Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57DossierMilitantes africaines et organisa...

Dossier

Militantes africaines et organisations féminines internationales dans la guerre froide. Un pragmatisme stratégique (1947-1963)

African women activists and international women’s organizations during the Cold War (1947-1961): strategic pragmatism
Pascale Barthélémy et Sara Panata
p. 23-45

Résumés

À rebours d’une histoire transnationale de la guerre froide centrée sur les acteurs ou les actrices de l’Est et de l’Ouest, cet article considère les militantes africaines comme des protagonistes à part entière de cette histoire, soumises à des contraintes politiques et de genre mais déterminées à faire connaître leurs luttes par-delà les frontières. Il analyse leurs liens avec trois organisations féminines internationales très actives pendant la guerre froide : la Fédération démocratique internationale des femmes, le Conseil international des femmes et l’Alliance internationale des femmes. Par-là, il contribue à une histoire transnationale des femmes d’Afrique comme à une histoire des décolonisations souvent écrite au masculin. En plaçant la focale sur les connexions entre les Africaines et ces organisations, c’est la logique des « blocs » qui est remise en cause. D’abord parce que les Africaines ne suivent pas toujours les choix diplomatiques de leurs pays, qu’ils soient proches de l’Ouest, de l’Est ou non alignés. Mais aussi parce qu’elles entrent souvent en contact avec plusieurs organisations afin d’identifier les interlocutrices les plus susceptibles de soutenir leurs causes et font ainsi preuve de ce que l’on peut appeler un « pragmatisme stratégique ». En s’intéressant à la période antérieure aux conférences féminines onusiennes (1975-1995), il s’agit aussi de proposer une nouvelle chronologie pour penser l’histoire du militantisme international féminin depuis la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Le temps des premiers contacts (1947-1951)
Un militantisme international sous contrainte (1951-1957)
Au tournant des indépendances : concurrences internationales, contraintes nationales et panafricanisme au féminin (1957‑1963)

Aperçu du texte

En 1963, Mme Mazurek écrit de Hongrie à Mme Ransome-Kuti : « Je souhaite beaucoup de succès au Congrès mondial des Femmes de Moscou. Je suis avec vous dans mes pensées et je vous embrasse avec toute mon affection ». La carte postale, rédigée en français et en hongrois, est adressée au « Congrès mondial des femmes, 23 rue Pouchkine » à Moscou, où se réunissent du 24 au 29 juin les déléguées de 113 pays, dont 34 viennent du continent africain. Si l’identité de l’expéditrice est floue, Funmilayo Ransome-Kuti est une militante célèbre du Nigeria, élue vice-présidente de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) dix ans plus tôt à Copenhague.

Au moment même où se tient en URSS le 5e congrès de la FDIF, de l’autre côté de l’Atlantique, à Washington, du 19 au 30 juin, le 17e congrès du Conseil international des femmes (CIF) accueille 51 déléguées et 10 observatrices du continent africain. Une Ougandaise, Pumla Kisosonkole, est élue vice-préside...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Barthélémy et Sara Panata, « Militantes africaines et organisations féminines internationales dans la guerre froide. Un pragmatisme stratégique (1947-1963) »Clio, 57 | 2023, 23-45.

Référence électronique

Pascale Barthélémy et Sara Panata, « Militantes africaines et organisations féminines internationales dans la guerre froide. Un pragmatisme stratégique (1947-1963) »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 21 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/clio/23303 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/clio.23303

Haut de page

Auteurs

Pascale Barthélémy

Pascale Barthélémy est historienne, maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon, membre du Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190). Spécialiste de l’histoire des femmes et du genre en Afrique en contexte colonial français, elle a publié, entre autres, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918‑1957) (PUR, 2010) et Sororité et colonialisme. Françaises et Africaines au temps de la guerre froide (1944‑1962) (Éditions de la Sorbonne, 2022). Elle a coordonné les numéros « Colonisations » et « Citoyennetés » de la revue Clio. Histoire, femmes et sociétés. Elle travaille sur les engagements politiques des femmes d’Afrique de l’Ouest et les relations entre féminisme et colonialisme dans les années 1950-1960. pascale.barthelemy@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Sara Panata

Sara Panata est historienne, chargée de recherche au CNRS, section Histoire des mondes modernes et contemporains et membre du laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM, UMR 5115). Après une thèse consacrée aux mouvements féminins et féministes au Nigéria, ses recherches actuelles portent sur l’histoire sociale et politique du suffrage universel en Afrique de l’Ouest anglophone. sara.panata@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search