Navigation – Plan du site

AccueilLa revueRédacteur·rices

Rédacteur·rices

2044 résultats sur 69 pages

  • Bouba Latyr Seck

    Étudiant en philosophie et en histoire générale à l’université de Genève.

  • Élève à l’École normale supérieure, étudiant en master de sciences sociales.

  • Cyprien Rousset

    Doctorant au Centre de sociologie des organisations (Sciences Po/CNRS).

  • Emmanuel Cayre

    Doctorant en science politique à l’Institut des sciences sociales du politique, agrégé de sciences économiques et sociales.

  • Stéphane Marpot

    Doctorant en sociologie, Edytem, UMR 5204 CNRS, USMB. Après des recherches anthropologiques interrogeant les relations que les humains entretiennent avec des entités autres qu’humaines telles que les androïdes ou les bactéries, il étudie le vécu émotionnel des randonneu·r·se·s à l’égard du milieu montagnard en s’appuyant sur une approche écologique.

  • Marie Cordenier

    Marie Cordenier est titulaire d’une maîtrise en études cinématographiques (Université Sorbonne Nouvelle– Paris 3) et d’un master en réalisation documentaire de création (Université Stendhal Grenoble 3 / Ardèche Images, Lussas). Elle exerce le métier de monteuse image, pour des projets documentaires.

  • Romane Rozencwajg

    Doctorante au CRESPPA (Labtop), travaille sur le militantisme existentiel et les modes de vie post-capitalistes en milieu rural.

  • Grégory Gandon

    Professeur agrégé des sciences de la vie, de la Terre et de l’univers.

  • Luz Ascarate

    ATER en philosophie à l’INSPE et au département de philosophie de l’université Franche-Comté. Doctorante en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Docteure en philosophie et sciences sociales de l’EHESS.

  • Eric Briys

    Co-fondateur de www.cyberlibris.com.

  • Olivier Mouginot

    Maître de conférences en didactique du FLE/FLS, Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles, Université de Bourgogne-Franche-Comté.

  • Lolita Gillet

    Lolita Gillet est éditrice au sein du laboratoire ESPI Réflexions et recherches, attaché au Groupe de l’École supérieure des professions immobilières.

  • Léa Pertel

    Léa Pertel est diplômée en science politique à l’Université de Rennes 1. Après avoir étudié les enjeux de la gestion de la pêche à Saint-Pierre-et-Miquelon, ses pas l’ont mené en Estonie et en Lettonie où elle a découvert l’existence des populations minoritaires finno-ougriennes pour lesquelles elle éprouve un véritable intérêt. Elle a ainsi participé à des enquêtes ethnographiques sur le terrain, à la rédaction d'articles scientifiques et à des colloques. Outre ses activités de recherche, elle travaille également à la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA).

  • Nicolas Mariot

    Chercheur au CNRS au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, CNRS - EHESS - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

  • Victoire Sessego

    Ancien·ne élève de l’ENS Paris-Saclay, Victoire Sessego réalise une thèse en sociologie économique sur l’économie invisible dans les classes moyennes supérieures et supérieures. Elle s’appuie en partie sur la définition de Louis Maurin pour définir son terrain.

  • Pierre-Louis Ballot

    Post-doctorant, Université Grenoble Alpes, UMR 5194 Pacte.

  • Marc Humbert

    Professeur émérite d’économie politique à l’université de Rennes, concepteur en 1980 du concept de système industriel mondial, co-fondateur en 2002 du réseau-projet PEKEA (a Political and Ethical Knowledge on Economic Activities / une approche politique et éthique des activités économiques), initiateur et co-animateur depuis 2010 du mouvement « convivialiste » inspiré par le concept de convivialité d’Ivan Illich et co-fondateur de l’internationale convivialiste en 2021.

  • Marine Bobin

    Docteure en anthropologie, membre associée au Lisst-cas.

  • Hassina Bourihane

    Étudiante en maitrise en sociologie à l'Université Laval à Québec, et assistante de recherche sur les politiques publiques, je rédige actuellement un mémoire de recherche sur le sujet des formes de sécularisation et de laïcisation de l’islam en France.

  • Sébastien Lemerle

    Maître de conférences, Université de Paris Nanterre / Cresppa.

  • Benoit Giry

    Maître de conférences en sociologie à Sciences Po Rennes, chercheur au laboratoire Arènes (CNRS UMR 6051).

  • Pierre Blavier

    Chargé de recherche CNRS au laboratoire Clersé (Lille, UMR 8019).

  • Lucie Rondeau du Noyer

    Professeure agrégée d’histoire, chargée de cours au département de géographie de l’ENS de Paris.

  • Karim Souanef

    Maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille.

  • Hugo Pereira

    Étudiant de l’ENS de Lyon en master 2 de lettres modernes, option littérature française. Ses axes de recherche sont l’écriture des émotions, la poésie, la prose poétique et le XXe siècle.

  • Jane Cluzeau

    Doctorante contractuelle en philosophie politique à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Domaines de recherche : processus de radicalisation et radicalités ; philosophie politique ; éthique et morale ; philosophie de la violence ; terrorisme.

  • Mathilde Buliard

    Doctorante contractuelle à l’Université Bordeaux Montaigne.

  • Karim Ouaras

    Maître de conférences en sociolinguistique et analyse du discours, Université d’Oran 2.

  • Sandrino Graceffa

    Après une longue expérience de dirigeant d’entreprises coopératives, Sandrino Graceffa se consacre aujourd’hui à une thèse de sociologie sur les travailleurs autonomes. Il est membre du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE) - UMR 3320 CNRS et Conservatoire national des arts et métiers.

  • Julie Pluies

    Doctorante en anthropologie, coordinatrice de l’Observatoire de la maltraitance envers les enfants, Université de Lausanne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search