Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62As geografias da geografiaLes géographies de la géographie

As geografias da geografia

Les géographies de la géographie

As geografias da Geografia
The geographies of geography
Raimundo Nonato Junior
Cet article est une traduction de :
As geografias da Geografia [pt]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
The geographies of geography [en]

Résumés

Présentation de la rubrique « Les géographies de la géographie » de la revue Confins, qui expose les éléments fondamentaux de la recherche, les fondements et les premières considérations théorico-méthodologiques à cet égard. Cet article introductif lance la provocation épistémologique du projet, qui vise à analyser la présence de la géographie dans le monde à partir de la diversité des publications qui présentent « ce qu’est la géographie (et comment elle est faite) » dans différents contextes.

Haut de page

Texte intégral

1À partir de ce numéro Confins lance une nouvelle rubrique intitulée « Les géographies de la géographie ». Nous y présenterons comment les connaissances en géographie sont présentes dans le monde par les cartographies, les images, les institutions et les personnages qui construisent la géographie autour du globe.

2Il s'agit donc d'un espace à la fois épistémologique, qui reprend les perspectives classiques et contemporaines sur « ce qu'est la géographie » et sur la manière dont les connaissances dans ce domaine sont présentes dans différentes parties du monde, en réfléchissant à : « quelle géographie est faite ? Comment se fait-elle ? Où elle est distribuée et pourquoi la géographie est toujours un domaine de connaissance vivant et actif dans différents espaces et à différentes échelles ».

3L'objectif est de cartographier les géographies (configuration spatiale) que la géographie (science géographique) dessine autour du globe à différentes échelles. De cette manière, nous sommes intéressés par la discussion de perspectives très différentes sur la présence de la connaissance géographique dans le monde contemporain, depuis les institutions traditionnelles qui représentent le domaine (associations, sociétés, clubs), en passant par les départements de formation scientifique avec différents profils (universités, instituts et écoles), jusqu'aux expériences géographiques de groupes qui marquent différentes manières de pratiquer, de vivre, d'enseigner ou de faire de la recherche en géographie dans le monde (communautés traditionnelles, sociétés de différents contextes régionaux, environnementaux et sociaux). L'un des principaux objectifs étant la diffusion internationale des expériences en géographie dans le monde, nous avons lancé cette présentation dans les deux langues officielles de la revue (le français et le portugais), ainsi qu'en anglais. Dans la mesure du possible, les articles liés à cette section seront publiés dans plus d'une langue.

4Dans ce texte introductif qui lance la section, nous présentons un bref profil avec les premiers éléments sur le positionnement scientifique de la géographie que nous prendrons en compte au moment de commencer les publications ; la problématique à laquelle cette section cherchera à répondre et une première vue d'ensemble de la réalité à étudier. L'approfondissement théorique de cette perspective d'étude s'inscrira entre les lignes des publications qui suivront, constituant une épistémologie portée par la pratique des actions présentées.

5Ce voyage commence en 2024 et vise à entreprendre un long périple pour photographier et cartographier les multiples couleurs peintes par la géographie sur la carte du monde.

Pour penser la géographie

6Le monde est un objet d'étude agité. Il tourne dans de multiples directions. Il devient donc fascinant par sa capacité de transformation, d'adaptation et d'évolution. Le concept d'espace y est présenté à la fois par la matérialité des choses (ce que l'on voit, touche, mesure) et par la poétique liée à chaque objet (les rêves et les valeurs que l'on attribue aux objets de l'espace). De plus, le monde est en même temps un objet hybride : il est toujours physique (parce que nous n'échappons jamais à la nature) et humain (parce que ce que nous savons du monde est toujours notre propre interprétation). C'est dans ce réseau complexe que le concept de géographie est produit dans différentes approches (Santos, 2014, Brunet, 2004, Claval, 2017, Monbeig, 1957), que nous pouvons présenter d'au moins trois manières : la connaissance, le savoir et la science.

7La géographie en tant que connaissance fait partie de notre vie à tous, que nous l'étudiions ou que nous la comprenions, ou non. En effet, la dimension pratique de ce concept est liée à notre survie en tant qu'espèce. La géographie en tant que pratique de notre vie nous accompagne de la naissance à la mort. Elle est représentée par les notions spatiales qui constituent les structures élémentaires du psychisme, de l'orientation personnelle et collective, de la socialisation des humains dès leur enfance, de leur environnement et de tous les paysages qui traversent la formation d'un sujet au cours de sa vie. Ainsi, la géographie comme connaissance est la lecture de l'espace qui nous constitue en tant que sujets, parties d'une totalité dans le monde et l'univers. C'est une condition ancestrale liée aux éléments grégaires de la formation de l'espèce humaine et à sa capacité à se situer dans l'espace, à se localiser, à circuler, à partager, à se disputer et à vivre à travers tous les obstacles ou avantages liés à notre insertion physique et sociale.

