Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Voix du poème, voie du sensible ?Cacophonie vs polyphonie ou « la ...

Voix du poème, voie du sensible ?

Cacophonie vs polyphonie ou « la musicalité de tout » dans l’œuvre poétique de Caroline Sagot Duvauroux

Serge Martin
p. 225-236

Résumés

L’œuvre de Caroline Sagot Duvauroux, née en 1952, se déploie publiquement au cours de la première décennie 2000 en six livres publiés aux éditions José Corti. Le poème y remet en mouvement le dualisme de la querelle cratylienne puisque la motivation n’est pas d’ordre linguistique – la langue et ses unités –, mais discursif, au sens d’une subjectivation dans et par le langage : le poème, la voix, la relation indissociablement engagent le continu d’une telle expérience jusque dans la lecture. Ce défi que fait le poème dans et par l’œuvre de Caroline Sagot Duvauroux est d’abord la reprise à nouveaux frais du défi de Mallarmé au mallarméisme même, il ouvre à un charivari dans les lettres (Hourvari dans la lette) pour augmenter l’« entre » de l’appel que chaque poème fait entendre. La voix est alors emportée dans un vacillement de la relation amoureuse ou sociétale. Alors, l’érotique et le politique s’associent au creux du poème, non sans transformer l’idée que nous en avions et sans convoquer une oralité généralisée : « la musicalité de tout » qui est alors la défense et l’illustration de la cacophonie et de ses aventures relationnelles en lieu et place d’une polyphonie, expression d’une maîtrise trop autoritaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Mallarmé, « Réponse à Jules Huret », in Œuvres complètes, H. Mondor, G. Jean-Aubry (éd.), Paris (...)

[…] les choses existent, nous n’avons pas à les créer ; nous n’avons qu’à en saisir les rapports ; […]1
Stéphane Mallarmé

  • 2 C. Sagot Duvauroux, Aa. Journal d’un poème, Paris, J. Corti, 2007, p. 216, abrégé ci-après en Aa. U (...)

et toujours au bord d’un addad2.
Caroline Sagot Duvauroux

  • 3 Le nom de l’auteure est abrégé ci-après en CSD.
  • 4 C. Sagot Duvauroux, Hourvari dans la lette, Paris, J. Corti, 2002. Ce titre est abrégé ci-après en (...)
  • 5 C. Sagot Duvauroux, Atatao, Paris, J. Corti, 2003.
  • 6 C. Sagot Duvauroux, Vol-ce-l’est, Paris, J. Corti, 2004.
  • 7 C. Sagot Duvauroux, Köszönöm, Paris, J. Corti, 2005. Ce titre est abrégé ci-après en K.
  • 8 C. Sagot Duvauroux, Aa. Journal d’un poème, Paris, J. Corti, 2007.
  • 9 C. Sagot Duvauroux, Le Vent chaule. Suivi de L’Herbe écrit, Paris, J. Corti, 2009. Ce titre est abr (...)

1L’œuvre de Caroline Sagot Duvauroux3, née en 1952, se déploie publiquement au cours de la première décennie 2000 en six livres publiés aux éditions José Corti : Hourvari dans la lette en 20024 ; Atatao en 20035 ; Vol-ce-l’est en 20046 ; Köszönöm en 20057 ; Aa. Journal d’un poème en 20078 ; Le Vent chaule suivi de L’Herbe écrit en 20099. Il faudrait y ajouter le travail important accompli depuis au moins 1995 avec la peinture et les livres d’artistes, en particulier au sein de la maison d’édition installée à Crest dans la Drôme et animée par CSD et Michel Anseaume : Les Ennemis de Paterne Berrichon. Toutefois, ces six livres – lesquels reprennent un certain nombre des publications antérieures – constituent un ensemble qui peut se lire comme un livre continué, une expérience en cours dans son continu même : la force d’une voix qui refait la poésie et au-delà la littérature, le monde, dans cette première décennie 2000.

  • 10 H. Meschonnic, Pour la poétique II. Épistémologie de l’écriture, poétique de la traduction, 2e éd. (...)

