Navigation – Plan du site

AccueilNuméros273Atlas de COMMaré, la ferme des îles Loyauté (...

Atlas de COM

Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie)

Jean-Christophe Gay
p. 267-270

Texte intégral

1Au sein de la Nouvelle-Calédonie, les îles Loyauté (1 980 km²) constituent un monde à part eu égard à leur nature corallienne et à leur histoire. En contact avec le monde polynésien, soumises à l’action précoce et profonde des missionnaires anglicans, elles ont été mises en réserve en 1899, sans cantonnement, ce qui leur épargna un épisode sombre de la colonisation. Handicapées par l’absence de ressources naturelles, ces îles exportent depuis longtemps leur main-d’œuvre. Leur part dans la population néo-calédonienne est passée de 25 % à la fin du xixe siècle à 6,8 % en 2014, avec 18 297 habitants au dernier recensement.

2Maré, l’île la plus méridionale et la plus haute de l’archipel loyaltien compte, en 2014, 5 648 habitants pour une superficie de 642 km2, soit une densité inférieure à 9 hab./km². Une double opposition structure l’île. Socialement, on distingue les gens de la mer, qui habitent le sud et l’ouest de l’île, et les gens de la terre, au centre et à l’est. Spatialement, l’île est bipolaire. On le voit tout d’abord avec les portes d’entrée et de sortie de l’île : Tadine, au sud-ouest, possède le port de l’île, qui anime cette localité régulièrement ; La Roche a l’aérodrome, mais celui-ci n’est qu’un lieu de transit et n’induit aucune autre activité économique. La localité de Tadine est le chef-lieu et l’on y trouve la plupart des services : mairie, poste, gendarmerie, collège, banque, commerces…

3À l’évidence, le système coutumier et la religion ont une influence forte sur la vie quotidienne des Maréens. De son appartenance à un clan dépend toute une série de gestes et de pratiques qui scandent le cours du temps et expliquent les multiples rivalités qui existent entre les chefferies, écho des guerres ancestrales qui valorisèrent les sites de refuge que sont les forteresses naturelles correspondant à l’ancienne barrière récifale, dont la plus célèbre est le Titi à La Roche. Ces antagonismes freinent un développement cohérent et restreignent les synergies entre les différents acteurs. Sur les vingt dernières années la population a diminué en raison d’une émigration vers l’agglomération de Nouméa.

4En effet, les activités économiques sont rares, en dehors de l’agriculture qui mobilise une bonne partie des actifs. On peut noter d’ailleurs qu’au recensement général agricole (RGA) de 2002, Maré regroupait 1/8 de la population agricole de la Nouvelle-Calédonie pour moins de 1/30 de sa population, alors que les emplois salariés sont essentiellement dans les services publics (mairie et enseignement surtout). La pêche est cantonnée au nord-ouest, tandis que le tourisme est l’affaire du sud-ouest, spécialement de Cengeïte qui possède le seul hôtel de l’île (Nengone Village) et des plages faciles d’accès (Pede, Wabao…).

Photo 1 - Champ d’ignames

Photo 1 - Champ d’ignames

Cliché : J.-Ch. Gay, 2009

5La production agricole a une triple destination : l’autoconsommation, la coutume et la vente. Les tubercules (ignames, patates douces, manioc, taros…) dominent, par leur rôle dans l’alimentation de la population et par la place de l’igname dans la coutume. Ce dernier, longtemps interdit à la vente, a été, dans les années 1980, le produit le plus commercialisé, car les Maréens avaient l’exclusivité au marché de Nouméa. Loin d’être figé, le secteur agricole est en pleine mutation, avec le maintien de la production de santal et le développement de l’arboriculture, naissante dans les années 1980, avec des vergers qui continuent de s’étendre.

Photo 2 - Verger d’avocatiers

Photo 2 - Verger d’avocatiers

Cliché : J.-Ch. Gay, 2009

6L’avocat est la production dominante et la plus médiatisée, une fête lui est d’ailleurs consacrée et constitue le principal événement touristique de l’île. Réputée « naturelle », l’agriculture maréenne a tout à gagner dans la labellisation « biologique », d’autant plus que si la ressource en eau est suffisante, avec forages et chloration dans presque toutes les tribus, à l’instar de Lifou, elle est également vulnérable, les polluants pouvant facilement s’infiltrer dans le sous-sol corallien. Or, la mairie n’a pas les moyens d’investir dans l’amélioration des réseaux, aux rendements faibles en raison de fuites importantes, et le traitement de l’eau.

7La commercialisation de la production passe par différents circuits, spécialement par les marchés tribaux ou communaux, de La Roche et Tadine, mais le problème de régularité de l’offre n’a pas été résolu. Quant à la commercialisation à l’extérieur de l’île, elle est entre les mains de plusieurs structures, créées ou dynamisées par l’OGAF, de type GDPL (Groupement de droit particulier local) ou associatives. La province des îles Loyauté a également mis en service, en 2006, une unité de conditionnement des produits agricoles.

Photo 3 - Paniers d’ignames sur le marché de Tadine

Photo 3 - Paniers d’ignames sur le marché de Tadine

Cliché : J.-Ch. Gay, 2009

Haut de page

Bibliographie

Agence de développement rural et de développement foncier (ADRAF), 2005 - Projet OGAF de Maré Nouvelle-Calédonie, 69 p.

Bonvallot J., Gay J.-C. et Habert E., 2012 - Atlas de la Nouvelle-Calédonie. Marseille/Nouméa : IRD-Congrès de la Nouvelle-Calédonie, 272 p.

Gay J.-C., 2014 - La Nouvelle-Calédonie, un destin peu commun. Marseille : IRD Éditions, 238 p.

Gay J.-C. et Chauvin M.-F., 2014 - Le DVD des communes de la Nouvelle-Calédonie. Marseille : IRD Éditions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Champ d’ignames
Crédits Cliché : J.-Ch. Gay, 2009
URL http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/com/docannexe/image/7766/img-1.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Photo 2 - Verger d’avocatiers
Crédits Cliché : J.-Ch. Gay, 2009
URL http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/com/docannexe/image/7766/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Photo 3 - Paniers d’ignames sur le marché de Tadine
Crédits Cliché : J.-Ch. Gay, 2009
URL http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/com/docannexe/image/7766/img-3.png
Fichier image/png, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Gay, « Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) »Les Cahiers d’Outre-Mer, 273 | 2016, 267-270.

Référence électronique

Jean-Christophe Gay, « Maré, la ferme des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) »Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 273 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 12 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/com/7766 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/com.7766

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Gay

Professeur des universités, IAE de Nice, Université Nice Sophia Antipolis, UMR ESPACE-DEV, jcg06500@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search