Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21.1RecensionsJean-Jacques Lecercle, Système et...

Recensions

Jean-Jacques Lecercle, Système et style, Une linguistique alternative, Postface de Monique De Mattia-Viviès

Paris : Éditions Amsterdam, 2023. 208 p. ISBN : 978-2-354802-69-1. 18 €
Julie NEVEUX
Référence(s) :

Jean-Jacques Lecercle, Système et style, Une linguistique alternative, Postface de Monique De Mattia-Viviès. Paris : Éditions Amsterdam, 2023. 208 p. ISBN : 978-2-354802-69-1. 18 €

Texte intégral

Un livre écrit comme une invitation au dialogue et à l'appropriation

  • 1 Leçons de grammaire anglaise, de la recherche à l'enseignement (Aix-en-Provence, PUP, 2018-2019).

1Voici le dernier livre paru du penseur et linguiste marxiste, Jean-Jacques Lecercle, postfacé par sa complice Monique De Mattia-Viviès, dont il cite souvent les récentes et imposantes Leçons de grammaire anglaise (en 3 vol1). Le livre, explique l'auteur dans un court avant-propos, est né de leur dialogue à l'occasion de la pandémie, et offre à la fois une synthèse de sa philosophie du langage développée ces trente dernières années, depuis The Violence of Language (1990), et l'exploration d'un de ses fils rouges, essentiel pour bien (com)prendre le langage : la dialectique du système et du style.

  • 2 Du moins telle que la postérité scientifique l'a retenue.

2L'écriture même du livre procède de ce bonheur de dialogues : de penseur à penseuse et autres penseurs, de Lucien Sève (pour son anthropologie marxienne) à Althusser (pour sa théorie de l'idéologie), de Deleuze (pour sa caractérisation du style) à Saussure (contre sa conception2 de la langue comme système de signes, trop éloignée du vivant), de Culioli (pour sa distinction entre l'épilinguistique et le métalinguistique) à Judith Butler (pour sa formule paradoxale d'enabling constraints), de Norbert Elias à Gramsci, et tant d'autres, dont Jean-Jacques Lecercle emprunte les outils conceptuels pour les remodeler, les étendre, se les « approprier », tout comme Monique De Mattia-Viviès s'approprie le système lecerclien dans la postface, en le prolongeant vers une analyse psycholinguistique passionnante.

  • 3 Concept emprunté à Sylvain Auroux.

3Car l'appropriation est une notion clé du livre : si le langage évolue, c'est que le petit humain, d'emblée assujetti au système contraignant dont il hérite (constitué de règles historiquement « sédimentées » et « grammatisées3 »), parvient pourtant à y devenir sujet en se l'appropriant : c'est le style. Par le style, le sujet parlant éprouve sa liberté à l'intérieur du langage, il le déjoue et en joue à des fins expressives, qui peuvent être pensées à l'échelle du collectif et de l'individu. Jean-Jacques Lecercle, en philosophe marxiste mais optimiste du langage, insiste : certes, le langage s'impose à nous, nous inscrivant d'abord dans des rapports de force historiquement déterminés, interpellant chacun.e à une place précise dans la hiérarchie sociale, mais il est toujours possible de le « contre-interpeller » à son tour, sans avoir besoin pour cela d'être poète (terminologie déjà développée dans De L'interpellation, également paru aux éditions Amsterdam, en 2019).

4Système et style se lit comme une invitation à dialoguer, à remettre en mouvement nos catégories de pensée, nos disciplines cloisonnées, à dépasser les contraires pour les résoudre en une synthèse, une dialectique donc, seule capable de rendre compte de la complexité du phénomène mouvant et total qu'est le langage.

Une linguistique « alternative » pour un linguiste total

  • 4 Lire également à ce propos l'article intitulé « La stylistique anglaise comme carrefour de l’anglis (...)
  • 5 Comme le souligne aussi Emmanuelle Prak Derrington (2021), en linguiste attentive à la totalité de (...)

5La linguistique « alternative », sous-titre du livre, exposée à grand renforts de thèses vigoureuses et de formules heureuses, dans le style lecerclien habituel, est une linguistique exigeante, ambitieuse, et joyeuse. Alternative, elle l'est à tous points de vue : alternant les tours de parole, alternant entre la théorie et la pratique, l'abstrait et le concert, une philosophie du général devant s'extraire du fait particulier, et toujours y revenir. Ainsi une partie s'intitule « Séance de travaux pratiques », Jean-Jacques Lecercle prenant soin de ne jamais quitter le terrain des textes produits, convoquant ici et là Georges Simenon, Jane Austen, P.G. Wodehouse ou Charlotte Brontë, pour les mettre à l'épreuve de la linguistique alternative. Elle est aussi alternative comme on peut le dire d'un style, d'une musique, d'un certain type de rock, proposant autre chose que ce que les institutions donnent à voir, s'inscrivant en marge d'un système dominant et majoritaire. En marge notamment du système académique français où la spécialisation des disciplines empêche souvent que la pensée ne circule librement, où le profil même des postes d'enseignant-chercheur au concours ne fait, en anglais, jamais mention de « stylistique », pourtant au « cœur » de l'anglistique, selon la formule de l'auteur4. Comme le souligne aussi Emmanuelle Prak Derrington (2021), en linguiste attentive à la totalité de l'expérience du langage5, « l’analyse savante s’est coupée du savoir épilinguistique des locuteurs ».