8À partir du moment où des sujets humains s'intéressent à la lecture de l'espace et produisent des idées, des philosophies, des souvenirs et des conjectures à son sujet, nous entrons dans la dimension de la géographie en tant que connaissance. Cela signifie qu'il s'agit de voir les objets géographiques comme des matériaux capables de nous faire réfléchir au-delà de notre propre expérience et de notre connaissance de l'espace vécu, mais en les mettant en relation avec d'autres par une observation curieuse du monde. Ainsi, depuis nos ancêtres, de nombreuses philosophies ont été élaborées pour tenter d'expliquer « où » nous sommes et quels sont les liens entre « où », « moi », « les autres » et « la nature », produisant une géographie qui est une forme de connaissance du monde/à propos du monde. Cette connaissance continue d'être produite par différents groupes de connaissances populaires, la société civile, les mouvements sociaux, les organisations d'entreprises et les institutions scientifiques. En ce sens, il existe un dialogue avec les prémisses de la « géographie de la connaissance » (Nonato Junior, 2016 ; Nonaka et Takeuchi, 2008 ; Nonato Junior et Le Tourneau, 2020) et de l'« intelligence géographique » manifestée par différents groupes et acteurs qui produisent des connaissances géographiques (Nonato Junior, 2023). Dans cette dimension, à l'interface avec les sciences naturelles et sociales pour ce qui concerne la dimension nature-société, s'ajoute une interface avec la psychologie environnementale pour ce qui concerne les interactions personne-environnement dans leurs multiples formes de production de connaissances et la constitution de sujets en symbiose avec l'espace géographique (ObPALA, 2023).

9Ces institutions produisent alors la troisième perspective que nous avons mentionnée : la géographie en tant que science. La diversité de la science géographique doit être mieux comprise par les géographes s'ils veulent construire le meilleur débat pour leur discipline à l'époque contemporaine. Les multiples manifestations de la géographie régionale, physique et humaine dans le monde font de cette science l'une des plus difficiles. Toute unité envisagée dans ce domaine est déjà une mosaïque de multiples façons d'aborder la relation homme-nature, ainsi que les diverses méthodes et méthodologies scientifiques résultant de ces études. De l'Équateur aux calottes polaires, des océans aux continents, des groupements humains aux traces laissées sur la nature, il y a beaucoup à comprendre sur la diversité et la richesse de la science géographique.

10L'importance de revisiter ces trois perspectives de la géographie (connaissance, savoir, science) apparaît dans le titre « Les géographies de la géographie », qui donne de la visibilité à des expériences qui englobent les trois situations. Alors que dans certains articles nous présenterons différents espaces scientifiques et leurs perspectives, dans d'autres nous pourrons évoquer la géographie pratiquée par différents groupes sociaux, tels que les peuples traditionnels, sur la base de connaissances qui ne sont pas nécessairement guidées par la géographie scientifique. Ce mouvement sera important pour donner de la visibilité aux géographies pratiquées par des groupes non hégémoniques (et dans des espaces non hégémoniques), tout en offrant des occasions de montrer la démocratisation et la diversité dans la production philosophique en géographie. De même, d'autres publications pourraient donner la priorité à l'institutionnalisation du domaine dans le monde entier, en mettant l'accent sur son potentiel philosophique et associatif, ainsi que sur sa dimension en tant que connaissance. Les trois perspectives sont interconnectées, tissées ensemble comme une étoffe de laine, mais elles présentent des nuances dont les particularités doivent être observées.

Pour faire parler le silence

11Investir dans une perspective large pour étudier une discipline signifie toujours essayer de « faire parler le silence » (Chaui, 2000), en d'autres termes, de donner un langage aux silences qui existent à propos d'un certain domaine de connaissance. Dans le cas de la géographie, bien que ce domaine de connaissance ait une longue tradition dans diverses parties du monde, il y a un silence considérable sur les géographies de la géographie dans le monde. Où sont produits les savoirs, les connaissances et les espaces géographiques ? Comment ces connaissances sont-elles institutionnalisées, organisées et manifestées dans les différents systèmes politiques et académiques ? Dans quelle perspective les diverses formations scientifiques construisent-elles des géographies différentes au sein d'une même région ? Ou, plus intéressant encore, comment toutes ces géographies présentent-elles des éléments qui convergent dans la même région, constituant une géographie plurielle dans ses manifestations, mais singulière dans son épistémologie ? Comment les étudiants de différentes parties du monde étudient-ils le contenu de la géographie à l'Université, à l'école et dans d'autres espaces ? Quelles sont les pratiques sociales de la géographie qui dépassent les murs scientifiques et créent un paysage de la présence de ce domaine de connaissance dans le monde ? Quels sont les personnages de la recherche et de l'institutionnalisation de la géographie, ainsi que les événements et les organisations dans le monde que nous pouvons présenter afin de mieux comprendre la diversité du domaine et son actualisation constante ? Quelles pratiques d'étude de la nature marquent les paysages de la géographie à notre époque ?

