Navigation – Plan du site

AccueilNuméros265La réforme des corps monastiques ...

La réforme des corps monastiques : Saint-Germain d’Auxerre aux ixe et xie siècles

The Incarnated Reform or the Lived Experience of Monastic Bodies: the Case of the Monastic Community of Saint-Germain d’Auxerre in the 9th and 11th Centuries
Thomas A. E. Greene
p. 219-229

Résumés

Les chercheurs envisagent souvent la réforme comme un processus imposé par le haut, se concentrant sur la mise en application rigoureuse d’une règle et sur les individus qui ont mené à bien des missions de réforme. Je souhaite ici inverser la perspective pour regarder la réforme à partir du bas et du point de vue des moines dont la vie et l’expérience de vie constituaient la cible des réformateurs. Je me pencherai d’abord sur le commentaire de la messe de Remi d’Auxerre († ca 908), ainsi que sur les homélies écrites par Haymon et Heiric, ses prédécesseurs à Saint-Germain, avant d’examiner la production textuelle de Saint-Germain relative au xie siècle. L’examen de ces textes permet d’affirmer que la compréhension de l’expérience vécue des corps monastiques est indispensable à la compréhension du monachisme au sens large. La réforme monastique a en effet bouleversé la vie quotidienne des moines, leurs perceptions sensorielles et leurs expériences émotionnelles. La réforme a affecté leur corps, et c’est précisément de ces corps qu’il faut partir pour comprendre la réforme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Quelles sources pour la réforme incarnée ?
Remi et l’école de Saint-Germain
Remi et la liturgie
L’importance de la réforme incarnée
Conclusion

Aperçu du texte

Vers la fin du ixe siècle, Remi d’Auxerre († ca 908) écrivit le De celebratione missae, une exégèse liturgique évocatrice. Une des caractéristiques les plus frappantes de ce commentaire tient au fait que Remi retranscrit l’expérience de la messe, en plus de sa signification. Dans un passage marquant, il décrit le cadre dans lequel intervient la prière eucharistique. Tandis que la messe progresse vers le Te igitur, écrit-il, les derniers échos de l’Hosanna chanté se fondent dans le silence qui envahit l’église. Alors le prêtre entonne la prière centrale de la messe, mais pas seul d’après Remi, car même si la congrégation ne prie pas à voix haute, « le prêtre avec l’église et l’église avec le prêtre entrent d’un même désir spirituel dans le sanctuaire éternel et céleste de Dieu ». Remi ne se contente pas ici de prendre acte de la célébration communautaire de la liturgie : il évoque une expérience collective qui est à la fois sensorielle (par le son) et émotionnelle (puisqu’elle passe ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas A. E. Greene, « La réforme des corps monastiques : Saint-Germain d’Auxerre aux ixe et xie siècles »Cahiers de civilisation médiévale, 265 | 2024, 219-229.

Référence électronique

Thomas A. E. Greene, « La réforme des corps monastiques : Saint-Germain d’Auxerre aux ixe et xie siècles »Cahiers de civilisation médiévale [En ligne], 265 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 19 juin 2024. URL : http://0-journals-openedition-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/ccm/16311 ; DOI : https://0-doi-org.catalogue.libraries.london.ac.uk/10.4000/ccm.16311

Haut de page

Auteur

Thomas A. E. Greene

University of North Georgia

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search