2Plus précisément, c’est l’hypothèse que j’explorerai ici. Avec une œuvre comme celle de CSD, le poème remet en mouvement le dualisme de la querelle cratylienne puisque la motivation n’est pas de la langue, mais du discours au sens d’une subjectivation dans et par le langage. De ce point de vue, le poème obligerait à tenir ensemble arbitraire et motivation et non à les opposer pour soi-disant sauver le poème quand ce dernier n’a pas besoin qu’on torde Platon et Ferdinand de Saussure pour confondre arbitraire et convention, motivation et réalisme, le tout sur fond de signisme. Avec le poème, comme plus grande attention au langage, à tout le langage et au tout du langage, « la nature n’est plus ce qui vient au langage, mais ce que le langage en fait. La nature y est la prise que le discours a sur elle », comme l’écrit Henri Meschonnic qui ajoute par ailleurs que « [l]e poète est un homme qui mène une parole jusqu’à la fable, le mot jusqu’au principe du monde »10. Ce que fait exemplairement CSD depuis au moins 1995 en peinture ou littérature : « J’aime le mot œuvre, il contient beaucoup plus l’infini de l’activité que l’acte achevé ». Ce qui me permet d’observer ici ses tentatives non d’épuisement, mais de relance de la parole dans sa pluralité même. En effet, au défaut des langues, le poème ouvre à l’altérité et donc à la relation comme critique de la littérature, de la poésie, de la langue et du monde tels que construits dans les opérations culturelles, sociales et politiques.

3Le paradoxe qu’explore spécifiquement CSD montrerait que la cacophonie fait plus leur devenir qu’une polyphonie maîtrisée maîtrisable. Cette dernière resterait dans l’instrumentalisme et donc la reproduction d’un accord quand la relation chaque fois spécifiquement déplace infiniment le rapport entre l’histoire, l’individu et la société : l’invention d’un (dés)accord comme relation désaccordée de ses termes que la culture voudrait déjà toujours là dans un « il y a » établissant voire confortant une rémunération des langues quand le poème augmente le défaut des langues, la « défaillance » (H, 53), sa signifiance dans et par le rapt du y, « l’inconnue » : « Les pieds de mon poème sont sales c’est obligé : marcher » (K, 142). Et alors : « il n’y a que genèse mais l’exode est premier » (K, 117).

4Ce défi que fait le poème dans et par l’œuvre de CSD est d’abord la reprise à nouveaux frais du défi de Stéphane Mallarmé au mallarméisme même, il ouvre à un charivari dans les lettres pour augmenter l’« entre » de l’appel que chaque poème fait entendre et donc la voix emportée dans un vacillement de la relation.

Cratyle (n’)est (pas) Cratyle ou Mallarmé (n’)est (pas) Mallarmé

  • 11 F. Ponge, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », Poêmes [1948], in Œuvres complètes, B. Beugnot (éd.) (...)
  • 12 S. Mallarmé, « Crise de vers », in Œuvres complètes, B. Marchal (éd.), t. II, Paris, Gallimard (Bib (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 209.

5Les emprunts à Mallarmé font souvent « massue » – ce dernier terme de Francis Ponge qui savait ce que Mallarmé voulait dire (pour lui) : « une massue cloutée d’expressions-fixes, pour servir au coup-par-supériorité »11. Ils le font d’autant que leur frappe fait vite formule dès que la lecture isole – c’est le propre de la formule qui court les rues et les articles. Souvent il suffirait de (se) situer : non seulement ranger la massue dans l’abri guerrier ou ladite formule dans son contexte, mais également reconsidérer la formule dans sa diction – son discours au sens d’Émile Benveniste. Il s’agissait, quand le vers s’est vu rémunérer le défaut des langues d’une défaillance, « à exprimer les objets par des touches y répondant en coloris ou en allure, lesquelles existent dans l’instrument de la voix, parmi les langages et quelquefois chez un »12. Et ces « touches » ne peuvent en langue (ou « idiomes ») se trouver que sous des « termes » quand en discours – mais je reconnais qu’il faut passer de l’emploi rhétorique que continue Mallarmé à l’emploi anthropologique qu’il suggère néanmoins – c’est le vers qui s’engage comme « complément supérieur » jusqu’à ce que ce dernier « rémunère le défaut des langues »13. On a souvent réduit ces propos à la formule séparatrice qui couperait de manière rédhibitoire la langue poétique ou « essentielle » des autres et surtout de l’ordinaire quand Mallarmé poursuit et n’arrête pas : il lie entre autres ce « complément supérieur » à la subjectivitation d’une « prosodie » personnelle associée à « l’acte poétique » qui fait rimer ses « motifs » jusqu’à cette « intégrité » ou spécificité, c’est-à-dire « valeur » : « le poème, énonciateur »14 et son

  • 15 Ibid., p. 213.

