Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160Comptes rendus et notes critiquesLUC (Jean-Noël), CONDETTE (Jean-F...

Comptes rendus et notes critiques

LUC (Jean-Noël), CONDETTE (Jean-François) et VERNEUIL (Yves), Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle

Paris, Armand Colin, 2020, 412 p.
Damiano Matasci
p. 334-337
Référence(s) :

LUC (Jean-Noël), CONDETTE (Jean-François) et VERNEUIL (Yves), Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle, Paris, Armand Colin, 2020, 412 p.

Texte intégral

  • 1 John L. Rury, Eileen H. Tamura (éd.), The Oxford Handbook of the History of Education, New York, O (...)
  • 2 Tanya Fitzgerald (éd.), Handbook of Historical Studies in Education. Debates, Tensions, and Direct (...)
  • 3 Ellis Heather, Mark Freeman, Stephanie Olsen (éd.), « Mapping the History of Education: Intersecti (...)
  • 4 Rita Hofstetter, Solenn Huitric (dir.), « Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective i (...)

1L’actualité scientifique de ces dernières années atteste clairement que la synthèse est devenue un exercice très en vogue en histoire de l’éducation. On s’en souvient, en 2019 et 2020 sont parus deux imposants Handbooks. Le premier, dirigé par John L. Rury et Eileen H. Tamura, propose une « perspective globale sur le développement historique des institutions éducatives, des systèmes éducatifs, des idées sur l’éducation et des expériences éducatives »1. Le deuxième, édité par Tanya Fitzgerald, fournit un panorama des « débats théoriques et méthodologiques qui sous-tendent le champ des recherches historiques en éducation »2. Rassemblant plusieurs dizaines d’auteurs, issus en grande majorité du monde académique anglo-saxon, ces deux entreprises éditoriales partagent la même ambition, celle d’établir un état des lieux des travaux passés et en cours, tout en présentant les tendances historiographiques qui caractérisent ce champ d’études. Plus récemment, la revue britannique History of Education, qui célèbre en 2023 son cinquantième anniversaire, a décidé de consacrer un double numéro à l’évaluation de l’état de la recherche dans toutes les régions du monde, de l’Amérique latine à l’Océanie, en passant par l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie3. Enfin, en ce qui concerne le monde francophone, il convient de signaler le numéro 154 d’Histoire de l’éducation, paru en 2020, qui dresse une cartographie de la discipline à l’échelle internationale, accompagnée par des bilans nationaux sur la France, l’Espagne, l’Angleterre, le Portugal et les pays baltes4.

  • 5 Signalons néanmoins la récente réédition de l’ouvrage Schulgeschichte in Deutschland, rédigé par G (...)

2Ces initiatives, fort bienvenues, permettent de faire le point sur un champ de recherche immense et qui ne cesse de se renouveler. L’ouvrage recensé ici se situe sur un registre analogue, tout en s’en distinguant de manière significative. Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil réactivent en effet la tradition française de la synthèse monographique nationale, un exercice qui connaît relativement peu d’équivalents dans d’autres pays5. Très favorablement accueillie par la communauté académique, si l’on se tient aux nombreux comptes rendus parus jusqu’ici, cette Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIsiècle s’inscrit en effet dans le sillage d’ouvrages plus anciens et bien connus : on pense notamment à L’enseignement en France, 1800-1967 d’Antoine Prost, publié en 1968 chez le même éditeur, aux tomes III et IV de l’Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, rédigés respectivement par Françoise Mayeur et Antoine Prost (1981), ou encore à l’une des dernières synthèses disponibles sur le sujet, L’école en France du XIXe siècle à nos jours : de la maternelle à l’université de Pierre Albertini, parue en 1992 et plusieurs fois mise à jour.

3Les auteurs – des figures marquantes de la discipline, membres depuis plusieurs années du comité de rédaction d’Histoire de l’éducation – ont réussi à relever un défi particulièrement exigeant, voire périlleux, tant la tâche de synthétiser plus de deux siècles d’histoire en quelques centaines de pages peut se révéler ardue. Au cours de ces dernières années, en effet, l’historiographie s’est enrichie non seulement sur le plan quantitatif mais aussi sur celui de la diversité des approches, des problématiques et des thèmes abordés. Pour restituer cette histoire complexe, le livre adopte une trame chronologique structurée en trois temps, avec les années 1880 et 1944 comme points de césure. Dans chacune de ces grandes parties, des chapitres distincts examinent l’évolution de l’enseignement primaire, secondaire, technique/professionnel et supérieur. Le lecteur prend ainsi très aisément connaissance des enjeux spécifiques à chaque ordre scolaire au cours d’une période donnée, que ce soit au niveau « du cadre institutionnel, des établissements, des usagers, des personnels, des contenus enseignés et des méthodes » (p. 14). D’autres chapitres plus ponctuels fournissent des éclairages sur des « faits particuliers », comme les grandes réformes de la fin du XIXe siècle, les débats autour de l’« École unique », les deux guerres mondiales ou encore Mai 68. Le livre se clôt sur une très originale quatrième partie, qui offre une analyse multidimensionnelle et sur la longue durée du processus de scolarisation. Grâce à une lecture d’ensemble du phénomène, mettant au jour les continuités et les ruptures, cette section répond bien à l’un des objectifs initiaux des auteurs, qui est de montrer que l’accès à l’instruction de la population française est une « œuvre de longue haleine » et une « entreprise discontinue » (p. 7). Des données statistiques, une chronologie et une bibliographie sélective complètent enfin le tableau.

