Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Comptes rendusMarie de Flavigny, comtesse d’Ago...

Comptes rendus

Marie de Flavigny, comtesse d’Agoult, Correspondance générale, t. X, 1858-1859

Samantha Caretti
p. 161-172
Référence(s) :

Marie de Flavigny, comtesse d’Agoult, Correspondance générale, t. X, 1858-1859, édition établie et annotée par Charles F. Dupêchez, Paris, H. Champion (Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux), 2020, 790 p.

Texte intégral

1Parmi les correspondances qui composent la collection des éditions Honoré Champion, la correspondance générale de Marie d’Agoult tient une place toute particulière par son prodigieux foisonnement. Le tome X qui vient de paraître est consacré aux années 1858 et 1859, qui marquent le retour de la comtesse d’Italie et le mariage de ses filles Blandine et Cosima Liszt. On doit cette vaste entreprise d’édition à Charles Dupêchez, éminent spécialiste de Marie d’Agoult à laquelle il a consacré une biographie et dont il a édité les Mémoires, ou encore la correspondance avec George Sand en 2001.

2Si la postérité avait surtout retenu Marie d’Agoult comme compagne de Franz Liszt, l’intérêt de cette publication consiste à lui rendre sa place dans l’histoire du XIXe siècle, mais aussi à réhabiliter l’épistolière prolixe qu’elle fut et que l’on a la chance de connaître à la faveur de la préservation salutaire de ces lettres. Marie d’Agoult n’avait en effet pas la manie de certains de ses contemporains pour la destruction : tout comme ses héritiers après sa mort en 1876, elle avait même la préoccupation obstinée de la conservation. Quant aux lettres manquantes, Charles Dupêchez les mentionne avec un souci d’exhaustivité et d’exactitude que l’on mesure à la précision des notes de bas de page rendant compte des mots raturés ou illisibles, ainsi que dans le choix de conserver la ponctuation originale et l’orthographe ancienne. Cette édition s’offre ainsi comme un accès privilégié à la génétique des lettres. Peut-être des notes plus explicites sur le contexte historique auraient pu être utiles à un lectorat moins averti. À ce corpus s’ajoutent en annexes les très intéressantes lettres échangées entre les enfants de Marie d’Agoult, un article, une liste des ouvrages empruntés à la Bibliothèque impériale et les représentations iconographiques de la comtesse à l’époque.

  • 9 Marie d’Agoult, Lettre à Claire de Charnacé, [Nice, 13 novembre 1859], p. 560.

3Dans la vie de Marie d’Agoult, les années 1858 et 1859 ne sont pas celles qui, a priori, retiennent le plus l’attention des amateurs du XIXe siècle : les amours passionnées avec Franz Liszt ont passé et son premier roman Nélida ainsi que son Histoire de la Révolution en 1848 ont été publiés. C’est précisément dans cette prétendue vacance biographique et historique que ce tome X de la correspondance trouve son enjeu le plus décisif. Les lettres de ces années pourraient bien obéir à la métaphore que proposait Marie d’Agoult du « monde au 19ème siècle » : elles sont « un livre d’échantillons ou […] un cristal-palace, un trésor de la curiosité où les choses et les gens les plus disparates se touchent »9. Les correspondants sont en effet des plus divers : on y trouve des noms célèbres des arts et des lettres, tels que Alphonse de Lamartine, Alexandre Dumas fils, Ernest Renan, Giacomo Meyerbeer, Hector Berlioz, mais aussi des noms plus oubliés faisant partie des intimes de Marie d’Agoult, telles ses filles Claire de Charnacé, Blandine Ollivier et Cosima von Bülow, ou ses amis comme le dévoué Louis de Ronchaud. Marie d’Agoult touche à une infinité de choses de la vie : littérature, philosophie, musique, politique, tout en restant néanmoins plus secrète sur ce qui regarde sa vie intime au nom d’une espèce de pudeur aristocratique des sentiments, notamment à la mort de son fils Daniel Liszt.

  • 10 Marie d’Agoult, Lettre à Jules Janin, [Paris, 20 septembre 1858], p. 189.