[…] vers qui de plusieurs vocables refait un mot total, neuf, étranger à la langue et comme incantatoire, achève cet isolement de la parole : niant, d’un trait souverain, le hasard demeuré aux termes malgré l’artifice de leur retrempe alternée en le sens et la sonorité, et vous cause cette surprise de n’avoir ouï jamais tel fragment ordinaire d’élocution, en même temps que la réminiscence de l’objet nommé baigne dans une neuve atmosphère15.

6De la langue au discours, le changement de point de vue s’opère dans et par l’activité anthropologique et artistique du poème que CSD concentrerait dans une formule parmi bien d’autres qui ne cessent de faire reprises ou mise à jour dans des historicités qui exigent l’historicité des lectures : « L’incantation défie le nom des choses. Le nom clos des choses closes » (H, 36). La voix ne dissocie pas l’altérité de l’identité et donc évite l’aporie du même et du différent pour lui préférer le mouvement, la relation :

Ah ! fuir encore plus fort et plus habilement mais ni l’autre ni moi. Je suis, je fuis, l’autre est partout. Non. Fuir ce qui d’ordinaire dans mouvoir se choisit. (H, 97)
On ne choisit pas ses débuts. Ils vous choisissent parce que « le livre ne se fait qu’en se faisant dans l’immédiate portée de voix ». (Aa, 228).

L’orée de l’œuvre ou un charivari dans les lettres

7Une œuvre commence publiquement avec un livre dont le titre, Hourvari dans la lette, résonne dans l’étonnement et, à la relecture, dans l’intempestivité, car il faut prendre au(x) mot(s) le défi d’un tel titre : si l’expression est comme expliquée en quatrième, elle n’en demeure pas moins énigmatique et suggestive puisque s’entend bien quelque chose comme un charivari dans les lettres et donc une écriture carnavalesque « à folle allure ». Je me contente ici de la fable de l’orée dès l’ouverture de ce premier livre d’une série en cours chez José Corti. C’est l’aube d’une danse ; c’est l’orée d’un rythme dansé :

la jeune fille danse
et c’est lever de jour
avec tout et parties
et c’est constellation
car elle se lève avec
tous les mots sidérés
qui s’accrochaient aux langues
par ourdir et tisser
le silence qu’elle rompt
troisième fée incandescente
qui rompt l’incandescence
l’estrope du mot dû
et les articulations

vient défaillir alors

où ne sait plus qu’attente
la jeune fille creuse
de celui qui viendra
l’appellera lui dira quoi

elle dit quoi j’avais trouvé quoi déjà que j’ai perdu depuis

elle lève les jambes […]. (H, 9)

8L’œuvre s’inaugurerait ainsi : si « la jeune fille danse » alors la copule d’un racontage (« c’est ») s’ensuit (l’engrenage du « et » biblique porte le phrasé à hauteur d’une épopée de voix) et l’ancrage déictique de ce présentatif vient comme situer la voix engagée au cœur d’une relation qui emporte à la fois dans un monde partageable et une parole échangeable – c’est la même chose certainement. Il faut suivre un tel mouvement au plus près, d’autant qu’il emporte l’œuvre entière : une prosodie y fait un phrasé qui y fait un rythme qui y fait un poème qui y fait un sujet-relation dans et par l’arrachement « aux langues ». La danse de cet arrachement est un « se lever » général : le désamarrage est le geste premier sans cesse répété de ce poème et il situe toute la poétique dans l’appel au sens que j’ai tenté de dire pour un autre poète, Bernard Vargaftig, mais ici avec une force décisive dans l’écoute de sa propre pluralité / altérité. Le « quoi » dans ses reprises ne se résout pas en une question ou un questionnement – le poème s’arrêterait à la « station philosophie » –, mais libère un appel ancré dans l’interlocution directe, dans la cheville amoureuse d’un tutoiement généralisé interpellant l’autre, mais aussi le monde et jusqu’au silence, dans l’infini d’une demande sans limite, d’un impossible sans définition.

