politiques économiques très libérales et la destruction de toutes les digues sociales, dont Pierre Bourdieu s’est, avec de nombreux autres, employé à montrer les effets délétères dans La Misère du monde (1993). Cela explique notamment la place de choix laissée à la critique des médias dans la petite collection « Liber » de la maison d’édition Raisons d’Agir fondée par le sociologue. Bien que significativement occultés par les principaux médias écrits et audiovisuels jusqu’à aujourd’hui, les deux premiers titres qui y sont parus ont réalisé des ventes record : Sur la télévision (1996), transcription de deux émissions signée par Pierre Bourdieu lui-même ; et Les nouveaux chiens de garde (1997) du journaliste Serge Halimi, aujourd’hui directeur du Monde diplomatique. On retrouve d’ailleurs ici également la version préliminaire d’un article publié justement dans ce mensuel, où Pierre Bourdieu analyse son invitation dans l’émission « Arrêt sur images » pour montrer l’impossibilité de critiquer les médias jusque dans une émission de critique des médias. Puis, le volume se conclut par divers textes, publiés ou lus en public, où Pierre Bourdieu explique en quoi la globalisation néolibérale constitue une véritable rupture civilisationnelle. Ce faisant, il soutient les mouvements altermondialistes qui tentent de lui faire barrage, y compris au sein de la construction européenne. Là encore, ces diagnostics n’ont rien perdu de leur acuité, tout au contraire, à l’heure où les « bienfaits » du libre-échange sont moins évidents, et où certains s’entêtent à remettre en cause les services publics et la protection sociale quoiqu’il en coûte…

Haut de page

Notes

1 Parmi lesquels on peut relever notamment la parution du dernier volume de ses cours au Collège de France (Bourdieu Pierre, L’intérêt au désintéressement, Paris, Raisons d’agir-Seuil, 2022) et la reconstitution posthume du grand œuvre qu’il projetait pour présenter sa théorie des champs (Bourdieu Pierre, Microcosmes, Paris, Raisons d’Agir, 2022).

2 Sur cette imposition fallacieuse d’une interprétation comme nécessité d’un « non-engagement » du ou de la chercheure en sciences sociales imposée par Julien Freund, voir la nouvelle traduction commentée proposée par Isabelle Kalinowski de sa fameuse conférence sur le Beruf de savant : Weber Max, Kalinowski Isabelle, La science, profession et vocation, Marseille, Agone, 2005 ; compte rendu de Philippe Roman pour Lectures : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/lectures.303.

3 Sur les affrontements autour de Pierre Bourdieu dans l’arène intellectuelle, voir Duval Julien et al., Le « décembre » des intellectuels français, Paris, Raisons d’Agir, 1998.

4 Sans oublier d’autres conflits moins médiatisés au Yémen, en Palestine et dans certains pays africains…

5 Il écrit à cette occasion dans Liber que « les questions de mots sont souvent des questions de vie ou de mort. Les luttes symboliques ont pour enjeu des mots, et des mots qui tuent parce que, convertis en mots d’ordre, en slogans mobilisateurs, en ordres de mobilisation, ils constituent en essences déshistoricisées, naturalisées, les populations qu’ils désignent et leurs particularités » (p. 351) – rappel ô combien pertinent à l’heure où certain.e.s candidat.e.s à l’élection présidentielle se livrent à une surenchère verbale à l’égard de certains groupes parmi nos concitoyen.ne.s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Pierre Bourdieu, Interventions. 1961-2001 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/lectures/54955 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/lectures.54955

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search