Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Comptes rendusEurope, no 986-987, juin-juillet ...

Comptes rendus

Europe, no 986-987, juin-juillet 2011, « André du Bouchet »

Anne Gourio
p. 239-240
Référence(s) :

Europe, no 986-987, juin-juillet 2011, « André du Bouchet »

Texte intégral

1Le numéro 986-987 de la revue Europe s’ajoute à une série d’événements et de publications qui, en 2011, auront tracé un mouvement convergent vers l’œuvre d’André du Bouchet : la publication des carnets (1949-1955) et articles (1949-1959) réunis par Clément Layet aux éditions « Le Bruit du temps » a été suivie par celle du recueil Ici en deux en Poésie / Gallimard, tandis qu’un colloque du Bouchet a été organisé cette même année à Cerisy par Michel Collot et Jean-Pascal Léger.

2Victor Martinez, qui coordonne le numéro, a souhaité donner une orientation à l’ensemble des contributions qui puisse renouveler le regard porté sur l’œuvre d’André du Bouchet : alors que l’œuvre du poète est souvent perçue comme « tournant le dos au fatras » de l’Histoire et comme entretenant une forme de désengagement souverain à l’égard de son temps, les articles réunis visent à dévoiler au contraire la conjonction paradoxale, mais réelle, que l’œuvre du poète entretient avec le présent historique. Ils le font en dehors des catégories habituelles de la critique et dans le dialogue incessant de l’écriture critique avec le poème, ce dont témoigne la présence, dans trois des cinq sections du volume, d’inédits du poète et de témoignages d’écrivains (Paul Auster, Dominique Grandmont, Antoine Emaz). L’importance que prend le dialogue entre du Bouchet et Paul Celan, dont l’œuvre est tout entière marquée du sceau de l’Histoire, révèle d’abord nettement cette orientation du numéro : la dernière section, intitulée « La poignée de main », regroupe trois contributions (Bernard Böschenstein, Jean Bollack, Bertrand Badiou) s’attachant à la relation des deux poètes dans les années 1968-1970 – les toutes dernières de Celan –, et prenant appui sur l’œuvre d’Hölderlin, sur celle de Giacometti, mais aussi sur leurs traductions réciproques. Cette question de la relation à l’Histoire et au présent court par ailleurs dans plusieurs articles denses et substantiels : Clément Layet consacre ainsi son étude à la question de la contradiction, qu’il confronte à l’acception de la notion chez Hegel, dont on sait qu’elle aura été au cœur des pensées de l’Histoire ; Stéphane Baquey s’attache au « sens du dehors » et montre comment ce dernier rend le poème « disponible pour une communication et un devenir » ; Victor Martinez définit « l’événement sans signe » qui forme le soubassement du poème d’André du Bouchet ; Jean-Patrice Courtois, en étudiant le texte de 1959 du poète sur Le Docteur Jivago, dévoile la façon dont, chez Pasternak mais aussi chez du Bouchet, « le lendemain vient faire effraction dans le présent scarifié ».

3Ce volume approfondit par ailleurs, à travers l’ensemble de ses très riches contributions, la contradiction que vise à surmonter l’œuvre du poète entre immédiateté de la perception et distance du langage. En cela, comme le montrent différemment Chantal Colomb-Guillaume, Sébastien Hoët, Pierre-Yves Soucy et Michel Collot, l’œuvre ne peut s’établir que sur une dislocation, une scission, un écart au réel, qui sont paradoxalement les conditions d’une meilleure restitution du monde. Cette œuvre maintient par ailleurs une double exigence, celle de la transitivité, que relaient du reste les titres des sections du volume (« Traduire le monde », « Le dehors aux lèvres », « La poignée de main ») et le souci constant, rappelé par plusieurs contributeurs, de substituer à la « représentation » du monde sa « présentation », et celle de la fidélité au chaos du monde, qu’elle tente de s’approprier.

4Ce dossier dense, exigeant, sur une œuvre parmi « les plus tranchantes du siècle dernier » (François Rannou), est indéniablement d’un apport considérable ; le prolonge, en 2012, le numéro que la même revue Europe consacre à Jacques Dupin, autre figure décisive de la poésie de la présence sensible, et cofondateur, avec Yves Bonnefoy et André du Bouchet, de la revue L’Éphémère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Gourio, « Europe, no 986-987, juin-juillet 2011, « André du Bouchet » »Elseneur, 27 | 2012, 239-240.

Référence électronique

Anne Gourio, « Europe, no 986-987, juin-juillet 2011, « André du Bouchet » »Elseneur [En ligne], 27 | 2012, mis en ligne le 12 avril 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/elseneur/2139 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/elseneur.2139

Haut de page

Auteur

Anne Gourio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search