Car il y eut le vent l’été dont elle fit provision. La neige est là. Et le bleu du cahier. Issu. Il y a le trou que fit un jour le poème et qui va jusqu’où il faut être. Au cœur. Avec le lys en la volée d’oiseau. Où il faut être. Mémoire retournée. (H, 32)

9Le retournement n’est pas un « retour à », mais un « ressouvenir en avant » à la Søren Kierkegaard, en trouvant à même l’expérience singulière d’une telle écriture les conditions de la reprise « où il faut être » jusqu’à réécrire Honoré de Balzac en poème (Le Lys dans la vallée) et surtout l’appel d’air du « trou-poème » : sa paronomase généralisée (je souligne, mais il faudrait multiplier le tuilage paronomastique et sa dispersion infinitésimale) :

Le poème s’il fut
fut d’abondance et d’abandon
gloire au ban donnée
et s’il a trop pleuré le bateau la navrance
des aubes déferla sur mon ventre
avec jouir et condouloir. (H, 54)

10C’est ce que CSD nomme « le coup du poème » (H, 54) sans que ce dernier ne tombe dans une quelconque réduction de « l’impossible à l’illisible » (H, 55) parce que « le continu ne peut finir » (H, 59) et que « rien ne transcende rien » (H, 61).

11Aussi, CSD inaugure son « [l]ivre » par ce pas, « ce fut danse » (H, 111) – c’est l’excipit du livre qui suit sa circonstance écrite que je lis comme essai de situation dans et par l’épopée de voix : « où laissée » (H, 111). Le pronom relatif par son antécédent – « la blanche attente » qui répond à « l’attaque noire » – ne résout pas l’attribution définitive du sujet certes féminin, mais pour autant à venir dans et par la lecture désormais ouverte par ce charivari dans les lettres, car il n’est plus de définition qui vaille puisque :

Ah ! fuir encore plus fort et plus habilement mais ni l’autre ni moi. Je suis, je fuis, l’autre est partout. Non. Fuir ce qui d’ordinaire dans mouvoir se choisit. (H, 97)

12La fuite par poème n’est pas une désaffection, mais l’augmentation et l’intensification inouïes d’une altérité radicale et donc d’une relation sans cesse au travail hors termes puisqu’emportée. La danse, la jeune fille, le pas du poème, font charivari dans les lettres, c’est-à-dire littérairement et littéralement : quelle langue choisie, connue, stabilisée, tiendrait un tel défi, d’autant qu’il résulte de « l’envie d’un danger coulant sur la littérature » (K, 34) ! Aucune langue, autrement qu’à se perdre ! Alors CSD refait le français dans toutes les langues ou plus précisément invente le poème hors langue par toutes. Est-ce rapporter le poème au traduire ?

La nomination dans l’appel ou le merci dans l’entre

13« Que se nomme » s’entend-il quand un magyar dit köszönöm ? Il y a un défi fait à la traduction dans l’œuvre de CSD : traduire n’est pas tirer du sens à partir de l’incompris, mais « s’étonner » (K, 21) pour que « sans préalable / touche venir » (K, 20). Un livre au titre qui écorche nos prononçables commence par défaire le traduire : Avant que tard dire en courant (K, 7) qu’on peut lire « avant de traduire en français courant », non comme on l’entend habituellement, mais comme l’exigence du poème : ce paradoxe est au cœur de l’œuvre de CSD. Le français courant ou la langue se mettant à courir dans l’écoute de ce que l’étranger lui fait faire : voilà, par exemple, ce livre (au titre) étrange qui engage une politique de la langue en poème contre les assignations purement linguistiques : « On entend Que se neume et c’est merci » (K, 7). Comme d’un souffle et c’est traduit !

14Ce mot / titre qui dit donc littéralement « merci » en hongrois vient ici par le « déploiement » (K, 138) du poème augmenter les résonances d’un tel souffle sur plus de cent cinquante-sept pages, mais il faudrait certainement concevoir le livre comme le chantier ouvert par tous ces livres qui font un en cours du poème de l’appel. Les résonances (s’)ouvrent une politique linguistique qui est aussi une anthropologie poétique où la langue est arrachée à quelque identification que ce soit. C’est ce qu’il faudrait essayer non de suivre, mais de vivre, car aucune somme de savoirs ne s’en déduirait même en hypostasiant l’écriture, d’autant que CSD fait un leitmotiv d’une genèse toujours rapportée à l’exode (par exemple : K, 11). Aucune hypostase de l’écriture même puisque c’est le mouvement de l’écriture qui porte l’écriture et non l’inverse, tout comme c’est le souffle qui porte le traduire et non l’inverse :

Je noie ce que j’écris dans ce que j’écris. C’est de la vie qui passe. (K, 78)

