Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160VariaLe Parti communiste français à la...

Varia

Le Parti communiste français à la recherche de sa politique scolaire (1921-1934)

The French communist party in search of its school policy (1921-1934)
André D. Robert et Pierre Kahn
p. 251-281

Résumés

Cet article s’intéresse à la façon dont le jeune Parti communiste (PC), Section française de l’Internationale communiste (SFIC), issu du congrès de Tours (25-30 décembre 1920) a traité les questions scolaires et éducatives ; sur la base d’archives et de documents de diverses natures, il interroge les tâtonnements de sa doctrine en matière scolaire. L’article décrit tout d’abord l’effervescence politique et pédagogique caractéristique de cette nouvelle formation qui, tout en s’étant majoritairement ralliée aux 21 conditions d’adhésion à la IIIe Internationale, n’en est pas moins traversée par une forte tension entre une « logique du pari » émancipatrice et une « logique du soupçon » marquée par la radicalité. Cette tension donne matière, sur le plan scolaire et éducatif, à des conceptions très nettement opposées que reflètent les débats et les luttes internes au mouvement syndical révolutionnaire, le parti se plaçant d’abord (1921-1924) en position de dépendance vis-à-vis de cette forme de syndicalisme enseignant. À partir du tournant dit de la bolchevisation, en 1924, s’impose la conception référée au modèle soviétique et à l’idée que, dans la société de classes, l’école ne peut être que « bourgeoise » sans que s’efface pour autant, notamment au niveau de l’action scolaire dans les municipalités gérées par le PC, la pratique d’un « réformisme officieux » composant avec la culture pédagogique traditionnelle. La réflexion générale finale interroge la manière dont s’est opéré, certes au gré des évolutions de la politique de l’Internationale, un « travail du négatif » conduisant à l’élaboration d’une politique scolaire à la fois plus autonome et plus en prise sur l’héritage français, qui s’exprimera de plus en plus nettement sous le Front populaire et à la Libération.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

I. Oscillations permanentes et délégation au syndical (1921-1924)
1. Les enseignants dans le nouveau parti en ébullition, affiliés au syndicalisme révolutionnaire
2. En matière scolaire, délégation au syndical à l’échelon national
3. Délégation au syndical à l’échelon international
4. Les oscillations « dialectiques » de l’Humanité
II. La « bolchevisation », ses conséquences, ses contestations (1924-1929)
1. Au-delà même de l’école : une éducation intégrale de classe
2. Un seul guide, le parti aligné sur les conceptions de l’Internationale
III. Le « Front unique » à la base et ses traductions dans les analyses de l’école (1929-1933)
1. Renforcement de la logique du soupçon
2. Exaltation du contre-modèle soviétique d’école
3. Limites de la logique du soupçon : le « communisme municipal »

Aperçu du texte

« Si nous sommes persuadés de ce fait : que l’École est nécessairement l’image du régime, ne devons-nous rien faire que servir ce régime en servant l’École ? Nous ne le pensons pas » (Célestin Freinet, « Notes de pédagogie nouvelle révolutionnaire », L’École émancipée, 18e année, no 10, 27 novembre 1927, rubrique « Vie pédagogique », p. 154).

Depuis les travaux pionniers d’Annie Kriegel s’est constituée une abondante historiographie scientifique sur le Parti communiste, d’emblée traversée de clivages forts tenant aux postures et problématiques d’origine, et notablement enrichie, au début des années 1990, grâce à l’ouverture des archives en France et à Moscou. Alors que d’autres politiques spécifiques (économique et sociale, agraire, culturelle, coloniale) ont fait l’objet d’études substantielles y compris pour l’entre-deux-guerres, la place dévolue dans cette historiographie à la question de l’école apparaît extrêmement réduite : peu nombreux sont les travaux qui s’y sont jusque-là e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André D. Robert et Pierre Kahn, « Le Parti communiste français à la recherche de sa politique scolaire (1921-1934) »Histoire de l’éducation, 160 | 2023, 251-281.

Référence électronique

André D. Robert et Pierre Kahn, « Le Parti communiste français à la recherche de sa politique scolaire (1921-1934) »Histoire de l’éducation [En ligne], 160 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 15 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/histoire-education/9018 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/histoire-education.9018

Haut de page

Auteurs

André D. Robert

Unité de recherche Éducation, Cultures, Politiques, université Lyon 2

Pierre Kahn

Centre Interdisciplinaire de Recherche normand en Éducation et Formation, université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search