12Telles sont quelques-unes des premières questions qui seront à l'origine des publications qui suivront sous cette rubrique, cherchant à apporter quelques « sons » au « silence » qui a existé jusqu'à présent sur la géographie de la géographie dans le monde. Avec quelques phrases musicales, pourrons-nous initier les éléments d'un chant qui animera ce silence et, qui sait, deviendra peut-être un jour une symphonie aux multiples mouvements.

Pour faire les premiers pas

13De grands géographes nous ont enseigné à maintes reprises deux remarques importantes que nous entendons prendre en compte : « se souvenir des classiques et de ce qu'ils nous apprennent » et (en s'appropriant ces éléments) « faire la géographie de son temps ». Ainsi, il y aura une circulation constante entre les connaissances fondamentales qui sous-tendent la pensée géographique et les nouvelles manières de philosopher, de créer, d'innover et de remettre en question la science géographique dans différentes parties du monde (Théry et Mello-Théry, 2013). Une première étape consistera à réaliser que « la géographie existe » dans tous les recoins de la planète, à la fois en tant que fait naturel et en tant que domaine de connaissance. Que sa cartographie est vivante et en constante évolution dans le monde dans lequel nous vivons.

14Parmi les lignes directrices méthodologiques générales pour les publications, nous devrions considérer : l'importance de la cartographie dans ses différentes manifestations, qu'elle soit historique, thématique ou systématique ; permettant un rapprochement entre les lecteurs et les paysages de l'expérience géographique présentée ; la valeur de la créativité, la liberté de création scientifique, littéraire et imaginaire des ouvrages en vue d'une lecture agréable et vivante des expériences, objective et non exhaustive ; l'ouverture à l'innovation, aux nouvelles façons de concevoir les objets et les systèmes de la science géographique face aux technologies de notre temps à travers ses réseaux d'intelligence territoriale et le retour à l'épistémologie géographique, revisitée à partir des différentes études, en garantissant la diversité des approches.

Pour ouvrir les rideaux sur les géographies de la géographie

15Pour inaugurer la série des publications dans ce domaine, le prochain numéro comportera deux articles. Le premier présentera une vue d'ensemble de l'institutionnalisation du domaine de la géographie dans le monde, avec une carte des associations dans le domaine, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le second article présentera une première expérience de formation en géographie dans une région éloignée du monde, en discutant du profil de la formation et de la manière dont elle s'articule avec la science de la géographie dans son ensemble.

16Accompagnez-nous dans ce voyage à la découverte des paysages qui composent les géographies du monde.

17Venha conosco nesta viagem de reconhecimento das paisagens que compõem as geografias da Geografia do Mundo.

Haut de page

Bibliographie

Brunet, R. Le Déchiffrement du Monde, Théorie et pratique de la géographie. Paris : Belin, 2017.

Claval, Paul. Géographie régionale : de la région au territoire. Paris: collection U, Armand Collin, 2004.

ChauiM., Convite à filosofia. 7. ed. São Paulo: Ática, 2000

Monbeig, P., Novos estudos de Geografia humana brasileira. São Paulo : difusão européia do livro, 1957.

Nonaka, I.; Takeuchi, H. Gestão do conhecimento. Porto Alegre: Bookman, 2008.

Nonato Junior, R; Le Tourneau et al., « O trabalho de campo em geografia: as paisagens e os grandes espaços naturais », Confins [En ligne], 43 | 2019, mis en ligne le 19 mars 2020. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/confins/25542 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/confins.25542

Nonato Junior, R. « Geografia e Inteligência Territorial: conceitos, métodos e práticas aplicados à pesquisa em Segurança Hídrica », Confins [En ligne], 60 | 2023, mis en ligne le 06 octobre 2023. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/confins/54235 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/confins.54235

Nonato Junior, R. Géographie régionale de la frontière Brésil-France : la tension entre régionalisation et internationalisation de l'espace oyapockois. Thèse de doctorat en Géographie à l'Université Sorbonne Paris Cité (Université Paris 3), Paris : France, 2016.

ObPala – Observatorio de Psicologia Ambiental latino-americana. 1º Simpósio do Observatório de Psicologia Ambiental. UFRN, 2023. https://www.ufrn.br/imprensa/eventos/76426/1o-simposio-do-observatorio-de-psicologia-ambiental

Santos, Milton. A natureza do espaço : técnica e tempo, razão e emoção. 4 ed. 8 reimpressão. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo, 2014.

Théry, H.; Mello-Théry, N. A. et al. « Le terrain est un laboratoire, un voyage franco-brésilien au Mato Grosso » (avec Neli Aparecida de Mello-Théry, Andrea Cavicchioli, Vincent Dubreuil, Hervé Regnauld et Vincent Nedelec), In Le travail de terrain au Brésil, Guillaume Leturcq et Frédéric Louault (ed.), L'Harmattan, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raimundo Nonato Junior, « Les géographies de la géographie »Confins [En ligne], 62 | 2024, mis en ligne le 30 mars 2024, consulté le 15 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/confins/57152 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/confins.57152

Haut de page

Auteur

Raimundo Nonato Junior

Universidade Federal do Rio Grande do Norte (UFRN), raimundo.nonato@ufrn.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search