Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusLe Mécénat littéraire aux XIXeet ...

Comptes rendus

Le Mécénat littéraire aux XIXeet XXe siècles, Anne Struve-Debeaux (dir.)

Marie-Hélène Boblet
p. 157-158
Référence(s) :

Le Mécénat littéraire aux XIXeet XXe siècles, Anne Struve-Debeaux (dir.), Paris, Hermann, 2019, 210 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Anne Struve-Debeaux présente un ensemble cohérent et riche de treize contributions complémentaires et très bien informées qui embrassent les deux derniers siècles. Bien organisé, il se compose de quatre parties.

2Les deux premières sont consacrées à une période particulière (respectivement « Le mécénat littéraire au XIXe siècle. Entre tradition et changement » et « De la Belle Époque aux années 1930 : un renouveau »). Y sont interrogés les ressources des écrivains (Anthony Glinoer, Vincent Laisney, Andrea Schellino) aussi bien que les dons de quelques mécènes en France ou ailleurs (Antonietta Angelica Zucconi s’intéresse à Mathilde, Julie et Napoléon-Jérôme Bonaparte, et Sébastien Rozeaux à l’empereur dom Pedro II du Brésil). La troisième partie se concentre sur deux cas particuliers : dans « Les relations de William Blake et de ses mécènes, vues sous l’angle de la neurologie », David Worrall insiste sur l’aspect neurologique des visions de Blake et sur la répartition raisonnée de ses œuvres entre ses différents mécènes. Anne Fogarty examine quant à elle les relations « [e]n signe de reconnaissance » entre James Joyce et Harriet Shaw Weaver. La dernière partie traite du renouvellement social ou économique de la pratique du mécénat, qu’il s’agisse du mécénat institutionnel (le Grand Prix du Roman de l’Académie française et le Prix Goncourt sont étudiés par Bruno Curatolo), ou du mécénat d’entreprises propre au développement du capitalisme. Myriam Boucharenc se penche ainsi sur l’emblématique cas de Félix Potin.

3L’ouvrage s’achève par un entretien fort éclairant qui ouvre l’étude au « mécénat littéraire des entreprises au XXIe siècle ». Anne Struve-Debeaux donne la parole à Flavie Deprez (consultante en stratégie mécénale) et à Maryline Girodias (déléguée générale adjointe de la Fondation La Poste), deux professionnelles actuellement en exercice. Leur contribution complète d’un point de vue pratique l’ensemble, historiquement comme économiquement très bien documenté.

4Le spectre est large sur le plan géographique. Au Brésil et au Royaume-Uni s’ajoute le Luxembourg (Masayuki Tsuda, « Le mécénat littéraire d’Aline Mayrisch »). Le livre propose surtout une vue diachronique ambitieuse de l’évolution des pratiques et de l’esprit mécéniques depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Les auteurs qui situent leur propos par rapport aux recherches déjà effectuées proposent un approfondissement de la question des rapports entre Littérature et publicité vus par le prisme du mécénat littéraire et de ses évolutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Boblet, « Le Mécénat littéraire aux XIXeet XXe siècles, Anne Struve-Debeaux (dir.) »Elseneur, 35 | 2020, 157-158.

Référence électronique

Marie-Hélène Boblet, « Le Mécénat littéraire aux XIXeet XXe siècles, Anne Struve-Debeaux (dir.) »Elseneur [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 05 janvier 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/elseneur/393 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/elseneur.393

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search