Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30In MemoriamMadeleine Comte (1931-2023)

Texte intégral

1L’historienne Madeleine Comte est décédée à Lyon le 20 août 2023. Elle était née Madeleine Couilloud dit Bernard en 1931, dans un foyer de cultivateurs de Domessin (Savoie), au pied de la Chartreuse. Après de bonnes études secondaires, elle vint à Lyon pour préparer le concours de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses. Reçue en 1951, elle acheva sa scolarité par l’obtention de l’agrégation féminine d’histoire et de géographie en 1956. Elle s’était mariée l’année précédente avec l’historien ulmien Bernard Comte, dont elle eut trois enfants, un garçon et deux filles. Tous deux sont alors très marqués par la pensée d’Emmanuel Mounier et de ses disciples lyonnais : le jésuite Lucien Fraisse, aumônier des khâgneux, et le philosophe Jean Lacroix. Professeur d’une rare conscience professionnelle, Madeleine Comte fit carrière dans l’enseignement secondaire, à Chambéry, puis au lycée Saint-Just de Lyon, tout en militant à la Paroisse universitaire, au SGEN-CFDT et dans une association d’aide aux paysans péruviens.

2Mère courage, elle prit une retraite anticipée pour tenter d’enrayer la maladie de son fils. Sans succès. Jean-Loup Comte mourut tragiquement en 1991. Désormais plus libre de son temps, Madeleine Comte présenta longtemps l’émission « Dialogue », avec un invité de marque, sur les ondes de Radio-Fourvière. Elle s’engagea aussi, aux côtés de son mari, dans des travaux sur la Résistance spirituelle au nazisme. On lui doit un précieux petit livre sur l’aide aux enfants juifs : Sauvetages et baptêmes. Les religieuses de Notre-Dame de Sion face à la persécution des Juifs en France (1940-1944), aux éditions de L’Harmattan en 2001. Et plusieurs communications remarquées à des colloques ou journées d’étude, sur Emmanuel Mounier, sur la sœur Élise Rivet ou sur l’abbé Alexandre Glasberg. Elle publia en 2020, avec son mari, le dossier des sanctions prises contre le père Fraisse, qui avait tant compté dans leur itinéraire commun : Le père Fraisse (1912-2001). Les combats d’un jésuite foudroyé (Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoire n° 40,
LARHRA, Lyon, 2020).

3Avec Madeleine Comte, c’est un pan de la mémoire de la recherche en histoire religieuse contemporaine à Lyon qui disparaît.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Madeleine Comte (1931-2023) »Chrétiens et sociétés, 30 | 2023, 5.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Madeleine Comte (1931-2023) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 28 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/chretienssocietes/10074 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/chretienssocietes.10074

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search