15L’écrire de CSD s’exerce à la défaite de tout réalisme dans et par la recherche d’un nominalisme actif, à condition qu’on entende ce dernier comme une énonciation s’augmentant de ses appels sans termes, « pour ne plus savoir de nommer qu’appeler » (Aa, 217). Les variations formulaires prises au mouvement pensif du poème de CSD attesteraient une telle affirmation par trop péremptoire quand le poème se refuse à asséner quelque vérité ; parmi d’autres : « Je ne veux pas désigner pour être comprise mais pour approcher, pour que m’approche » (K, 19). De la compréhension à l’approche, le poème n’épouse aucune nostalgie linguistique ou déploration métaphysique ; il s’exerce toujours à une éthique du coup par coup, « jonglant avec de minuscules déflagrations » (K, 20). Il ouvre à un étonnement toujours proche de l’expérience « comme dans les contes et dans l’amour » (K, 59) : le poème cherche « comment dire sans dévoyer les mots dans la séduction ou la crapulerie » (K, 26).

16Le traduire de CSD n’est donc pas le passage d’une langue à l’autre, mais l’emportement discursif au sens anthropologique qu’a initié Benveniste. Une formulation qui rime par les deux bouts engage ce mouvement traducteur : « L’annoncée ne se lève pas du tombeau général de l’énoncé » (K, 29). Disjoindre radicalement le sujet à venir de tout objet propositionnel assertif ou plus simplement le « dire » du « dit », c’est porter toute l’écoute vers l’épopée d’une voix qui « tyrannise la langue pour s’échapper de langue et rejoindre le vent. Des mots tombent de l’écho » (K, 30).

17Le risque est grand alors de tout perdre dans cette dérive où « ce n’est pas pour faire poème qu’on coupe sa phrase mais parce qu’on ne sait pas ce que je ne sais pas qui est entre » (K, 52). Cette traduction au sens d’un transport du « je » au « on » oriente tout le discours comme transsubjectivation vers un impersonnel radicalement discursif si ce n’est historique : « qui est entre ». Alors le transport devient rapport puisque c’est « qui est entre » qui prend toute l’écoute, toute l’écriture, même au point d’en constater que : « Dans les poèmes le silence grandit. On dit dépouille et d’un mot l’esthétique est éthique » (K, 28). Traduire comme rapport opère un balbutiement où « je balbutie de peur pas du tout de principe. Je ne sens je que fondu dans le désir d’arrachement. Et d’abolition » (K, 59). Alors « chanter c’est parler étranger. Très. » (K, 60). L’intensif refait la phrase à partir du phrasé (« étranger. Très. ») et indique la dimension d’inconnu de l’expérience telle qu’engagée dans et par le poème (« Éveil par non appris », K, 60).

Mais on a gardé quelque chose : la certitude de n’être qu’en relation. Comme dans les contes et dans les pays pauvres. (K, 37)

18À ce point, le poème de CSD engage à proprement parler une anthropologie relationnelle qui associe poétique et politique au plus près du mouvement propre au poème, réinventant d’ailleurs ces derniers domaines qu’on ne peut maintenir dans les anciennes notions.

La voix dans le vacillement ou la relation dans le « tu »

19Il y a avec CSD un pari à tenir : L’essor d’une voie : une voix (K, 17). L’homophonie n’est pas un jeu de mots, mais un déploiement du poème puisque « l’espace déployé défait les œuvres en conservant le déploiement pour l’œuvre » (K, 17). Ce travail du déploiement dans l’œuvre de CSD serait la tenue conjointe d’une volubilité et d’une retenue. Je prendrais pour seul exemple ce fragment d’un alinéa :

Halluciné de fatigue, on griffonne trois mots pour ne pas oublier la pensée qu’on a eue dans le déploiement. Mais la pensée devait être dans ce qu’on n’a pas noté, dans les virgules et les temps. Dans le déploiement. Il ne reste plus qu’une liste de mots qu’on précipite. (K, 138)

20Trois brèves lignes en italiques et centrées le précèdent en six groupes (de souffle ?) séparés par des barres. Elles engagent un phrasé interrogatif sur l’attaque consonantique en /k/ :

Qui et qui sont / ceux qui s’en vont ? / quoi et quoi ? / ce qui s’en va / des camarades ? / qui viennent ? (K, 138).

