Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie36ThèsesYassir BOUSSELAM : La musique and...

Thèses

Yassir BOUSSELAM : La musique andalouse marocaine, al-Âla. Approche anthropo-historique, transformations et identité culturelle

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 26 septembre 2022
p. 307
Référence(s) :

Yassir BOUSSELAM : La musique andalouse marocaine, al-Âla. Approche anthropo-historique, transformations et identité culturelle
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 26 septembre 2022
à l’Université Paris Nanterre
697 pages
Directeur de thèse : Jean Lambert

Texte intégral

1Dans cette thèse, je tente de replacer la tradition de la Âla ou « musique andalouse marocaine » dans le contexte historique du Maroc au XXe siècle. Cette approche diachronique me conduit à une réflexion ethnomusicologique plus large. Le répertoire musical prestigieux de la Âla, qui s’est développé à l’ombre des pouvoirs politiques et qui est ancré dans les pratiques sociales et religieuses est constitué de formes traditionnelles raffinées : longues suites musicales, nouba, poésie chantée conservée dans des manuscrits, théorie musicale des modes (tubû’), instruments de musique spécifiques. Dès le début du XXe siècle, nous disposons d’archives sonores abondantes, mais qui étaient encore mal connues : disques commerciaux Pathé (1910-1940), puis enregistrements au Congrès du Caire en 1932. La musique marocaine a aussi été très tôt l’objet d’étude d’orientalistes et de chercheurs marocains au Congrès de musique marocaine de Fès en 1939.

2Après la Seconde Guerre mondiale et surtout à partir de l’Indépendance du Maroc en 1956, la Âla subit une forte acculturation, notamment des instruments. La transmission orale est en partie remplacée par de nouveaux outils comme la transcription musicale et l’enregistrement, qui soulèvent des débats entre modernité et tradition. De nouveaux concepts apparaissent comme l’authenticité, la préservation, la patrimonialisation ou la classicisation.

3Ma description empirique de la performance de la musique andalouse marocaine sous ses formes actuelles a été confrontée à de nombreuses représentations narratives entourant la musique andalouse au Maroc. J’y relève une forte tension, voire une contradiction entre, d’une part, les thèmes de l’Âge d’Or perdu de l’Andalousie musulmane et l’idée très prégnante de la décadence du répertoire (relayée par la musicologie coloniale) et, d’autre part, l’état actuel du répertoire, très abondant, qui semble plutôt témoigner de l’expansion de ses formes au cours des siècles, et en particulier au XXe siècle. En prenant en compte la fonction de ce répertoire de représenter le pouvoir politique et le fait qu’il exemplifie la culture la plus valorisée des élites sociales marocaines, la culture andalouse, je fais le constat qu’il est chargé d’une forte dimension symbolique et d’émotion collective. Je m’interroge sur cet engouement contemporain pour la musique andalouse, et la contribution de cette dernière, en tant que symbole vivant, à la construction problématique d’une identité collective, celle du Maroc comme communauté politique moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Yassir BOUSSELAM : La musique andalouse marocaine, al-Âla. Approche anthropo-historique, transformations et identité culturelle »Cahiers d’ethnomusicologie, 36 | 2023, 307.

Référence électronique

« Yassir BOUSSELAM : La musique andalouse marocaine, al-Âla. Approche anthropo-historique, transformations et identité culturelle »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 10 octobre 2023, consulté le 12 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/ethnomusicologie/5218

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search