4Sur le plan historiographique, l’ouvrage intègre les résultats des nouveaux chantiers de recherche qui se sont développés ces dernières années. Des sujets comme l’école en guerre, le rôle de l’éducation nouvelle dans la rénovation pédagogique dès l’entre-deux-guerres et la place de l’enseignement technique et professionnel sont particulièrement bien traités, tout comme les questions de genre et la « matérialité » de l’éducation. Loin de se limiter à l’étude des institutions scolaires, le livre propose aussi une véritable histoire sociale, attentive aux acteurs à l’œuvre (enseignante.s, élèves, familles, milieux philanthropiques, religieux et patronaux) et aux échelles locales. Certes, comme le signalent d’emblée les auteurs, mais également plusieurs autres recensions déjà disponibles, certaines thématiques restent relativement dans l’ombre, à l’image de l’enseignement populaire et d’autres formes d’éducation extrascolaires qui ne tombent pas directement sous la responsabilité de l’Université, puis du ministère de l’Instruction publique et de l’Éducation nationale. Il n’empêche que l’ouvrage fournit un récit très complet de cette histoire pluriséculaire : les auteurs la restituent de surcroît avec brio, déconstruisant au passage quelques idées reçues encore tenaces dans l’espace public.

5Si on le compare avec les travaux anglophones mentionnés plus haut, force est de constater, toutefois, que l’ouvrage débouche sur une vision quelque peu hermétique de l’évolution scolaire française. D’une part, celle-ci n’est que faiblement inscrite dans le contexte international. L’ensemble des questions abordées tout au long des pages relève pourtant de processus et de transformations que la France partage avec ses voisins européens (et bien au-delà). Une démarche comparative plus poussée aurait pu fournir de nouveaux éléments pour comprendre la trajectoire éducative nationale, ainsi que le montre le chapitre consacré au « désenchantement scolaire » depuis les années 1970, qui s’appuie avantageusement sur les données disponibles dans les pays de l’OCDE. D’autre part, l’éducation en contexte colonial et postcolonial ne fait l’objet que de quelques pages, alors que la recherche anglo-saxonne lui accorde une attention beaucoup plus marquée (à côté de sujets comme la race, les migrations et les diasporas). De même, les effets de l’expérience éducative dans les territoires d’outre-mer sur la métropole, par exemple en termes de représentation et de hiérarchisation des populations, ne sont pas examinés à hauteur de leur importance.

  • 6 À ce sujet, voir le texte de Jean-Noël Luc « S’informer sur la recherche en histoire de l’éducatio (...)

6Ces remarques n’enlèvent rien à la qualité exceptionnelle de cet ouvrage ainsi qu’à son utilité pour toute personne intéressée par l’histoire de l’éducation, y compris à l’étranger. À vrai dire, Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle est bien plus qu’un simple manuel : c’est un véritable plaidoyer pour un champ de recherche qui permet d’éclairer l’une des dernières grandes expériences collectives dans nos sociétés contemporaines6. Il témoigne ainsi, une fois de plus, du rôle central de l’histoire pour le débat public.

Haut de page

Notes

1 John L. Rury, Eileen H. Tamura (éd.), The Oxford Handbook of the History of Education, New York, Oxford University Press, 2019.

2 Tanya Fitzgerald (éd.), Handbook of Historical Studies in Education. Debates, Tensions, and Directions, Singapour, Springer Nature, 2020.

3 Ellis Heather, Mark Freeman, Stephanie Olsen (éd.), « Mapping the History of Education: Intersections and Regional Trends », History of Education, vol. 52, no 2-3, 2023.

4 Rita Hofstetter, Solenn Huitric (dir.), « Regards sur l’histoire de l’éducation, une perspective internationale », Histoire de l’éducation, no 154, 2020.

5 Signalons néanmoins la récente réédition de l’ouvrage Schulgeschichte in Deutschland, rédigé par Gert Geißler et initialement paru en 2011. Elle est complétée par un deuxième volume inédit portant sur la période 1939-2021 (Peter Lang, 2023).

6 À ce sujet, voir le texte de Jean-Noël Luc « S’informer sur la recherche en histoire de l’éducation au début du XXIe siècle », disponible sur le site de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (https://www.aphg.fr/S-informer-sur-la-recherche-en-histoire-de-l-education-au-debut-du-XXIe-siecle, consulté le 16 mai 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damiano Matasci, « LUC (Jean-Noël), CONDETTE (Jean-François) et VERNEUIL (Yves), Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle »Histoire de l’éducation, 160 | 2023, 334-337.

Référence électronique

Damiano Matasci, « LUC (Jean-Noël), CONDETTE (Jean-François) et VERNEUIL (Yves), Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle »Histoire de l’éducation [En ligne], 160 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/histoire-education/9183 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/histoire-education.9183

Haut de page

Auteur

Damiano Matasci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search