6Une telle linguistique est le fait d'un linguiste total, dont l'approche, du conceptuel au plus matériel (donnée contextuelle sociale, mais aussi matière sonore et affective du signifiant) ne néglige aucun aspect du vivant. Comme Charles Bally, le premier linguiste stylisticien, l'appelait de ses vœux dans Le langage et la vie, il y a plus d'un siècle, Jean-Jacques Lecercle refuse de séparer le langage de la vie, du monde où on en fait l'expérience. Il le répète, une vraie linguistique doit savoir être à la fois une anthropologie (partie 1), une philosophie du langage (partie 2), une analyse du système en tant qu'ensemble de règles stabilisées et objectivées (partie 3), une étude des faits de langue manifestés dans une langue-culture spécifique, ici, l'anglais (partie 4), une pragmatique fine prenant en compte les conditions contextuelles sociales et politiques d'interpellation et de contre-interpellation (partie 5), mais aussi, et surtout, une stylistique, ce moment où le sujet s'affirme en tant que sujet en s'emparant du système et en le retournant (conclusion). L'esprit du linguiste alternatif est un esprit critique.

Entres autres définitions expérientielles, le langage comme pratique incarnée

7En chemin sont explorées et définies des notions centrales pour comprendre notre expérience incarnée du langage. La notion de norme est ainsi travaillée par la distinction entre le normé (quand la règle devient prescription, modèle enseigné et soutenu par des idéologies), le normal (la grammaire plus spontanée, la sensation instinctive de l'expression juste, ce que Culioli nomme l'« épilinguistique » , par différence avec le « métalinguistique »), et le hors-norme (ailleurs appelé « reste » ou « petites agrammaticalités » par Jean-Jacques Lecercle, en quoi la littérature excelle).

  • 6 Sara Greaves and Monique De Mattia-Viviès (eds). Language Learning and the Mother Tongue: Multidisc (...)

8Place est faite au corps, à l'affect, au désir, à ce qui noue notre rapport spécifique à la langue dite maternelle, où les signes s'éprouvent d'abord indistinctement (lalangue lacanienne) de la relation à la mère, dont ils ne s'affranchissent jamais complètement. Monique De Mattia-Viviès, qui a dirigé un volume6 sur le sujet, décrit ainsi dans la postface une expérience clinique montrant combien les paramètres affectifs (un certain équilibre entre fusion et séparation d'avec la mère, ou son substitut) conditionnent et rendent possible l'entrée de l'enfant dans le langage. C'est cette dimension affective résiduelle, persistante, qui explique la virulence des débats sur la langue et ses altérations, Jean-Jacques Lecercle traitant au passage la question polémique du langage inclusif. Ce qui est en jeu dès qu'on touche à la langue, c'est, au fond, notre rapport au même et notre capacité à accueillir l'autre.

9Éclairant ces rapports le plus souvent inconscients, rapports de force, rapports de corps et de cœur, le livre déploie ainsi avec éclat sa définition du langage comme condition pratique et incarnée, nœud vivant d'interactions sociales et affectives, qui nous travaille sans qu'on le sache, qui nous parle avant qu'on ne le parle, lieu-lien rigide et souple à la fois, qui appelle à son propre dépassement, et rend ainsi nécessaire son évolution. C'est par le langage, dans l'histoire, qu'il subit mais aussi fait sienne, que l'humain se réalise. Depuis plus de trente ans, la linguistique alternative de Jean-Jacques Lecercle fait souffler un vent humaniste sur les sciences humaines que le système universitaire tend à déshumaniser, et ce souffle, puissant, revigorant, critique, ce souffle rock, fait toujours un bien fou.

Haut de page

Notes

1 Leçons de grammaire anglaise, de la recherche à l'enseignement (Aix-en-Provence, PUP, 2018-2019).

2 Du moins telle que la postérité scientifique l'a retenue.

3 Concept emprunté à Sylvain Auroux.

4 Lire également à ce propos l'article intitulé « La stylistique anglaise comme carrefour de l’anglistique » de Sandrine Sorlin, paru dans le numéro 12 de la revue Études de Stylistique Anglaise pour célébrer les 40 ans de la Société de Stylistique Anglaise, aujourd'hui nommée SSADA, et dont Sandrine Sorlin, comme Monique De Mattia-Viviès, est présidente d'honneur. Études de stylistique anglaise [En ligne], 12 | 2018, URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/esa/407 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/esa.407.

5 Comme le souligne aussi Emmanuelle Prak Derrington (2021), en linguiste attentive à la totalité de l'expérience du langage, « l’analyse savante s’est coupée du savoir épilinguistique des locuteurs » (La réduplication In : Magies de la répétition [en ligne]. Lyon : ENS Éditions).

6 Sara Greaves and Monique De Mattia-Viviès (eds). Language Learning and the Mother Tongue: Multidisciplinary Perspectives. Cambridge: Cambridge University Press, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie NEVEUX, « Jean-Jacques Lecercle, Système et style, Une linguistique alternative, Postface de Monique De Mattia-Viviès »e-Rea [En ligne], 21.1 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 13 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/erea/16569 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/erea.16569

Haut de page

Auteur

Julie NEVEUX

Sorbonne Université, CeLiSo (Centre de Linguistique en Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search