21L’alinéa est suivi par deux pages et demie de texte justifié à gauche et de corps beaucoup plus petit que les deux paragraphes précédents, le tout sur l’air d’un monologue conté (rêvé, fantasmé ? Avec, entre autres, la Belle et la Bête qui prend l’eau dans la mer rouge pour devenir l’oiseau bleu et se demander « pourquoi près c’est si loin ? »). Y est souligné le fait qu’« il nous faut être deux pour les métamorphoses » (K, 139), tout comme continûment « le poème marge le conte, ronge où il peut » (K, 137). Là encore c’est l’appel qui emporte ou, plus précisément dans les termes de CSD, « ce qui m’appelle que j’ignore », en se demandant successivement s’il s’agit de « la vase au fond des contes » ou des « couches d’eau du poème » (K, 84).

22Que ce soit d’un point de vue générique ou d’un point de vue compositionnel, les pôles convoqués n’offrent aucune contradiction ; ils organisent une tension pour laisser résonner le mouvement même de la parole dans et par le poème. L’élargissement – on passe de trois mots à « une liste de mots qu’on précipite » – est aussi un resserrement – « il ne reste plus que » – et l’inverse, car « si nous sommes le chemin, oublions-le vite pour encore une fois revenir les bras pleins » (K, 151) :

Alors en attendant qu’explose une fondrière avec le sens et l’ombre et l’intelligence et le désir, on rend le texte à l’obscur dans la délicatesse et la tristesse, afin d’en laisser croître les secrets qui font leur chemin, afin de préserver l’herbe et les rouages s’essayant à la machine langue comme on dit. Il n’y a pas de voix nouvelle mais d’homme à homme chaque voix est neuve. Alors on devient homme d’un jour dans la probité, un homme parlé par langue d’homme ce jour et jusqu’à dire ah voici le jour ou voici la nuit et c’est plus que le jour qui fut, te le dire. On laisse œuvrer les failles transformantes et les lisières car la langue ne sait pas revenir sur tout, la langue ne sait pas revenir au surgissement dont elle vient, la langue toujours fut et pourtant toujours grogne en sourdine : j’y arrive, j’y arrive. (K, 151-152)

  • 16 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, t. II, Paris, Gallimard, 1974, p. 19.

23Le syntagme « te le dire » resserre au plus juste le dialogisme fondamental qui fait le cœur de l’énonciation par poème de même que Benveniste parlait de celui qui anime le langage dit ordinaire (« Dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une réinvention »16). On voit par là comment CSD ne cesse de rapprocher politiquement et éthiquement le poème de l’expérience possible pour chacun du nouveau dans et par le langage : une telle expérience est désarrimée des postulats volontaristes voire sacralisants. Il s’agit d’attendre, de laisser croître, d’écouter la pluralité toujours au cœur de tout, même quand il semblerait qu’un super-sujet (« la langue ») advienne puisqu’elle se met in fine à hésiter (« en sourdine ») ou à insister (« j’y arrive, j’y arrive ») – ce qui est peut-être la même chose renversante dès que relation. Aussi, « tous les livres se referment et dans les livres refermés, tous les mots se taisent en respect farouche du tu » (K, 154) : l’éthique emporte toute esthétique dans la relation éperdue où la poésie comme le poète deviennent ordinaires par leur force même :

Et voilà que le mot converti par le silence à ton souffle futur peut attendre et le veut, toi, moi, prochain matelot, premier brigand qui fendra le rocher, le livre enchanté. Aucun livre n’oblige, tous sont les obligés de celui qui lit. (K, 154)

24C’est à ce point éthique qui engage le lecteur à hauteur de poète et le poète à hauteur de lecteur que la poétique de CSD me semble se resserrer dans des formes de vie et des formes de langage emmêlées qu’un mot valeur intensifie dans leur interaction même. Une séquence centrale au livre Köszönöm permet d’en suivre le fonctionnement au plus près. Le motif de l’orée l’ouvre aussitôt, suivi par celui du cheval certainement emprunté à l’écrivain norvégien Tarjei Vesaas (1897-1970) dont le roman Les Chevaux noirs (1928) est emblématique :

Et voici le jour

Quoi (?) se lève sous le sabot d’un cheval qui se trouve justement […] sous la blessure de la jambe du cheval de Vesaas près de la barque tardive qui suffit bien oui mais voilà. (K, 80)

25S’en suit un récit emporté par son récitatif onirique non sans effroi jusqu’à ce que :

Et voici la nuit
Et voilà que tout vacille
Et voilà qu’une se lève pour entonner ses images dans la nuit
Et voilà qu’en moi tout vacille. (K, 82-83)