4Ces lettres sont d’abord celles d’un esprit profond, curieux et passionné : la comtesse s’interroge sur Dieu et la transfiguration, s’intéresse au positivisme et au spiritisme, considère avec méfiance et fascination la fameuse Musique de l’avenir de Richard Wagner, son futur gendre, réaffirme son attachement à la cause républicaine ou encore exprime son désir d’unité pour l’Italie. Elle évoque également les difficultés qu’elle traverse alors : devoirs et sacrifices pécuniaires, et « vagabondage »10 obligé en raison de la destruction de sa « maison rose » à Paris avec l’aménagement du quartier de l’Étoile. Elle rend enfin compte de l’actualité littéraire et artistique de son temps, de ses lectures, enthousiastes pour Émile Littré, Auguste Comte ou Nicolas Gogol, et plus sceptiques pour Jules Michelet.

  • 11 Marie d’Agoult, Lettre à Claire de Charnacé, [Nice], 26 déc.[embre 1859], p. 672.
  • 12 Marie d’Agoult, Lettre à Marianna Musio, Nice, 8 décembre 1859, p. 632.
  • 13 Marie d’Agoult, Lettre à une dessinatrice non identifiée, [Paris, 28 avril 1858], p. 53.

5Malgré sa maladie nerveuse qu’elle nomme son « hypochondrie »11, ces années sont celles d’une très riche production littéraire : elle écrit Marie Stuart, Jeanne d’Arc et Jacques-Cœur pour le théâtre, publie la nouvelle La Boîte aux lettres, ou encore des Fragments d’un voyage en Italie. C’est dans ces années-là aussi que, envisageant la perspective de sa mort, elle songe à écrire ses Mémoires. Se dévoile ici l’ambition secrète qu’a Marie d’Agoult de se faire un nom en littérature, bien qu’il lui arrive de comparer les « ouvrages de [s]a plume » à « [s]on tricot » ou à « une broderie »12 mal achevée. Avec acharnement, elle espère en « [sa] bonne étoile »13. Précieux témoignages, les réponses de ses amis la confortent dans son espérance : Jules Michelet admire en elle son « beau génie », et Théodore de Banville « la voix si éloquente et si vaillamment dévouée aux pensées généreuses ».

  • 14 François Ponsard, Lettre à Marie d’Agoult, [Mont-Salomon, fin octobre 1858], p. 214.
  • 15 Marie d’Agoult, Lettre à Nina Vanotti, [Paris], 16 mai 1859, p. 337.

6Expressions de sa vie réelle très entourée, tout comme de sa vie intime idéale in alta solitudine, les lettres de Marie d’Agoult reflètent autant sa vie que son temps. Les années 1858 et 1859 dessinent ici le portrait d’un être fidèle à ce qu’il a toujours été, solitaire, mélancolique, vrai, âme forte refusant les larmes d’apitoiement et invitant à aimer la vie pour en être aimée en retour. Ces lettres réjouissent et, au-delà de l’intérêt historique et littéraire qu’offre leur publication, elles semblent apporter « comme un parfum des heureux jours »14, selon le mot du dramaturge François Ponsard, et pour nous, plus encore, un parfum de ce « temps mystérieux »15 suspendu au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

9 Marie d’Agoult, Lettre à Claire de Charnacé, [Nice, 13 novembre 1859], p. 560.

10 Marie d’Agoult, Lettre à Jules Janin, [Paris, 20 septembre 1858], p. 189.

11 Marie d’Agoult, Lettre à Claire de Charnacé, [Nice], 26 déc.[embre 1859], p. 672.

12 Marie d’Agoult, Lettre à Marianna Musio, Nice, 8 décembre 1859, p. 632.

13 Marie d’Agoult, Lettre à une dessinatrice non identifiée, [Paris, 28 avril 1858], p. 53.

14 François Ponsard, Lettre à Marie d’Agoult, [Mont-Salomon, fin octobre 1858], p. 214.

15 Marie d’Agoult, Lettre à Nina Vanotti, [Paris], 16 mai 1859, p. 337.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samantha Caretti, « Marie de Flavigny, comtesse d’Agoult, Correspondance générale, t. X, 1858-1859 »Elseneur, 36 | 2021, 161-172.

Référence électronique

Samantha Caretti, « Marie de Flavigny, comtesse d’Agoult, Correspondance générale, t. X, 1858-1859 »Elseneur [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 janvier 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/elseneur/351 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/elseneur.351

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search