Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Comptes rendusJean-Christophe Bailly, L’Élargis...

Comptes rendus

Jean-Christophe Bailly, L’Élargissement du poème

Anne Gourio
p. 169-170
Référence(s) :

Jean-Christophe Bailly, L’Élargissement du poème, Paris, Christian Bourgois (Détroits), 2015, 208 p.

Texte intégral

1Essayiste, poète, dramaturge, Jean-Christophe Bailly poursuit dans une œuvre multiple aux frontières poreuses un questionnement singulier en vue de refonder, entre expériences artistiques et réflexion politique, la relation de l’homme au monde. Fortement marqué par la lecture des romantiques allemands, il prolonge dans ce nouveau recueil d’articles, L’Élargissement du poème, la réflexion que, dans La Fin de l’Hymne (1991), il avait engagée autour d’Hölderlin. Cette fois, c’est la notion de « poésie élargie », empruntée à Novalis, qui sert de fil directeur à une méditation aux ramifications très diverses, croisant Pessoa, Benjamin, Lenz, la figure de Bartleby, les peintures de la grotte Chauvet ou encore les dessins de la tribu Yanomami au Brésil. Bailly emploie l’expression de Novalis au sens le plus large qui soit, le poème étant ici non seulement le genre englobant, mais un mode d’être au monde, celui d’une ouverture vers « la vérité de l’extérieur absolu ». Retournant le postulat romantique du « paysage-état d’âme », Bailly vise à définir ce pur dehors loin de toute dérive anthropomorphique, en approchant ce « pas encore », contemporain d’un « déjà là », qui forme selon lui le fonds de toute démarche artistique. Exposée à travers de belles images (celles du copeau, de l’éclat, des « instants perdus »), cette dimension, qui a déjà inspiré un très bel essai consacré à Rimbaud (Rimbaud parti, 2006), pose ici la question des moyens par lesquels appréhender ce « sens antérieur à la signification ». Convoquant le concept linguistique d’indice, Bailly repense à partir de celui-ci le discours poétique, qui « débaptise les choses » et « annonce silencieusement qu’il y a monde ». C’est autour de cette même exigence qu’il engage une réflexion sur les genres et réhabilite l’essai qui, dans sa liberté à l’égard des normes, devient la forme d’une « intranquillité » entée sur les scories du réel et ouverte aux « petits éclats de vérité ». La portée politique de l’essai se dégage alors progressivement : soucieux de mesurer aujourd’hui « l’action du poème » en résistant tant à l’« action restreinte » prônée par Mallarmé qu’aux bannières de l’engagement, Bailly propose de repenser la relation de ce que Lenz appelait das Bildende et das Tönende, le formateur et le résonant. Selon lui, le pouvoir formateur de l’œuvre poétique réside précisément dans sa résonance. La solitude de l’œuvre constitue alors ce « bief » par où l’altérité est rejointe, et le retrait de Bartleby devient le modèle paradoxal autour duquel repenser l’action de l’œuvre sur le monde. Dans une conférence finale prononcée à l’université de Wuhan en 2012, Jean-Christophe Bailly prône ainsi, en résistance aux sirènes d’une mondialisation appauvrissante, une attention décuplée pour ces « langues parlées autour de nous par l’univers, cet univers d’êtres, de choses et de rapports qui est sans doute le grand oublié du monde mondialisé ». C’est dans les dessins de la tribu primitive Yanomami qu’il en trouve l’inspiration, eux qui sont le « battement vivant d’une manière d’habiter le monde » en l’« accompagnant ». Ces tracés, modèle paradoxal d’un art neuf, sont à l’image de l’essai de Jean-Christophe Bailly : étonnant, stimulant, revigorant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Gourio, « Jean-Christophe Bailly, L’Élargissement du poème »Elseneur, 30 | 2015, 169-170.

Référence électronique

Anne Gourio, « Jean-Christophe Bailly, L’Élargissement du poème »Elseneur [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 29 novembre 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/elseneur/1683 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/elseneur.1683

Haut de page

Auteur

Anne Gourio

LASLAR, EA 4256

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search