26Le vacillement caractérise ici une physique du langage : « La bouche plane beaucoup de choses planent » précède le fragment ci-dessus et indique bien que le récit est entièrement porté par le récitatif – ce que montreraient à l’envi les lancées raconteuses (« et voici », « et voilà ») jusqu’à cette coda dont l’énonciation impersonnelle (« on ») nous emporte au plus intime du conte, dans le conte du poème ou le poème du conte, sa voix éperdue :

[…] On sait très bien que ça vient Tout plane depuis si longtemps On ne veut pas écrire dans la langue d’un enfant on veut marteler sonner cuivrer le chahut tendre l’arc à la parole et s’occuper de vérité mais seule la langue d’enfance apprivoise encore le vacillement On a blessé quelqu’un qui vous regarde blessé On ment comme un enfant on dit j’ai touché la forêt profonde on est resté dans la clairière près de la maison du potier On habite le frisson on est en prison du frisson sans même les barreaux à scier si loin de la parole claire dieu qu’on a peur À toute allure quelque chose dans la tête cherche partout dans une porte On voit de la lumière mais elle bondit trop vite dieu qu’on a peur dans l’ombre qui grandit sur l’herbe affolée Si au moins la lâcheté n’était pas un péché S’il s’avérait qu’un son très pur s’élève de cette fange et dire
Mon bien-aimé voilà que mon bien-aimé
mais je ne me souviens plusEt voici que la nuit s’achève
Et voilà qu’une s’endort
Et voilà qu’en moi tout vacille. (K, 82-83)

  • 17 S. Mallarmé, La Musique et les Lettres, in Œuvres complètes, t. I, p. 65.

27Le poème oscille et fait osciller tout ce qu’on croit qu’on sait, non par l’argumentation logique ou la composition rhétorique ou encore par un quelconque devoir de mémoire qui fonderait la poésie en mnémotechnie, comme on le répète. L’oscillation qui n’est pas sans évoquer la culture enfantine des rondes et autres comptines déboussolantes s’accompagne aussi du chancellement au sens d’un inaccompli toujours en cours : et voilà tout va… scintiller, mais faiblement quoique merveilleusement. Cette faiblesse constituerait justement la force dernière du poème en demandant qu’à la visée polyphonique on accepte un devenir cacophonique au risque de tout perdre, certes, mais peut-être de tenir alors « la musicalité de tout »17, à condition de ne pas métaphoriser immédiatement en musique. C’est pourquoi la proposition apparemment incongrue de CSD est peut-être ce qui fait la force d’une telle écriture jusque dans sa poétique sauvage – si je puis me permettre :

La polyphonie est trop arrangée trop sublime pour la vérité. Cacophonie va mieux, je suis désolée. L’irrécupérable est aussi le boulot de la poésie. (Vent, 108)

28Le poème de CSD, alors même qu’il ne cesse de se nourrir de savantes études, de savoirs innombrables et surtout d’expériences merveilleusement reconsidérées, n’en parie pas moins contre le poli pour le « poly », contre le sublime pour le kakos. La voix dans sa pluralité même du poème blesse l’oreille trop éduquée, cultivée, qui sait se mentir à elle-même, quand la voix en poème inclut tout ce qui non seulement la nourrit, mais en constitue le cœur battant : ses consonances mêmes dissonantes, ses résonances mêmes repoussantes. Toute une politique du poème (« Les verbes sont à tous », Vent, 185) s’y entend alors de manière cacophonique, de « faim » à « fin » par exemple et ad libitum, dans ce moment clausule du même livre récent où l’apocope signe le vacillement généralisé du poème :

Fêt’en faim

La rue la hord’
Pétéchies de pest’noir’
Mèr ‘goutt’et berlue
Gourm’à la têt’
Proie moie de moi
Même si
Bande plus que d’un’
Ta baston ma fill’

En pist’
Tiqu’teign’tarent’
Mes stars
Et poul’et l’oie
Lamie qual’et guêp’
Basse dans’et gaillard’
Jusqu’au tourdion mes sœurs
d’et cætera de vie. (Vent, 188-189)

29CSD insiste sur « la lame de fond, l’étrange broussaille de sensations, analogies, qui afflue » (Vent, 109). Pour laisser « flotter au bord du néant des friches de langues ou d’histoires qui s’entêtent comme du chiendent » (Vent, 109).

