Navigation – Plan du site

AccueilNuméros265Comptes rendus – Supplément numér...Laurence Moal, Duchesses. Histoir...

Comptes rendus – Supplément numérique

Laurence Moal, Duchesses. Histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne. Les duchesses de Bretagne de Roscille d’Anjou à Anne de Bretagne (xe-xvisiècle)

Élodie Chaudet
Référence(s) :

Laurence Moal, Duchesses. Histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne. Les duchesses de Bretagne de Roscille d’Anjou à Anne de Bretagne (xe-xvisiècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 328 p.

Texte intégral

1Laurence Moal propose dans cet ouvrage une synthèse accessible et approfondie des connaissances sur les duchesses de Bretagne durant la période médiévale, ce qui représente une galerie de près d’une trentaine de femmes. La préface de Jean Kerhervé parle d’un « portrait de groupe » des duchesses, richement illustré par de nombreuses photographies et reproductions.

2Le propos introductif place l’ouvrage dans la lignée de l’histoire des femmes et l’histoire du genre, questionnant l’existence d’un pouvoir au féminin au sein du duché de Bretagne. Il ne s’agit cependant pas d’isoler la principauté, mais, au contraire, de placer son histoire dans celle de l’espace européen, auquel elle est pleinement intégrée.

3Les deux premiers axes de présentation des duchesses de Bretagne reprennent la classique typologie des espaces publics et privés. La sphère publique permet à L. Moal de questionner l’épaisseur politique de ces femmes et leur éventuelle part au gouvernement du duché. La typologie proposée par l’auteure distingue deux catégories de duchesses. La première concerne les épouses de ducs, pourvoyeuses potentielles de l’héritier et parfois amenées à assurer un interrègne pour un fils ou un mari. La seconde comprend les héritières, les duchesses en propre, avec une distinction toute particulière pour Anne de Bretagne. Cette catégorisation révèle l’enjeu que constitue le mariage puisque l’alliance permet l’acquisition ou le renforcement du statut de duchesse de Bretagne, et parfois sa fragilisation. Ce statut permet à ces femmes de prendre une part mesurée au gouvernement, à travers des fonctions assignées qui sont plus ou moins pratiquées d’une duchesse à l’autre. Le contexte est ainsi décisif dans l’intensité de l’activité politique d’une duchesse.

4L. Moal tempère la notion de sphère privée et témoigne de sa dilution dans l’espace public tant la représentation est une mission essentielle des duchesses de Bretagne. Les étapes de la vie d’une duchesse, en tant qu’épouse, mère et veuve, rappellent l’enjeu dynastique du couple princier et de sa descendance. Les missions des duchesses de Bretagne rejoignent celles des autres cours princières : donner naissance à un héritier, soutenir les arts et les lettres, faire preuve de dévotion et participer au cérémonial de cours. Cette vie de représentation codifiée n’efface pas les inclinations personnelles de certaines duchesses que l’auteure ne manque pas de souligner, comme l’action religieuse de la duchesse Ermengarde d’Anjou. La citation des sources et les illustrations permettent, en effet, d’humaniser cette galerie de femmes en approchant, grâce aux exemples, les sensibilités spécifiques des unes et des autres. Les personnalités ne sont pas diluées dans la masse du groupe, mais abordées de détail en détail, au gré de ce que les sources et la bibliographie révèlent.

5Ce « portrait de groupe » tient son originalité dans le troisième axe de présentation : l’héroïsation contemporaine et postérieure de quelques personnalités féminines. Les sources mettent en lumière cinq duchesses en particulier : Jeanne de Flandre et Jeanne de Penthièvre, les « deux Jeanne » de la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364), Ermengarde d’Anjou et Françoise d’Amboise, glorifiées pour leur spiritualité, et Anne de Bretagne, symbole identitaire d’une Bretagne indépendante. La mise en mots et en images de ces duchesses témoigne d’une lecture particulièrement orientée de leurs faits, qu’elle soit motivée par des raisons politiques, littéraires ou romanesques. L’auteure démontre, exemples à l’appui, comment les légendes se sont construites et transmises. Anne de Bretagne est ainsi aujourd’hui une icône populaire, symbole d’un folklore qui idéalise la Bretagne passée et cristallise des enjeux identitaires encore d’actualité.

6La conclusion souligne à quel point il est difficile de lutter contre les clichés stéréotypés du genre, et particulièrement lorsque les duchesses de Bretagne ont une postérité importante et légendaire. L’auteure parle elle-même de « fortes personnalités » (p. 79) pour qualifier certaines duchesses particulièrement présentes dans les sources. Faut-il préjuger d’une introversion pour les duchesses peu évoquées dans ces dernières ? L. Moal rappelle, par ailleurs, que la marge de manœuvre de ces femmes, personnages politiques de leurs temps, est limitée à un « cadre conventionnel et balisé » (p. 217). Même les éléments qui laissent transparaître leur personnalité s’inscrivent finalement dans les modèles féminins de l’époque, telle la Vierge pour Françoise d’Amboise. L’existence d’une politique au féminin se révèle finalement quasiment nulle, tant la notion de continuité politique guide les orientations des individus.

7La citation des sources dans le texte et dans les illustrations présentées ainsi que le référencement bibliographique précis sont des plus appréciables, puisque l’aspect synthétique de l’ouvrage n’entraîne pas la négligence de la méthode historique. L’argumentation n’en est que renforcée. La critique des sources fait néanmoins parfois défaut. L’ancrage historique de l’épisode de 1391, lorsque Jeanne de Navarre, épouse du duc Jean IV de Bretagne, intercède auprès de celui-ci pour tenter d’éviter un conflit entre le duché et le royaume de Navarre, aurait pu être mis en perspective avec l’exercice littéraire des mises en scène concordantes avec les assignations féminines (p. 77).

8Si la période faisant l’objet de l’ouvrage est vaste, puisque composée d’environ six siècles, le travail de L. Moal révèle l’inégalité des sources face aux duchesses, mais également l’inégal travail historique selon les périodes. Si le xvsiècle est abondamment documenté et étudié, le xiiisiècle apparaît pauvre dans la synthèse, à l’image de la bibliographie sur le sujet. De fait, la troisième partie de l’ouvrage montre l’écart d’intérêt entre quelques figures de proue de l’histoire bretonne et les autres duchesses. Anne de Bretagne est omniprésente dans l’ouvrage comme dans la mémoire collective, alors que Jeanne de Savoie, épouse de Jean III de Bretagne, n’est évoquée que six fois dans ces presque trois cents pages de texte. Cet état des lieux des savoirs constitue un solide répertoire des travaux réalisés à ce jour, mais également un plaidoyer silencieux pour celles dont on sait peu de choses, et dont la moindre information est à traquer dans des sources parfois peu loquaces.

9Les nombreuses illustrations enrichissent l’ouvrage en offrant aux lecteurs la source iconographique, manuscrite ou archéologique présentée dans le texte, mais également en contextualisant le propos. À défaut d’une enluminure présentant un bouffon à la cour de Bretagne, une illustration d’un bouffon face à David, roi d’Israël, dans un manuscrit contemporain de la période abordée, accompagne par exemple le paragraphe sur ce type de divertissement (p. 154). Toutes ces illustrations sont dotées d’un paragraphe analytique de mises en perspective permettant aux lecteurs de prendre connaissance du contexte de production, particulièrement quand celui-ci est postérieur à l’événement illustré. Ces « portraits en image », pour reprendre les termes de l’auteure dans son propos introductif, ont vocation à témoigner de la perception des duchesses de Bretagne à travers les siècles. Cette démarche pédagogique est prolongée par les annexes, constituées d’une liste alphabétique des duchesses de Bretagne, de tableaux généalogiques, de repères chronologiques, des sources, des index et des tables.

10Parmi les supports pédagogiques, le « Petit précis illustré du temps des duchesses » se révèle être un outil de qualité pour tous types de lecteur. Ce lexique enrichi propose de nombreuses définitions, dont certaines font l’objet d’un développement renforcé, sources et illustrations à l’appui. La navigation entre la synthèse et ce support est facilitée par un repérage des termes référencés directement dans le texte.

11Cette synthèse est richement documentée et dotée de nombreuses reproductions de qualité. Certaines introductions et conclusions intermédiaires ne rendent cependant pas justice à la fluidité de l’écriture et à la richesse de l’argumentation. L’ouvrage trouve sa place à destination d’un public scientifique tout autant qu’un public de non-spécialistes. L. Moal s’est assuré de l’accessibilité de son travail en déployant des annexes qui accompagnent le lecteur sans s’imposer à lui. Les outils mis en place dans le dernier quart de l’ouvrage permettent aux lecteurs de ne pas être désarmés par la méconnaissance d’un terme ou d’un individu. Pour autant, cette approche pédagogique ne nuit pas à la qualité scientifique. Cet ouvrage trouve ainsi tout autant sa place dans une bibliothèque universitaire que sur l’étagère d’un particulier, réussissant le difficile exercice de conjuguer normes scientifiques et accessibilité au grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Chaudet, « Laurence Moal, Duchesses. Histoire d’un pouvoir au féminin en Bretagne. Les duchesses de Bretagne de Roscille d’Anjou à Anne de Bretagne (xe-xvisiècle) »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 265 | 2024, mis en ligne le 01 mars 2024, consulté le 22 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/ccm/16715 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/ccm.16715

Haut de page

Auteur

Élodie Chaudet

UMR 9016 TEMOS – CNRS, université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search