Savoir quoi que ce soit indiffère la poésie tant l’inquiète la venue. C’est un truc pour paresseux, pour idiots ou pour fidèles. Ce qui est presque dire pour tout le monde, juste pour tout le monde. La poésie est tellement à tous qu’elle n’est plus respectable et voilà ce qui effraye car il faudrait s’y risquer, aller aux putes : lire. (K, 114)

30L’œuvre de CSD, si elle nous engage au défaut des langues avec Mallarmé, nous met également en défaut dès que nous oublions de « lire » (avec Mallarmé), « la musicalité de tout », c’est-à-dire avec CSD « un autre ordre qu’un ordre » (Vent, 107).

Haut de page

Notes

1 S. Mallarmé, « Réponse à Jules Huret », in Œuvres complètes, H. Mondor, G. Jean-Aubry (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1945, p. 871.

2 C. Sagot Duvauroux, Aa. Journal d’un poème, Paris, J. Corti, 2007, p. 216, abrégé ci-après en Aa. Un addad est une forme d’énantiosémie ou co-présence des contraires, en vertu de laquelle un mot possède deux sens antithétiques. De tels mots sont ainsi désignés Aḍdād en philologie arabe.

3 Le nom de l’auteure est abrégé ci-après en CSD.

4 C. Sagot Duvauroux, Hourvari dans la lette, Paris, J. Corti, 2002. Ce titre est abrégé ci-après en H.

5 C. Sagot Duvauroux, Atatao, Paris, J. Corti, 2003.

6 C. Sagot Duvauroux, Vol-ce-l’est, Paris, J. Corti, 2004.

7 C. Sagot Duvauroux, Köszönöm, Paris, J. Corti, 2005. Ce titre est abrégé ci-après en K.

8 C. Sagot Duvauroux, Aa. Journal d’un poème, Paris, J. Corti, 2007.

9 C. Sagot Duvauroux, Le Vent chaule. Suivi de L’Herbe écrit, Paris, J. Corti, 2009. Ce titre est abrégé ci-après en Vent.

10 H. Meschonnic, Pour la poétique II. Épistémologie de l’écriture, poétique de la traduction, 2e éd., Paris, Gallimard, 1986, p. 149.

11 F. Ponge, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », Poêmes [1948], in Œuvres complètes, B. Beugnot (éd.), t. I, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1999, p. 182.

12 S. Mallarmé, « Crise de vers », in Œuvres complètes, B. Marchal (éd.), t. II, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 2003, p. 208.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 209.

15 Ibid., p. 213.

16 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, t. II, Paris, Gallimard, 1974, p. 19.

17 S. Mallarmé, La Musique et les Lettres, in Œuvres complètes, t. I, p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Martin, « Cacophonie vs polyphonie ou « la musicalité de tout » dans l’œuvre poétique de Caroline Sagot Duvauroux »Elseneur, 27 | 2012, 225-236.

Référence électronique

Serge Martin, « Cacophonie vs polyphonie ou « la musicalité de tout » dans l’œuvre poétique de Caroline Sagot Duvauroux »Elseneur [En ligne], 27 | 2012, mis en ligne le 12 avril 2024, consulté le 18 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/elseneur/2092 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/elseneur.2092

Haut de page

Auteur

Serge Martin

Université de Caen Basse-Normandie

Serge Martin est maître de conférences habilité à diriger des recherches en langue et littérature françaises à l’université de Caen Basse-Normandie (IUFM). Ses recherches sont consacrées à la poétique de la voix et à l’anthropologie de la relation dans et par les œuvres littéraires (littérature de jeunesse et poésie contemporaine). Il est membre du laboratoire LASLAR (« Lettres, arts du spectacle, langues romanes », EA 4256). Rédacteur et chroniqueur à la revue Le Français aujourd’hui (Armand Colin), il a publié récemment avec Marie-Claire Martin Quelle littérature pour la jeunesse ? (Paris, Klincksieck, 2009) et La Poésie à plusieurs voix (Paris, Armand Colin, 2010). Il publiera prochainement un ouvrage sur la revue Les Cahiers du chemin (1967-1977) de Georges Lambrichs. Il anime la collection et la revue Résonance générale aux éditions L’Atelier du grand tétras et participe au comité de la revue Triages (Tarabuste). Il est écrivain sous le nom de Serge Ritman et a publié douze livres de poèmes.
http://martin-ritman-biblio.blogspot.com/.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search